Projets
Caravansérail
Mille et un poèmes pour la paix
Qui sommes-nous
Nous contacter
Longue vie à toi
Bibliothèque
Actions
Liens
Galerie de photos
Manifestations


La Caravane de l'EUROPE


Afrique et Moyen Orient


Amérique


Asie et Asie médiane


Océanie





A


ABERDAM José / FRANCE, en français

ABERT Xavier / FRANCE, en français et traduit en espagnol et anglais

ADDE Jean-Michel / FRANCE, en français

AGUESSY Dominique / BELGIQUE, en français et traduit en anglais

ALIMUN / FRANCE et ITALIE, en espagnol

ANNEIX Christian / France, en français

ASSABAN-FOULQUE Danielle / FRANCE, en français

AYMARD Guy / FRANCE, en français


B


BARRIERE Nicole / FRANCE, en français et traduit en italien

BECK Dimitri / France, en français

BELANGER Pascale / FRANCE, en français

BERLAN Anne / FRANCE, en français

BERRANGER (DE) Isabelle / FRANCE, en français

BLAVIN Jean-François / FRANCE, en français

BLIN Annette / FRANCE, en français

BODENHEIMER Marie-Odile / FRANCE, en français

BOEGLIN Rose-Marie / France, en français

BOGÂTAN Elisabeth / Roumanie, en français

BOISSET Yves-Fred / FRANCE, en français

BORGIONI Angelina / ITALIE, en italien et traduit en espagnol

BREILLAT-KADRI Anne / FRANCE, en français

BRESSLER Sonia / France, en français

BRIX Olga / FRANCE, en français

BROUSSE François / FRANCE, en français

BRUGNARO Ferruccio / ITALIE, en français

BURGART Jeanne / France, en français


C


CALMUS Marie-Claire / FRANCE, en français

CARTRO Germaine / FRANCE, en français

CENDRIER Patrick / FRANCE, en français

CHABERT Stéphanie / France, en français

CHANDEBOIS Christian / FRANCE, en français

CHAVERIAT Anne / France, en français

CHRETIEN Roland / FRANCE, en français

CLAVERY Roberte / FRANCE, en français

CLEMENT Muriel Lucie / HOLLANDE, en français et traduit en néerlandais et en anglais

COULANGE Patricia / FRANCE, en français

CREQUIE Guy / FRANCE, en français

CROS Chantal / FRANCE, en français


D


D'ANGELO Patricia / FRANCE, en français

DECLERCQ Yolande / FRANCE, en français

DELEU Yves / FRANCE, en français

DEMAREST Maryline / FRANCE, en français traduit en anglais

DEVESA Patrice / FRANCE, en français

DEVOILLE Nadine / FRANCE, en français

DION GUERIN Jeannine / FRANCE, en français

DIRINGER Claude / FRANCE, en français

DIRINGER Eve / FRANCE, en français

DROUIN Christiane / FRANCE, en français

DURANTON Patrick / FRANCE, en français

DUSSOTIER Jacques-François / FRANCE, en français

DZOTAP Alain Serge / FRANCE, en français


E


EGAN Desmond / IRLANDE, en anglais et traduit en français

EGGER Brigitte / FRANCE, en français

EGGER Gabrielle / FRANCE, en français

EHRHARDT Suzanne / FRANCE, en français

ELZINGRE Micheline / FRANCE, en français

EMORINE Denis / FRANCE, en français

EYMERY Charlotte pseudo (SPIZZICHINO Pierrette) / FRANCE, en français


F


FARION Philippe / FRANCE, en français

FELGEROLLES Claude / FRANCE, en français

FELINE (DE) Bernadette / FRANCE, en français

FELLONI Laure / FRANCE, en français et traduit en anglais, en allemand et espagnol

FELOUKATZI Ira / GRECE, en français

FERNAN Sylvy / FRANCE, en français

FONTANA Mariano / ITALIE, en italien et traduit en français

FORGEOT Christophe / FRANCE, en français

FORNO Maria Eleonora / ITALIE, en Italien et traduit en français

FOURDIEL René / FRANCE, en français

FOURNET François / FRANCE, en français

FRANçOIS Jocelyne / FRANCE, en français

FRICK Chantal / FRANCE, en alsacien

FRIEDENRAFT Georges / FRANCE, en français et traduit en anglais

FULPIN Violette / FRANCE, en français


G


GABALDA Eric-Marie / FRANCE, en français

GACHE André / FRANCE, en français

GARCIN Jacky / FRANCE, en français

GENGETTE Jean-Claude / FRANCE, en français

GLADY Norbert / FRANCE, en français

GRANDCOIN Marie-Claire / FRANCE, en français

GRANGE-ROUSSEL Catherine / FRANCE, en français

GRECO Alba / ITALIE, en italien


H


HAUBER-BIETH Johanne / FRANCE, en français

HAUTEMAISON Coryne / FRANCE, en français

HEBERLE Valérie / FRANCE, en français

HEUTEBIZE Vital / FRANCE, en français

HOFFMANN Daniel / FRANCE, en français


I


I MUVRINI - BERNARDINI Jean-François / FRANCE, en corse et en français


J


JACOBSON Danièle / FRANCE, en français

JAHANGIRI Guissou / FRANCE et IRAN, en français

JARRY Vincent / FRANCE, en français

JOQUEL Patrick / FRANCE, en français


K


KIMMICH-VESCHAMBRE Jacqueline / FRANCE, en français et traduit en anglais

KLOPP Jean-Michel / LUXEMBOURG, en français

KOCH Richard / FRANCE, en français

KREMLEL Francis / FRANCE, en français


L


LABATSUZAN Danièle / FRANCE, en français

LAINE Xavier / FRANCE, en français

LAMOUILLE Jean-Luc / FRANCE, en français

LAUFENBURGER Hubert / FRANCE, en français

LAVAUR Michel-François / FRANCE, en français

LECOIN Louis / FRANCE, en français

LEFEBVRE Louis / FRANCE, en français

LEON Laurent / ITALIE, en italien et traduit en français

LERAY Martine / FRANCE, en français

LEVILLAIN Florence / FRANCE, en français

LINOSSIER Cédric / FRANCE, en français

Liza Maria / FRANCE, en français

LORAND Rébecca pseudo (OULES Martine) / FRANCE, en français

LUBRANO Adelina / ITALIE, en italien et traduit en français


M


MALBERT PAYA Eliane / FRANCE, en français

MALBURNY Paul / BELGIQUE, en français

MANZIN Marie Eleonora / ITALIE, en italien et traduit en français

MARTHOUD Michel / FRANCE, en français

MARTY Yvette / FRANCE, en français

MASSON André / FRANCE, en français

MAZA Marie-Carmen / ESPAGNE, en français

MITRE Philippe / FRANCE, en français

MOLINIER Paul / FRANCE, en français et en occitan

MOLTO-COURREN Michèle / FRANCE, en français

MORATON Gilles / FRANCE, en français

MOSSER Gilbert / FRANCE, en français

MOTTA José / FRANCE, en français

MOUZAT Dominique / FRANCE, en français

MULOT Michel / FRANCE, en français


N


NAGI Alexandra / FRANCE, en français

NAVAI Patrick / FRANCE et IRAN, en français

NEULAS BERMONT Brigitte / FRANCE, en français

NGUYEN Quod / FRANCE et VIETNAM, en français

NORMAND Isabelle / FRANCE, en français

NOURI Eva / FRANCE, en français et traduit en russe


O


ORDINIS Marie / FRANCE, en français

OUEDRAGO Marc / FRANCE, en français


P


PALMIC Noé / FRANCE, en français

PANDOLFI Marcelle / FRANCE, en français

PHILIPPE Jean-Loup / FRANCE, en français

POULARD-VIGHETTI Anne-Marie / FRANCE, en français

POZIER Bernard / FRANCE, en français

PROVENCE Jacqueline / FRANCE, en français


R


REBMANN Marie-Madeleine / FRANCE, en français

RECH Olivier / FRANCE, en français

RECOUPE André / FRANCE, en français

REYNES André / FRANCE, en français

RIVIER Jacques / FRANCE, en français

ROBERT Marie / FRANCE, en français

ROBILLARD Chantal / FRANCE, en français

ROEST Maarten / HOLLANDE, traduit en français

RONNEAU Philippe / FRANCE, en français

RUSSO Franca / ITALIE, en italien et traduit en français


S


SABI Françoise / FRANCE, en français

SAJAT Thierry / FRANCE, en français

SCHURCH Bernard / FRANCE, en français

SEZEN Beldan / HOLLANDE, en anglais et traduit en français

SICHLER-WOLFF Nathalie et ses élèves de la classe de seconde / FRANCE, en français

STIQUEL Alain / FRANCE, en français


T


TANCELIN Philippe / FRANCE, en français

THEBAUD-GASMIER Marie-Claude / FRANCE, en français

TROUGNOU Gérard / FRANCE, en français


U


URBAN-MENNINGER Françoise / FRANCE, en français


V


VALEINEC Elisabeth / FRANCE, en français

VARENNE Céline / FRANCE, en français

VELTER André / FRANCE, en français

VERDEROSA Henri / FRANCE, en français

Du VERNET Anne / FRANCE, en français

VICENTY Christian / FRANCE, en français


Z


ZARA Anna Rita / ITALIE, en italien et traduit en français

ZINGARELLI Chantal / FRANCE, en français





ABERDAM José

France

En français

Poète et chanteur


En forestières multitudes


Poème

Aux enfants,

Aux femmes

Aux hommes d’Afghanistan


I

Convoquées à s’animer

Par vos jambes agenouillées

Obligées à se dresser

Par vos nuques piétinées

Par vos reins fracassés

Provoquées à intervenir

Par vos gorges entailladées

Par votre sang affamé

Par vos sourires calcinés

Par vos jarrets cravachés

Electrisées à entreprendre

Par vos panoplies de blessures

Acculées à s’insurger

Par vos constellations de défigurations

Dans le garrot des potences

Interpellantes

Décidées à la stridence de la foudre

Par les trous noirs

De vos crucifixions apostrophantes

Voici pour vous nos forestières multitudes de mains pour vous tous pour vous toutes

Nos mains brodeuses de glaïeuls d’amour dans le dilatement des voilures

Voici nos mains nourricières d’étalons taureaux nouveau-nés

Engendreurs de soleils planteurs d’oliviers dans la chape des décombres

Voici nos mains remplisseuses de charrois de blé

Sur les catapultes cantatrices de l’écume océanique

Voici pour nos mains abatteuses de pioches brasillantes

Dans le portail scellé des greniers de la tempête :

Ils explosent pour vous en cascades de maïs

Jardinières de vignobles sur les pentes des volcans lascifs

Voici pou vous nos mains enfanteuses de rivières armes d’éclairs trompettistes

Ravaudant le chapelet des fosses communes à coups de symphonies émancipatrices

Voici pour vous nos mains malaxeuses de terre noire pour faire dire aux graines

Des poèmes de demain après-demain

Voici nos mains guitaristes tisserandes de berceuses

Ensomnoleuses d’enfançons turbulents dans reposoirs de violettes

Voici pour vous nos phalanges assemblées. Elles inscrivent sur la page

Du ciel guillotineur le mot pacificateur de séismes

Le mot PAIX

Toutes nos mains à l’univers, à l’unisson dans un seul geste :

O ériger sur la flottille innombrable des toitures d’Afghanistan

L’imputrescible verdure de l’irréductible Jardin d’Amour !


II

Jardin d’amour ! jardin visible depuis la cime des plus élevées régions du ciel !

Jardin d’amour ! sur chacune de vos innombrables tortues !

Jardins ne dissimulant pas sous la bigarrure des fleurs

Batteries de canons DCA

Mais jardins donnant à voir à l’oeil béant du soleil

Donnant à voir à chaque circulaire hublot hypnotisé

De bombardier en piqué

Des batteries vivantes de lilas cymbales claquantes tournesols

Faisant la courte échelle toujours plus haut encore plus haut

A des orchestres musiciens multicolores

Déchaînant batteries de trombones xylophones saxophones

Sur vos innombrables tortures afghanes verdoyantes de pelouses

Oh ! dans l’herbe haute d’altitude la chantante danse

Des enfants riant des femmes souriantes tournoyantes

Oui ! même des chevaux caracolent sur l’épaule d’une étoile !


III


Grand large symphonique jubilant plein ciel !

Les jardins aux avions font des caresses vertes !

En sifflante plongée transmutation des bombes

Qui larguent sur les fleurs giboulées de rosée !

O grandissants palmiers ! o liesse de croiser

A l’infini chemins et neuves routes pour demain !


Debout ! vies épargnées !

Croissez ! vies replantées !

Des temps nouveaux créez

A la plantante force de nos poignes tressées !




ABERDAM José

France

En français

Poète et chanteur


Chanson pour l’Afghanistan


(paroles et musique de José Aberdam déposé SACEM)


Je croyais pourtant que c’était fini

Hitler, Goebbels et compagnie

mais v’là que ¨Pol Pot a fait des p’tits

des p’tits ma foi bien vert-de –gris

vous bien les vert-de-gris

comme on nomme une chienlit

du temps épais de notre nuit.


II

Plus loin que Paris que Compiègne

Réécoutez cette chienlit

Qui rematraque, traque et saigne

Ses condamnés sur leur ci-gît

Tout comme au temps d’outre minuit

Tout comme au temps du grand déni

Des trains plombés de Varsovie


III

J’vous dirai pas où ça se passe

En scolaire géographie

Car mieux retenez les lieux dits

Au creux du coeur où il se casse

Quelque part comme jadis

Rue des Saussaies ou Algérie

On enchaîne, on tue, on tabasse...


IV

Mais à l’Orient d’notr’ Occident

Le saviez vous ?il y a des femmes

Persécutées par des imams

Au nom du soit-disant Coran

Lui le Coran qui n’est qu’Amour

Alors pourquoi jour après jour

Là-bas les femmes sous tour d’écrou

Sont cagoulées de bure de clous

Sans plus de soins que de la boue ?


V

Ils n’y vont pas par quatr’ chemins

Pour prendre le pouvoir mondial

Ils vont tout droit au plus létal

Tuer les humains par le venin

De la coca au choléra

De la misère à l’ignorance

Et par la nuit d’une allégeance

Fanatique à leur Ben –la-la


VI

je croyais pourtant que c’était fini

Hitler, Franco et compagnie

Mais v’là qu’ça r’prend à cor à cri

Alors tous écoutez mon cri :

Là-bas on enchaîne un pays

Là-bas on torture un pays

Là-bas on massacre un pays

On saigne l’arbre de vie

On saigne l’arbre de vie !




ABERT Xavier

France

En français et traduit en espagnol et anglais

Poète


Mon royaume n'est pas de ce monde

elle fut aussi longtemps que possible amie

comme un enfant de la balle tu vivais

où sont donc nos mères

pourrions-nous être frères

la barbarie a de beaux jours devant elle

que justice soit faite

vous aimerez quoi qu'il advienne



Mi reino no est de este mundo

ella fue tanto que fue posible amiga

mo un hijo de las calles vivas

pues de estn nuestras madres

podramos ser hermanos

la barbara tiene un buen futuro delante de ella

que justicia sea hecha

amaris sea lo que fuere



My kingdom is not in the land of the living

she was as much as possible a friend

like a child of the streets you were living

where on earth are our mothers

we could be brothers

barbarism has good times ahead of it

justice be made

you will love come what may




ADDE Jean-Michel

France

En français


Etre de paix


En ces lendemains fraternels

Où les cœurs s’uniront,

Les êtres, main dans la main,

Marcheront vers la paix universelle.


Le glas solennel

Accomplira son oeuvre

Pour forger l’empreinte

De l’ère nouvelle.


La continuité sera telle

Une grande source,

Jaillissante de lumière,

Pour éclairer peu à peu

Nos pas vers l’éternel


Que l’homme sache désormais

Accomplir la mission

Qui lui est destinée:

Celle d’aimer, d’aimer

D’aimer encore et toujours

Pour recevoir à son tour,

L’amour originel.


Citation:

Que la flamme de l’amour anime nos cœurs

Pour faire naître la paix




AGUESSY Dominique

Belgique

En français et traduit en anglais

Poète


Femmes au creux de l’ombre

Visages solitude

Effleurant l’infini des douleurs


Femmes dérobées

Réduites aux séquences

Du temps imposé


Amantes confinées

Loin des regards autres


L’instant dans

Sa plénitude fugace

Renoue le fil brisé

Aux confins de nul lieu

Résiste à la folie

Des remparts protégeant

Les mirages de pouvoirs


Royaume éclaté

Plage d’innocence


Rien que l’ailleurs

Et son mystère


Plus rien d’ailleurs

Sinon le vide consenti

Où nos espoirs

Scintillent



Women in the heart of darkness

Women in the shadow

Of lonely homes

Under the veil of infinite sorrow


Silenced women

Confined in a few

Sequence of events

As time goes by


Women isolated, concealed

From others’ view

On account of love

And faithfulness


At times

Fleeting fulfilment

Ties anew the broken thread

Pulled out of boundaries

From nowhere

Resists against the madness

Of walls protecting

Illusions of power


Broken up kingdom

Space of innocence


Nothing to look for

Anywhere else

But mystery


Nothing more anyway

But allowed emptiness

Where our hopes

Twinkles.




ALIMUN

France / Espagne

En espagnol


Paz…


Blanca y dulce,

Paloma de la Paz,

que gloriosa,

desde el cielo descendías,

¡Mil veces te mataron!

Las bombas que llovían,

en los cielos

de Guernica, Asia y Afganistán.


París Marzo 02.




ANNEIX Christian

France

En français


Destins de Femmes


J'ai vu des femmes aux visages voilés

Dont les yeux conquérants larmoyaient en silence.

Puis vint le temps des faces grillagées,

Des coups de fouets qui frappaient en cadence.


J'ai vu des femmes dont l'unique désir

Etait de vivre comme toutes femmes

La tête haute au milieu des émirs

Et non le front bas sous les gifles infâmes.


J'ai vu des femmes à genoux sur le sol

Avec les bras tendus pour l'ultime quête

Implorant l'exalté que la haine isole

Avant de périr sans baisser la tête.


J'ai vu des femmes rebelles

Priant un dieu les ayant oubliées,

Prisonnières dans des citadelles

Dont lui seul détenait les clés !


J'ai vu des femmes dont les joues humides

S'ornaient de dentelles de larmes perlées,

Coulant doucement dans les profondes rides

Creusées par les pleurs d'une enfance brisée.


Je verrai j'espère des femmes affranchies

S'offrant à l'avenir avec fierté,

Et pour qui les roses qu'elles auront cueillies

Répandront l'odeur de la liberté...




ASSABAN-FOULQUE Danielle

France

En français

Ecrivain et animatrice d’atelier d’écriture


Sous le voile


Lorsque ta voix se brise

contre le sommeil impudique

du monde,

tu ouvres les portes de l'innommable

et domptes les mots imprononçables

pour que se relève l'espoir;

car, dans le silence glacé

d'aujourd'hui,

frémit la parole incandescente

de demain.


Ta beauté fait rêver

les miroirs assassinés,

à l'ombre plissée de l'exil.

Femme au regard bâillonné

par des hommes aveugles,

derrière les grilles de ta nuit

s'enracine la mémoire du monde,

au jardin foisonnant des songes.


Et déjà,

tu ressèmes la vie,

long chemin d'étoiles rebelles

au milieu de nulle part,

poussière scintillante de paix

sur les ailes de l'à-venir.




AYMARD Guy

France

En français

Poète


L’enfant de Kandahar


Il ne cherchait pas à bien vivre

Pas même à mal vivre, mais ivre

Vivre encore un jour, derechef

Cet enfant s’appelait Youssef !

C’était un enfant du carnage;

Nul peut-être n’eût dit son âge:

Douze ans sans doute ou même dix !

Il se souvenait que jadis

On avait ramené son père

Immobile comme la pierre,

Le cœur arrêté, les yeux clos;

Il avait gardé ses sanglots.

Jamais il n’avait vu la rue

Sans que l’atroce peur s’y rue:

Hommes barbus pleins de mépris,

Machines de guerre sans prix !

Sa maman, infirmière habile,

Dut fuir l’hôpital de la ville;

Elle était morte avant l’hiver

D’un coup frontal de revolver.

Il était tout seul dans sa cave

Quand le bruit monta d’un octave;

Les bombes tombaient; il dut fuir !

Dans une sacoche de cuir,

Il portait toute sa fortune,

Disons plutôt son infortune.

Avec les populations,

On cherchait d’autres nations,

Les trous, les déserts, la montagne.

Partout la faim les accompagne;

Il fait froid l’hiver sur les rocs.

L’enfant vivait de menus trocs,

D’incertains travaux et de peines,

Suivant la foule aux heures pleines.

Non ! les grands ne pardonnent pas

Aux enfants leurs trop petits pas !

Mais pour ces fuyards dans leurs erreurs

Ce sont d’identiques misères:

Plus rien à manger, les grands froids

Et la fatigue, tous les trois

Faisant œuvre de mort ! c’est pire

Pour l’être faible qui soupire !

On était au bout ! le sommet

Coupait la route; Allah dormait !

Des avions passait sur les crêtes

Allant vers leurs cibles secrètes.

On leur parachutait parfois

Des nourritures d’autres fois:

L’enfant de Kandahar, trop frêle,

Gardant la faim qui le bourrelle !

Un jour, de la corniche, on vit

Dans la tempête qui sévit,

Sur la plaine qui bat, qui bouge,

Des fourgons portant la croix rouge.

Chacun dégringola ses monts

A s’asphyxier les poumons.

L’enfant n’était pas le moins leste

A croire à la manne céleste,

A courir, à sauter, louvoyer,

A faire le rêve d’un foyer.

D’aucuns chutaient dans une faille;

Quand l’un glisse, l’autre défaille.

Il était presque en bas, le temps

D’enjamber ces rochers restants.

Le souffle coupé, le pied roide,

Il dévala la pente froide.

On le trouva dans le relief;

Cet enfant s’appelait Youssef.


16 décembre 2001




BARRIERE Nicole

France

En français, traduit en italien

Poète


Le 7 octobre, je rencontrais Latif Pedram

Le 7 octobre, les bombardements commençaient sur l’Afghanistan

Je dédie ce texte à Latif et à son peuple.


Battements de cœur pour le peuple afghan


Bleu - la lune en transparence de ciel

Bleu - le voyage de nuit en décalage de lumière

Rouge - la traversée sauvage d’éclairs dans ton ciel pur

Rouge - le vent souffle et peut tout tordre

Bleu - la pierre sèche près du jasmin

Bleu - la lenteur et la profondeur du regard

Rouge - la mélodie syncopée de la peur

Rouge - l’approche suspendue du baiser de la mort

Bleu - entre deux battements de cœur

Rouge - l’amour et la vie en résistance d’histoire

Battements d’oiseaux ou de cerfs-volants.

Battements d’étoiles invisibles

- Battements -

- Battements - la neige brûle sur ton corps.


Paris le 7 octobre 2001



Battiti di cuore per il popolo afgano


Blu - la luna in trasparenza di cielo

Blu - il viaggio di notte in sfalsamento di luce

Rosso - il passagio selvaggio di fulmini nel tuo cielo puro

Rosso - il vento soffia e può torcer tutto

Blu - la pietra arsa vicino al gelsomino

Blu - la lentezza e la profondità dello sguardo

Rossa - la melodia sincopata della paura

Rosso - l’approcio sospeso dal bacio della morte

Blu- tra due battiti di cuore

Rosso - l’amore e la vita come resistenza di storia

Battiti di uccelli o di aquiloni

Battiti di stelle invisibili

- Battiti-

- Battiti - la neve brucia sul tuo corpo


Traduction en italien de Hélène POUILLE



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Prière du soir


Mon amour,

Aussi vaste qu’un paysage

A l’accent sans fêlure

Mystère étrange et dévoré de feu

Mon amour percé de doute

D’un pas d’insomnie

Quand s’adoucit le crépuscule de l’âge

Mon amour

Les longues nuits

Où rode le crime

A l’embrasure du temps

Le chant de deuil et de réconciliation

Mon amour

Avant de t’endormir

Baigne toi de brume laiteuse

Et d’écume

Et de vent

Avant de t’endormir

Dans le clair blanc de lune

Le bois mouillé des cyprès

Rappelle toi la minutieuse banalité du jour

La vie ardente et injuste longtemps

Me retint prisonnière

Jusqu’au jour de liturgie de ta parole

J’étais aveugle et tu fus mon regard

J’étais infirme et tu fus mon geste

J’étais sans voix et tu fus mon cri

Mon amour

Quand vient le soir et le poids du jour

Qui se tait devant l’injustice

Ce puits triste ou se perd le grand fleuve des épreuves:

Malheur et néant unis dans la mélancolie

Ouvre mes lèvres

Pour qu’elles soient fidèles à ta parole

Verse l’eau pure sur la dure pierre du monde

Pour qu’elle devienne cœur de chair.



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Prière pour l’amour et la paix


Que sera l’innocence ?

En ce rêve d’automne courbé sous ton absence

En cette haleine blanche cueillie dans la rosée

Cette source d’amour dans la nuit apaisée

Cette feuille tremblée

La lune à sa patience

Et l’amour indulgent

Il est tant de couleurs en transparentes flammes

L’air, l’eau, la vitre, pénombres

Des oiseaux déguisés en fleurs de songe

La neige des douleurs griffant l’âme

Et la paix

Le cœur en muette complainte

Ensanglantant le bleu

Voleur d’églantine

Amant noir de mes nuits

L’andante du berger coulant dans le ruisseau

Et l’amour indulgent

Et la paix

En ce rêve d’automne courbé sous ton absence

En cette haleine blanche cueillie dans la rosée

Cette source d’amour dans la nuit apaisée

Quand verras-tu sur le vitrail du temps

Ma flamme couleur de cendre

Et ma prière de cire ?


4 octobre 2001



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Eteindre la douleur

Le labyrinthe opaque des questions

Les larmes de sang

Sang et blanc, rouge et neige

La rigueur du suicide et les gifles de l’origine

Un accouchement du monde dans le marécage de la vie

Des ravages

Des zones intermédiaires où naviguent les signaux de l’inconscient

Les voies escarpées d’un poème de Rimbaud

Noir et souffle

Le miroir d’un seul côté de la frontière

Ouvrir les murs du lointain pays du sommeil

Où se construit la connaissance de la mort

Le temps creux d’une attente sur la grand route

Où s’est tassée l’angoisse neigeuse du désespoir

Malaise sourd et mélancolique des failles temporelles

Brouillon parallèle des résistances

A squatter les déserts ou à prendre la route

Attentif à l’instant où l’unique se dépose

Cloisons esthétiques

Le pont invisible où trépasse l’avenir

Des pauses inutiles de la nuit : rêves noirs de cri et de trouble

Pierres vivantes comme des légendes

L’histoire d’un conteur qui arrache les larmes

L’absurde inachevé de l’âge dans sa pesanteur d’enfance

Au passage à vide des saisons de peupliers

L’incendie souffle le chaos du monde

Et l’intensité des présences inquiètes

Je voudrais allumer la juste étoile dans ce couchant de braise

Où les silencieux blessés signent le sublime de l’ordinaire

Sur le papier gris de l’idéal

Les masques de leurs frères morts se transforment en tendresse

Encerclés de colère, ils font naître les étoiles du fantôme mendiant d’un ange

La plume et l’amour sont arts rares et fragiles

Sensibles et subtils vibrations aux chocs des oiseaux


Courbes les montagnes

Courbes les rivières

Courbes les femmes et les fentes

Courbes les sens et les vagues

Courbes les volutes de l’histoire

Comme une fleur posée à l’orée de la mer

Dans le spectacle intime au troublant détour

L’exploration des conques au mystérieux cloisonné

Le temps surpris par l’inconnu

Le voyage empli d’espaces pastels

Les eaux de la conscience retracent le parcours des rochers escarpés du désir

Dans la chorégraphie abstraite et l’inquiétude à dire la mort inhospitalière.

Cendres baroques embarquées aux rivages de l’obsession

Eteindre la douleur des passeurs d’essentiel.


4 février 2002



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Berceuse pour l’enfant


Regarde

Cet oiseau a créé la terre d’un brin d’herbe

Il se repose au jour et sort la nuit

Pour son chant mélodieux

Il est tendre comme la sève


Entends

Au souvenir des battements d’ailes

Le monde des ancêtres renaît

Ce toit commun pour vivre ensemble

Nous serons unis dans le rêve

Par la tendresse du soleil

Et nous ferons la paix à deux


Pourquoi es-tu triste ?


Le soleil s’est caché sur cette terre

L’herbe ne pousse pas entre les copeaux de neige

La loi de la terre.

Dans ce sanctuaire

Espace vaste et blanc sur la carte

Le monde des vivants touche celui des morts

La loi sur cette terre : c’est être solidaire

Tu seras tendre comme la sève

Et nous ferons la paix à deux


Vois

La nuit - ouvre l’avenir

Plonge dans les champs de houblons et les été de bleuets

Fleur de l’instant pour rejoindre l’aurore

Ecoute battre le cœur de l’arbre

Cours à l’horizon où le ciel plombe la mer

Tu seras tendre comme la sève

Et nous ferons la paix à deux


Je te souhaite la vie douce

Sans l’encerclement de la guerre

Dans les filets du vent, chante celui que j’aime

Il sera tendre comme la sève

Et nous ferons la paix à deux


Son souffle sur le cercle chaud de la terre

Rend libres les êtres invisibles

Il caresse les bruits de l’hiver

Il écrit son nom sur la neige

Une baie rouge des montagnes à ses lèvres

Il sera tendre comme la sève

Et nous ferons la paix à deux


Partir d’ici

Il me tarde tant de te voir

Pour ne plus jouer avec la mort

Tu seras tendre comme la sève

Et nous ferons la paix à deux.


24 décembre 2001



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Rencontre nomade


Je chuchote : je suis de cette terre

Et les vies comme des bateaux ensablés

ramènent des questions en silence

Les racines embarquées sur des barques sans nom

Et la vie pour reconnaître ton visage

Ne cherche pas : on s’est trouvé !


Le poème vole, vole comme le vent

Je chante les deux moitiés d’orange

Où es-tu , poète de la fièvre, de la source et des racines ?

Où es -tu, poète aux mots d’azur arrachés aux ténèbres ?

Où es-tu poète de l’improbable, dans le poids du silence

Où es-tu ?

Ta musique m’obsède au coeur de la solitude et de l’amitié

Je te retrouve dans la vallée d’exil, vaincu au bord du Lac

Albatros doré du soleil

qui frise l’eau comme un miroir

Tu es chez toi

La confidence ronge les doutes et les angles incertains de l’exil

L’écume des vagues sur l’encollure,

tu galopes de ta révolte sourde et indestructible

Où es-tu ? où es-tu ?

Pars ,pars sur tes terres de poésie

Vis quand tu n’as plus la patience

de voir le soleil incendier l’eau du torrent

L’eau se sauve de la terre interdite

L’eau s’infiltre et le volcan ne dort pas

Et tu viens respirer le soufre de la mer

Et tu viens espérer le souffle de la vie

Je partage avec toi la pyramide et le désert,

le théâtre d’ombres et de pierres abattues

les dieux lares figés dans leurs masques

le chant de la terre s’infiltre, s’envole

une musique de questions

l’origine des silences

où es-tu ?

je te retrouve dans nos rencontres nomades

et nous allons capturer le chant

le chant des nuits où les fusils tirent sur les figuiers

Barbarie sourde aux cris des torturés

Où es-tu ?

je te retrouve dans nos rencontres nomades

et nous allons capturer le chant

partager la route avec les mêmes colères

partager la vie avec ses douceurs éphémères

si tu le veux,

dans nos rencontres nomades

aussi nous aimerons.


15/09/02



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Hèle la rose d’amour

Luxuriance fragile

En suspension d’un parfum de ciel

En courbure d’espace

En égalité de signe

Phare nubile

Je l’ai posée au plein fragile de tes mains

Dépouillée de la pauvreté de moi-même

Comme la vie, flèche brisée

C’est ainsi que je garde la lumière

L’oubli de l’intrigue éphémère

Seule la robe garance de la fleur

Au dire d’ambre

Au dire de trèfle nu

Au dire de torche ultime

L’ère des larmes aveugles et extrêmes

M’a soumise , affable au chagrin

Comme le fragment de la fleur

Parcelle arrachée à un amour si grand

Je suis là tout entière

Et tu mesures l’étrave de mon coeur

Pris dans les filets de marées buissonnières.


BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Les vulnérables

(écoliers afghans)


Dans la craquelure des endroits de la nuit,

Les vulnérables

Au désespoir de sang

A la transparence de chair

Sur notre vaste terre de détresse

Les fleurs se brisent à l’heure suprême

Le soleil blanc, la neige contrastée d’azur

Dans ce murmure d’errant

Un rire d’enfant face à un seigneur de la guerre

Tient à pleines mains le livre

Et ses lettres orphelines

Dans la danse accélérée de la mort

Le nu, l’acte suspendu dans le néant

Tu portes le tablier noir

Ton regard questionne le monde

L’image claire et nette

La forme réduite de la mémoire

Silhouette fragile : ton espace d’enfance flambe

La calligraphie des racines

Ta saison de jeune pousse

A forme de révolte qui se brise sur le granit de l’histoire

C’est toi l’écolière qui change la hampe d’une rose

contre la plainte jaune du vent

Juste risque d’orage en ce temps d’équinoxe

Le ciel d’orange pleure son manque d’étoiles.


13/02/02



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Noruz


Noruz, apporte l’espoir

En ce jour où fleurit le printemps

Apporte la soie de la pourprée

La saveur d’un grand vin

Le suc d’une gousse

La sagesse carmin

Le suave du pain

Le sulfure de l’argent

Et le sel de l’ivresse

Et chasse l’amertume


Je troque le panier de tristesse

pour l’éclat du miroir

Pour la couleur des oeufs

Le miel de la tendresse


Noruz

A la bougie du soir

Les ombres du passé

Quand naissent les jeunes pousses

Je vois les poissons d’or rêver à la lumière


Je troque le panier de tristesse

Pour l’aube et le lait

La lumière des fruits secs

Le miel de la tendresse


Noruz

C’est l’aube et c’est la nuit

C’est le rêve et la cendre

Le printemps et sa liesse

A l’odeur de vanille


Noruz

Accomplis nous ce voeu tressé à l’équinoxe

Pour l'espoir et la paix.



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Au pays des ombres

Ce qui a été créé par l’homme

A disparu

Calme de cendres

A l’éruption d’une des quatre lunes

Le temporaire embaume l’éternité

Emeutière bleue

Portée de brouillard

La forêt des arbres morts

Où brûlent les âmes guidées par le soleil

Doigts liés à la corde du remords

Les morts, bouches ouvertes

Devant la saillie des pilleurs de tombeaux

Le berceau de tristesse

Empreinte la large pierre

Et sculpte les larmes du soleil

Porphyre laiteux des larmes

Le temporaire embaume l’éternité

L’amphore blonde du repos

En passerelle sur le vide.



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Je veux écrire pour toi la paix.

( à Latif Pedram)


Plaines nomades surmontées des montagnes blanches

Des cavaliers de feu prient le long de la rivière

Sur les galets dans cette vallée trop haute

Où on peut vivre libre le destin ou l’exode .


Les fleurs du printemps sont belles

Et les amis attentifs aux racines

De l’avant et de l’après


Dans les jardins embaumés on donne à manger aux oiseaux

Et aux âmes profondes et grandes

Quand l’ailleurs se rapproche


Sur les lieux vides de la violence et de la mort

Le chant du rossignol dans les vignes

Les roses et le ciel plein de soleil


Le manège vide de la guerre, les ruines

Où la tristesse de l’art se tait

Et dans le silence , parle avec Dieu.


Cette musique qu’on ne peut dire avec les mots

Le chant du rossignol, le chant de la vague du vent ,

De la vague des arbres, de la vague de l’histoire.


Avec les roses, je veux écrire - pour toi - la paix

La liberté de ton pays nomade

Les fleurs de printemps et les âmes profondes

Je veux écrire jusqu’à l’envol irrationnel de l’amour.


9 mars 2002



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Foudre, poudre

L’éclair blanchit

Le contour des nuages

Il y a des frissons

Sous la sève du ciel

L’arc jeune

Trace

L’incertain et l’éternel


Je vois

Le jeu des ombres

Dessous

Les lignes crépuscules

Je perds l’éclat

Qui suit l’orage

Humide lueur


Un oiseau

Dans la boisée des chemins

Le bois d’hier

Oscille

Dans une feuille

Ecorchée vive


Cette écorce du levant

Ourle

Un tronc

Qui lève ses aluns

Allée où une houle

S’éparpille

Comme les feuilles

Automne et printemps réunis


L’orage ravive

Sa voix

Et la voie des nuages

S’enlumine

Au tiers instant

Livre un courant

L’air

Chasse le soufre

Dans un ruisseau d’ombres

Nasses d’éclairs

Un point lisse

Dans cette course

Des pluies

Lisse , l’eau glisse

Jusqu’à l’oubli

Vaste estuaire

De silence.


12/04/02



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Résurrection


Dans le temps du rêve, tu parles au dieu arc en ciel

Ancêtre de la création

Sur ce rocher antique

Où juchent les oiseaux multicolores

Totems dans les rêves

Ils ressemblent aux esprits

Comme la lente danse des femmes

Quand elles simulent la transe pour la cueillette

Dans le temps du rêve se dessinent des pierres brûlantes

Les messages accessibles des falaises

Ou l’écorce peinte , les figures laissées sur le rocher

Comment réveiller l’esprit endormi ?

Deux femmes rêvent en attente de miel

Et d’eau

Des gardiens de puits

L’homme très ancien est entrain de mourir

Sans connaître la vérité

Sans savoir où il trouvera assez de larmes

Dans la nuit sombre éclairée d’incendies

Où se perdent les voix

Où chercher dans les cendres les fugitifs et les morts.

Une troupe divine défile à l’heure de midi

Quand sonne l’avènement d’un Sphinx sauvé des eaux

Et le ressuscite en changeant d’époque

Par la grâce des lettres en dédicace aux dieux sauveurs.

Dans les fragments de granit apprivoisés par les vagues

L’axe des rêves et dans la ville retentit l’écho

Le vieux rythme des eaux caresse la sépulture des veuves

Venues du fonds des temps

Là où le songe prend forme de connaissance et dessine le destin.

C’est l’heure où le vieil Orient se pare des couleurs du rêve

Mais les nuits sur la barge

Dans le linceul des eaux

Parfois l’amour consent à révéler la beauté

Et parfois consent à rendre à la vie

Les dieux vaincus qui veulent l’écrire.

Les noms , les souvenirs enfuis résonnent comme un appel

Les noms répétés jusqu’à l’infini

Le jour d’offrandes des morts

Alors la femme renaît de chair et de sang

Entourée de lampes ornées

De gourdes de pèlerins

De vases de parfum

Et d’une statuette d’enfant

C’est le prélude d’un étrange voyage

Jusqu’à la remontée du Styx

En lisière des mondes des vivants et des morts

Dans le silence des eaux

Le mythe grandit et hante à nouveau les songes

Une haute silhouette de rage tournée vers le large.



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


O petit réfugié


Dans la couleur du sang flambe une gazelle

Sur terre la couleur noir

Sous terre la couleur noir

Deuil imitant le vent blessé

Deuil à voix de cadavres

Mémoire quêtant les rêves brisés


Enfance aux jeux des pleurs

Enfance aux restes brûlés

O petit, petit réfugié

Qui marche sous la pluie

Qui marche dans la boue

qui entend les explosions

qui entend les avions


là bas ta maison a brûlé

là bas les colombes ont péri

O petit, petit réfugié

Ton ciel est occupé

Ta terre est occupée

Ton village est détruit

Ton rêve s’est brisé


Tu marches sous la pluie

Tu viens voir ton pays

Tu marches dans la boue

Tu respires l’odeur de ta terre

O petit, petit réfugié

Vêtu de ronces et de rêves


Le feu court sur l’ombre

Et son odeur mortelle

Trouble ton rêve

Griffe l’espace de rose

Le bruit perpétuel du ciel

Ce chant désaccordé

Vibre sur les vitres

Comme les corbeaux inquiets

De l’autre visiteuse


Dans la grande blessure

Son silence

Puis rien

Aux fontaines dorment des gens

Pareils aux autres

Pareils aux cadavres

Le pas mal assuré

Tu marches

O petit, o petit réfugié


Demain la nuit fermera l’histoire

Et détournera le regard



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Cauchemar


Le délire des eaux, le songe d’un arbre , le tremblement du sel et des oiseaux noirs et le temps qui ne connaît plus le rire.

Seuls des décombres d’hiver, seuls flambants comme l’âme dans sa peur, pleurs d’âme chassée du souffle.

Une arche hante . infortune comme le tonnerre d’une troupe au galop, sauvage ruine de pierre dure et froide

De grandes secousses ferment le jour, le sang coule de la fissure sous un seuil brûlant.

La mort et le sel de la torture comme arme, souffle à souffle, une porte a pris la couleur du ciel – noir- je compte les ombres et ne dors pas.

La nuit n’invente rien hors les rumeurs de la mort

La nuit et ses bas fonds d’ignominie des hommes

Déchet des rêves qui tremblent dans la voix

Il est tard et je brûle

Il est tard et j’erre

Jusqu’au matin de la peur

Sans l’odeur des lilas

Sans l’angle de la lune

Du grand masque l’étrange solitude revêt son armure d’arbre

Je livre combat aux ombres –tristes dépouilles d’au de-là

Je suis devenue ombre étrangère et aveugle

Tant de larmes ruissellent à l’envers du soleil

Tant de larmes dans la cendre des yeux

Tant de larmes veillent l’alarme

Tant de larmes saignent d’inquiétude

Tant de larmes gémissent au fanal

Ecume de silence , là ou épaissit le silence

Amour, dormez vous ?

Amour, où coule votre sang ?

Pareil aux ombres

Pareil au feu

L’inconnu où fuient les racines du temps

La voix , je n’entends plus la voix fragile de vos tourments

Sans rempart contre la mort,

sans nom,

j’appelle l’étoile

et vous offre la rose pleine de son amour.



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Afghanistan 2002



Homme de 500 000 ans , encerclé d’air et de feu

Dans ce passage étroit de roches, d’os et de pierres

Tu pousses ton destin dans l’orage de poussières

Enigme primitive luttant pour la révélation du motif du cercle

Dans les campements de huttes rondes – les réfugiés

Ils regardent l’ angoisse du passé, du futur aux larmes du destin

Ils entendent la percussion des outils de torture

et l’hostile menace rodant sur la frontière.

Dans les traces de feu reste encore la complainte

de créatures étranges présentes dans les flammes - les diables

dans la plaine du Bouddha disparu,

une grotte abrite les réfugiés

Les traces de la guerre marquée par les débris de mines et de bombes actives

au-dessus de la plaine passe le glissement des nuages jusqu’ l’orage du ciel

partis dans l’au-delà – les arbres-

un enfant se balance au-dessus des tombes

dans le silence de sa génération sacrifiée -lance égarée

au péril des combats, des famines et des épidémies

nous voici sans date, calvaire bleu comme des défunts

âme et corps ensemble

qui se souviennent et tentent de se retrouver

au point de police des frontières,

le cri désespéré de la mélancolie : « aidez moi à les retrouver ! »

ce qu’il reste des arbres dort vivant et se fait bord du ciel

somnambule matin où embarque le dernier pressentiment des femmes

seules survivantes

les traditions

Les prisonnières cachent leurs visages en attente de jugement

les enfants rodent près d’elles

intérieur sombre où l’étrange austérité du voile isole jour et nuit

dans l’arrangement des mariages, le cri désespéré de la mélancolie:

« je crie, je brûle,

tu peuples mon corps de vieillesse

toi, seul, gris et grand comme un sépulcre

je suis un fruit convoité par la mort !

Texte écrit au vu des photos publiées dans le journal Times sur l’Afghanistan

juin 2002.


Sentier sauvage


L'encerclement du vent dans la nuit de détresse

Je suis pauvre comme l'air arrêté à mes yeux

dans la froidure d'hiver, je raconte aux nuages

la fin de l'avenir

et toi , amour

je te rêve en silence

je suis comme l'amour sage

assis aux bords des pierres et des arbres dorés

je vois vivre l'image, je raconte au sentier

la fin de l'avenir

et toi amour

je t'aime , la vie est là

suspendue , insaisissable

dans le réveil triste

dans l'espoir mutilé

je t'aime

j' attends l'harmonie lieu et âme

le matin apparaît

c'est l'heure sombre du brame

et suis silence de biche aux aguets

c'est l'heure sombre - l'orage-

à l'abri des regards

comme le brame du cerf

roule profondément sur l'ardoise du ciel

j'épie le sous-bois

à l'heure de la tendresse

très tôt l'heure est je t'aime

l'heure où tu aimes est tard

au bord de la forêt, le chemin se fait rare

j'avance entre des ronces

je trouve le hallier

et là , biche sauvage,

j'écoute dans les branches jusqu'à l'écho du large

le profond de la terre

le volcan gronde l'espoir et la foudre d'un amour qui naît?



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


L’oiseau de paix


Aux enfants d’Afghanistan, d’Irak, de Palestine...aux enfants de la terre humaine.


Il y a des pins qui flambent

Au sud de la mort

Dans le parfum des cistes

Août et la rigueur de l’amer océan jouxtent le chaos de la guerre.

Août, août, un mois de moisson manquée,

L’épousaille des massacres.


Que j’invente une ombre à l’ancre d’un nuage

A ce rivage ancien de cendres et d’orages

Nous nous reconnaîtrons


Il y a des maisons qui flambent

Au sud de la mort

Dans les feuilles de ceps

Août et la terreur de la guerre

Août, août, un mois de vendange perdue

L’ivresse des massacres.


Que je tremble au cri de nulle étoile filant

L’enfance en otage, au deuil enflé de sang

Nous nous souviendrons


Nous nous souviendrons de cet oiseau , inquiet de l’arbre

Dans le feu de la nuit

Nous le reconnaîtrons, vêtu de paix blanche

Dans le ciel de colombe

Nous l’attendrons, dans l’espace court de nos fenêtres ouvertes

Nous l’appellerons, dans la part obscure du silence

Profond, impérissable comme l’espoir.


Il naît, son chant inachevé

Dans le champ étroit de la guerre

Il naît de sa branche humaine

Dans la vitre brisée

Il naît de la terre immense et offerte aux vivants

Quand le ciel la recouvre à l’entier de l’amour.


07/08/02



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


L’attente, pauvre douleur d’incendie

Ma souffrance

Mon épreuve

Et le sourire de Dieu posé sur moi

Dans l’exil du ciel

L’orage courbe les nuages

Déjà l’amour ne contient plus nos mains

Elles volent au silence des sources

Dans ce jour d’abeille arrachée à ses rayons

Déjà les oiseaux approchent

dans le jour exaucé de son miel

tout le tumulte de l’arbre

se cabre dans la poursuite du feu

là où se creuse la cire

absence acérée

inquiète résistance

dans la poursuite d’aimer

trait d’or dans le pollen du cadre

les limites débordent l’alvéole

les flammes des noces en l’absence d’ombre

le profil des amants dans le nectar du lit

comme une digue étroite où la rencontre diffère

royale

comme l’impénétrable gelée , la lumière emporte

le cueillement de l’heure souffrante

les fresques nocturnes

les lueurs du songe pénètrent l’habitude

en traces de sang sur le seuil de la page

le désarroi, épi aimé

l’austère solitude du lierre

l’attente, pauvre douleur de cendres

braise et charbon

Ma couleur d’agonie

jusqu’à ouvrir un sourire de rose

planant sur l’eau du songe

la flamme consentie du soleil

quand miroite l’heure multiple des Dieux

sur les chemins de prière.


06/08/02



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Le pas palpite, fuit, grave ; c’est un sourire à l’horizon, les regrets se parlent en secret, peut-être le désert prend fin.

L’espace et ses postures d’oeuf ou de feuille pliée, longue, fine et vulnérable. Ainsi inventer d’autres mondes sans vertiges, sans blessures. Clair et abrupt silence, quand je te rejoins après tant de messages et te parle de ce pays que l’on ne nomme pas.



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Hommage à Massoud , la Résistance.


De grands fauves masqués ont surgi

Dans la belle vallée

Voici que le grand lion saigne sur la falaise

La brume de septembre s’est changée en fournaise

Elle enflamme les pierres jusque dans la rivière

Les compagnons sont là pour le dernier combat

Les salves et les larmes se mêlent à la foudre

Voici que le grand lion repose sur la grève

L’attente de septembre s’est changée en eau sombre

Les compagnons sont là pour le dernier adieu

Ils se souviennent tous :

Les feux sur la montagne,

La marche hantée de songes

Et le temps d’un poème à l’eau d’une fontaine.

Ils se souviennent tous

Du visage de paix

Planant sur le Panshir

De la lumière versée à la prière du soir

De la hâte des roses à l’angle du matin


Massoud, la Résistance

Avec sa majuscule

Vêtue d’humble et de boue.

Porteur de source humaine

Et d’Etre enflammé

Dans le profond du ciel

S’achève ta paupière

Et ton sourire frémit au creux de ta vallée.


Massoud l’Afghan

Le puits de la tristesse

S’attache à mon poème

Et imprime la fleur du plus ancien message :

la rose de la vie arrachée par la traîtrise du vent.


Août 2002



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Le coeur bleu


Le coeur bleu s’étiole

Bleu à l’heure de midi

J’enquête sur la mort prématurée des roses

Je reste seule près de la fontaine

Implorant la mort heureuse

Le coeur bleu s’étiole

Dans le reflet de l’eau

Une autre,

Une autre et l’obsession d’aimer les fleurs

Bleu à l’heure de midi

L’agonie

Des roses

Les roses sont fleurs fragiles

Le coeur bleu s’étiole

Comme ma propre mort

Dans le reflet d’une vitre

Bleu à l’heure de midi

Le coeur bleu s’étiole

Dans le reflet de l’eau

Une autre, obsession de t’aimer

Seule près de la fontaine

Où rafraîchit ton coeur

Bleu à l’heure d’aimer.


Je suis triste

Le vent du Sud a soufflé et a emporté la rose

Je suis seule

Mon aimé m’a quitté et a emporté mon âme.

Le bonheur vit dans les limites de la mer

Battant lentement les rochers

La vie guérit le temps de ses blessures.

Bleu à l’heure de midi

Dans le reflet de l’eau

Une autre obsession

Bleu à l’heure d’aimer.



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Un mort sort du fleuve

A tâtons de la nuit

Prompte est l’âme

Des enfants déportés

La neige des êtres libres

A côté des armes et des prières


Prompte est l’âme

Quand les plaies invisibles

Hurlent leur douleur

Et sentent - inévitable -

La guerre


Prompte est l’âme

Et son cri « aidez-moi »

Sa crainte sourde

En pressentiment demande liberté et justice.


La blessure se reconnaît à sa couleur pourpre

Et les questions brillent au fond du regard

Les questions comme des moineaux meurent des balles perdues.


Personne n’aime regarder la mort,

Ni la force mystique des blessés

Le chaos des vivants qui cheminent vers l’enfer

Comment vivre blessé sur la terre blessée

La terre pénétrée par l’enfer

Et pourtant seul refuge au-delà de la haine

La terre avec ses yeux vivants de questions

Humaine au risque de ne plus être

Au-delà de la haine,

Prompte est l’âme

Dans son vol au-delà des nuages et des mers.


31/10/2002



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Le territoire des solitudes.


Dans le territoire des solitudes

Je ne retrouve pas le bruit très ancien de la nuit

Seul le feu étrange des songes survit

Et la colère de l’orage

L’étreinte jusqu’au tremblement

De l’ancre du désir jusqu’aux pleurs des étoiles


Nulle parole dans l’humble quête

Nul oiseau ne signe l’éveil

Nulle nuit libérée des torches

La lumière- la nuit-


Je ne retrouve pas la rive immaculée de la mémoire

Seul le vent brûle de sa voix

Et le taire se confond avec la foudre

Le fragile versant du rêve

La nuit- l’appel qui creuse le silence

La nuit- l’obscur du coeur embrume la solitude


L’ombre hantée d’un souffle

Amour- amour cet amour

Au tremble suspendu d’attendre

Dans le bruit très ancien de la nuit

Amour hanté d’hier

Chauffé à l’inquiétude du poème

Sinueux et sombre

De la brutalité des combats,

De l’insurrection du monde des morts


Un homme blessé escorte une femme nue sur d’antiques charniers

Un voyageur pénètre la cité

Messie allégorique des morts sacrifiés

S’étonne des rituels transformés en blocs de pierre

Temporelles cités de nos vies

Temporels horizons de nos rêves

Formes nouvelles d’écriture, pleines de ce temporel et déliées du vide

Présences mouvantes

Présences nues de lumière

Quel destin d’homme et de femme nous échoit

Quelle présence éphémère d’enfance

Quelle genèse dans la vague des âges

Dans la lente ondulation de la vie à la lueur de notre obscur

La vie et sa fracture ouverte à tous les univers.



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


L’enfant et la guerre. (Tchéchénie)


Tel un fleuve à ses berges

Un pont aux éclats de soleil

Fuit le jour blanc de lune


Dans l’ocre et l’or du couchant

Au bout de la falaise

Des gouttes d’arc en ciel

Une longue nuit d’ombres

Et d’oiseaux brisés par le voyage

Quand le ciel flambe

Du silence d’aimer


Un enfant crie

Et voit la paix transformée en enfer

Il crie son île perdue

Dans le tombeau d’enfance

Il crie

Et les volutes des temps amers jouent une sinistre marelle

La loi de la guerre

Sur la citadelle dressée dans la plaine

Comme un mirage qui ne se rend pas.

Seul le cri de l’enfant

Seul dans le vent où tombe la nuit

Seul pour voir mourir des fagots de semblables

Seul

Comme un champ où mûrit le miel

Seul

Dévoré de flammes

Un enfant crie

Et voit la paix transformé en enfer

Dans l’ocre et l’or du couchant

Au bout de la falaise

Des gouttes d’arc en ciel

Comme larmes de détresse

Sur les gravats des dieux.


15 décembre 2002



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


L’amour des justes


Les clairières du jour étaient leur univers

Ils avançaient dans l’espoir

Leurs voix étaient de claire main


Risquons-nous avec la solitude

D’entrer dans une entente où nous soyons amants

Que les joies du début soient jumelles ?


Etions nous des ombres révélées par le rêve

Qui nous accueille et entre dans la veille

Qui revient à l’enfance habitée par nos pas ?


Une aube où nous fut dépeuplé cet éclat

Rugueux comme une falaise de septembre

Les flammes consumées des cauchemars


J’ignorais que tes mains étreignaient la rivière

Un jonc d’alliance libre

Un parfum d’orchidée sur la faille


Ce soir là, nous nous sommes rencontrés

Sur la place du sens

Attendaient les ruines de nos silences


Les multiples pertes d’eau et de feu mêlés

Dans les rues marchait un vent de poussière

Les justes gisaient, acanthes changées en buis


Furieux septembre, terrible guerre

Serons nous encore attachés à la peine

Serons-nous la flamme habitée du rêve ?


Retour à la maison d’absence

Intervalle d’où échappent les mots

Soudain brûlants de mémoire

Soudain familiers de piété


Les âmes purgatoires d’un peuple cheminent à verse

J’entends leur question dans son éternité

Je réponds la voix blanche

Ô âmes en souffrance

Ce jour d’acquiescement de votre appel aveugle

Je récite le jour jusqu’au falun des rêves

En ce temps où la foudre traverse la harde des silences

Je parle du dedans, un son d’éternité

Je franchis la parole de ma langue étrangère

De chutes averties et d’amorces à bord

Le clair en passe d’alerte

Le tendre pris de révolte

Tel

Et plus calmement

A cet instant du jour vient fluer au rivage

Les flots d’amour tumulte

Les seuils de turbulence

Quand je vis en enfer et vois l’exil incarné sur la page


Je sors de ton rivage pour entrer dans l’absence

Nos mains blanches serrées

Fleurs écrasées des corps

Nos lèvres prient la tiédeur

D’un levant d’éllebore

Et l’inquiétude des roses borne l’extravagance

Un oiseau entre-heurté plane sensible à notre approche

C’est comme une blessure dans la tension du rêve

La maison est vide d’aube

Juste les cendres blêmes

Et la triste chair de l’absence.


C’est un lieu à l’épars où tremble le désir

L’être en sa déchirure

Une multitude d’oiseaux murmure son chant tenu


Ecoute ce son meurtri du soir

Cet arrachement de sanglots

L’autre voix, libre chant des cortèges d’urgence

Ce sont les chants des mésanges en souffrance

Les ailes du vide à connaître d’avant l’épouvante

Déchirure du langage et craquelure du sang


Ecoute la moisson d’ombres et de saules

Ces rivages d’extase à l’écho radieux

Fauve jointure que m’accorde le vent

Entremêler les peurs avec l’absent pur

Entrelacer les heures et la torche des mots


Je renonce parfois à l’ombre familière

Tu marches lentement sur la plainte grave et juste

A la charge du cri entre deux sommeils

Où sable et vent échangent leurs rêves


Ecoute les choses patientes du recueillement

Ces jours de croix

Et de plaies ouvertes

L’espace endormi de la passion dans la nuit des soldats


Quand tu me reviendras par le pont éternel

Ou la vague d’oubli

A l’entrevoir de la paix vive des mots

Parce que tu me rendras le contrepoint d’annonce

Et l’insere votif au fardier des questions

A l’endroit délabré de l’inconnu qui gagne

Parce que nous est offrande, et don et sacrifice

Ces jour de terre perdue où s’installe un désert

Je vois vibrer l’attente sur tes coussins de sable

Et avancer la vague haute et pleine d’errance

Je vois les vents adverses croître jusqu’à l’usage

L’ange invisible et sourd de notre pas


O berger des phalènes, mon humble envolement

Amble étrange , fragile espoir de l’ombre

Je t’offre au seuil de pierre de la chambre secrète

Mes racines de mémoire, la chasse profonde et nue

De mes égarements, l’eau - rives et de nuages

L’air gonflé de feuillages, le feu noir et inquiet

Viens habiter mon rêve et risque dans l’espoir

L’eau, l’air, le feu liés que nous vivrons ensemble.



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


C’est un pays étrange, à l’aube déclouée

La nuit d’automne se détache, alourdie d’odeurs

Et puis l’enfer rigide d’une plaine

Des sanglots remontent le fleuve

L’espace bleu du silence sur le tertre

Là des oliviers sombrent comme des navires

C’est l’enragement des pierres dans la boue

Racines minérales.

Des pampres imaginent la cueillette

Des sillons débarrassent les armes

Insistent à renaître malgré les tanks

Les barbelés se rapprochent

Les soldats braillent

C’est un pays étrange, à l’aube déclouée

La nuit d’automne se détache, alourdie d’odeurs

Et puis l’enfer rigide d’une plaine

Des sanglots remontent le fleuve

Un peuple avance, doigts blafards

Des arbres décapités découpent l’espace

Depuis Bethléem, la route est fermée

Sur les rochers, Sisyphe reprend sa course

Entre les crépuscules.

Des vagues et des nuages, cages ouvertes aux poètes

Des livres posés sur le départ

Des camps de fortune

C’est un pays étrange, à l’aube déclouée

La nuit d’automne se détache, alourdie d’odeurs

Et puis l’enfer rigide d’une plaine

Des sanglots remontent le fleuve

Le Christ croise sa vie avec la douleur

Le bien et le mal ont pris place à son côté

D’appels en prières, de jours fléchés de sang

Seules femmes à genoux en attente de miracles

Et puis la nuit vient dans ses ossements

Qui plient sous la révolte.

La nuit, une armée de martyrs sort de l’ombre

Revenants fidèles à chaque carrefour

Peuple d’ombres dans la marge de l’histoire

Ils avancent jusqu’à notre nuit, jusqu’à notre jour

De nos forêts d’angoisse, ils ouvrent la mer d’exister

Ils crient la terre libre en ses sentiers d’espoir

Dans l’aveugle de constellations perdues.



BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Sables humiliés Palestine, août 2002


Sables humiliés

Cette lumière blanche habite votre mémoire

D’une grotte ouverte sur le ciel

Les traces et fragments d’âmes

Quelques lignes fondues dans la roche

Aussi vieilles que la pierre d’un martyr

Aussi présentes que l’agonie d’un enfant


Nulle flamme ne défend la bordure du désert

Nul arbre ne borde le chant de l’aube


L’enfant passager de la dune

A l’heure de la prière

Reçoit un éclat de feu


A l’heure de passage de la lune

Il se souvient - l’enfant-

De la porte ouverte

Les étoiles déchirées de sa voix


La demeure du martyr est oubliée de Dieu

Livrée à l’incendie


A l’heure de passage de la lune

Il se souvient – l’enfant-

De la porte battante

Les marches hantées du pas des soldats


Ses paupières tremblent et voient rouge

L’enfant défait parmi les pierres

Son visage dominé par le sang


A l’heure de passage de la lune

Il se souvient – l’enfant-

Sur le seuil de la porte

L’instant où l’espoir meurt

EXPLOSE


Nulle eau secrète n’apaise la brûlure

Nul arbre ne borde les cris de l’aube


A l’heure de passage de la lune

Le regard aux yeux vides

Jambes croisées contre la mort

L’enfant passager de la dune

Meurt d’un éclat de feu.


10/08/02




BARRIERE Nicole

France

En français

Poète


Au poète

(à Latif Pedram)


Tu es mon invisible

Tu hantes mon sommeil

Si fluide dans ma nuit

Etre imprévisible

Lorsque tombent les mots

Tu cherches les silences

Les larmes et les souffles

Tu recouvres l’absence

A peine tu commences

Tu apprends lentement

Et mûrissent les sens

Tu es rempli d’étoiles

Tu jaillis de la nacelle de la nuit

Les rues sombres

Les caps d’écumes

Le vécu des larmes

Le tarissement de l’obscur

Le trouble lointain

Cet égarement de femme

Effroi gris comme l’aube de la mort

Je te supplie de m’épargner la peur

Dans ces brindilles d’éternité

Lorsque les baisers brûlent l’espace

Je te supplie, inquiétude glaciale

L’engourdissement de l’enfance

Dans la magie des souvenirs

C’est le jour et sa pesanteur muette

Ce réveil d’orage dans les flots

Tu viens en fantôme d’oiseau

Grand albatros

En marche dans les travées de brouillard

Titubant dans son cri d’insomnie

Sur l’humble reproche de ma couche

Qui cherches-tu ?

Que désires-tu ?

Qu’as-tu perdu ?

Où m’entraînes-tu ?

Comment te délivres-tu ?

C’est la brûlure d’un soleil jaune

Qui dépeuple l’éternel

Le fauve éclat de la terre où frissonne la femme

C’est le palpitement de mon âme déchirée par le travail ancien des songes

Statues de gésine ou de sel

Les mots et les phrases.

Retournement des crépuscules et renfermement des paysages

Pauvres oiseaux , rôdeurs de grésil

Ils effleurent l’entr’ouvert

Le début de l’âge et de l’art

Quand des sacristains récitent leurs prières de givre

Frissons

Tu entres dans ma lumière, en fauve crépuscule

J’ai senti ton regard s’apaiser

Tu étais un enfant à la fenêtre, ébloui et songeur

Tu écoutais dans le silence timide et taciturne

Ces discours de grandes personnes

J’avais pris place à tes genoux, rivages d’enfance

Puis dans la pauvreté de ta solitude

Tu m’as accueilli avec le sourire des revenants de l’ombre

O ami, j’ai entendu ton pas craintif d’animal

Sur la lisière du rêve

Les mots d’enfance que tu attrapais en silence

La crainte enfuie

J’ai plongé dans le taciturne de tes yeux

Où le désespoir inscrit sa marque

O ami, j’ai songé : le pan de ce manteau de tendresse est trop court

Ou sa laine trop fine

Saurais-je réchauffer de mon étreinte la solitude de ta douleur ?


6 février 2002



BECK Dimitri

France

En franais

Journaliste


Je garderai toujours en tête mon premier aperçu, à la dérobée, de l’Afghanistan. Ce n’était pas celui de la guerre mais celui d’un paysage rustique et paisible que j’ai pu observer du côté tadjik, à la frontière marquée par la rivière Piandj. C’était en été 2001, peu de tant avant les attentats du 11 septembre et l’intervention américaine en Afghanistan pour « traquer les ennemis de l’Amérique ». J’étais alors en reportage au Tadjikistan, en route pour le Pamir.

Mon collgue photojournaliste Vincent et moi-mme remontions le cours du Piandj travers une impressionnante valle entaille en direction de Khorog, la capitale de la rgion autonome du Gorno-Badakhchan. Nous nous sentions si petits au milieu de ce dcor minral de gant.


Sur la rive tadjike, les villages que lon traversait par une route goudronne, taient emprunts dune atmosphre assez bucolique avec leurs reposantes tchaïkhana, ces maisons de thé au bord de la route où l’on sirote un thé bien chaud vautré sur une table-divan. Mais il ne faut pas s’y tromper. La vie est rude dans ces contrées. La pauvreté n’épargne personne ces dernières années au Tadjikistan, surtout après cinq ans de guerre civile. Depuis, la chute de l’URSS, c’est toute la région qui part à vau-l’eau, comme oubliée du monde.


Et en face, en Afghanistan, que se passait-il ? Le temps semblait stre arrt, non pas en 1991, mais en des temps plus anciens. A vue dil et confirm par nos htes tadjiks et pamiris, leurs voisins afghans ne disposaient daucun des services lmentaires, ni eau courante, ni lectricit et encore moins de tlphone. L-bas, une centaine de mtres environ, il ny a pas de route carrossable. Tout est port dos dhommes, de femmes, denfants ou au mieux dnes bts, le long de petits chemins vertigineux. Comme ce fragile chemin de Ronde qui file le long de la rivire et relie les rares villages entre eux. Un frle chemin flanc de montagne, souvent consolid par des galets, sur lequel ses passants ont parfois tout juste la place de mettre un pied devant lautre. Par endroit, mergent des maisons en pierres sches ou en pis, tantt se fondant dans le dcor de roche, tantt entoures de vgtation, une sorte de coule verte, rebelle, au milieu dun paysage nu. Accrochs la montagne ou en quilibre au fate dun piton rocheux, les habitations au confort sommaire semblent dfier les rgles de lapesanteur. Du foin sche sur leur toit plat en cette fin dt. Autour de ces lots de vie, les silhouettes colores des femmes se dtachent du paysage minral. Robes chamarres et foulards fleurs colors sur la tte, je les vois encore satteler aux tches quotidiennes. Si ces femmes ne portent par le tchadri, ce voile qui recouvre de la tête aux pieds les femmes pachtounes, c’est parce que la plupart des populations présentes sur cette rive sont des familles d’origine tadjikes, parties s’installer de l’autre côté du Piandj pour échapper aux affres de la guerre civile tadjike. Depuis, elles sont bloquées là-bas, à un jet de pierre de chez elles, interdites de revenir au pays pour cause de blocus de la frontière par la 201e division blindée russe. Une frontière naturelle et politique qui a séparé plus d’une fois les empires et les hommes. Drogues, armes, « terroristes »… L’Afghanistan est encore regardé d’un mauvais œil. Pourtant, ici, tout semble placide. Quand les militaires ne patrouillent pas, la vallée du Piandj est un espace qui donne l’impression d’être hors du temps, juste perturbée par la course vive du Piandj. Je revois encore les images de cette superbe vallée encaissée. L’Afghanistan était si proche à ce moment là, presque à portée de main. Un jour prochain, j’espère enfin faire connaissance avec ce pays méconnu, si complexe, si mystérieux et si attirant à la fois. Venir en terres afghanes et y voir la paix…


avril 2002




BELLANGER Pascale

France

En français


L’évangile du gain


Le rêveur caravansérail

Déploie en éventail

Les frêles silhouettes que rien n’effraye,

Ni le vent qui les balaye,

Ni les malfrats qui les veillent.

Sans cesse, au rythme du nonchalant roulis

Des bêtes à la bosse garnie

De friandes épices et de doux tapis,

De pierres riantes et de moelleuses soieries,

Inlassables marchantes, elles frayent,

En ces paysages retors,

Une route à leurs trésors.

Ces processionnaires caravanes,

Sur nos sociétés, pavanent

Tout un royaume de faste.

Mais pour l’insidieuse jalousie,

Il se voulait bien trop vaste.

Pour l’occidentale mégalomanie,

Il se montrait trop néfaste.

Voilà, les deux ennemies

Qui se liguent et dévastent,

Au nom d’idéaux chastes,

Le cruel et barbare paria.

Sur lui, sonne le magnificat

De la victorieuse bataille

Au chœur de mitraille,

Aux explosions larghetto,

Aux obus allegro

Et aux adagio

Des chars d’assaut.

Et sous le mal qui grouille,

La survivante dépouille,

A la recherche de pain, fouille

Les montagnes glaciaires,

Les déserts de poudrières,

Les rongées termitières.

Sous l’implacable régence

De la pure intransigeance

Et de l’égoïste désir,

Coûte que coûte, de s’enrichir,

Elle subit la pénitence

D’une faute déjà expiée,

Celle d’une éradiquée gloire.

Combien de temps encore, l’innocence

Devra-t-elle vivre au purgatoire

Pour purifier un péché ;

Par elle, jamais perpétré ?




BERLAN Anne

France

En français


Femme...SOIS !


SOIS...Femme, yeux ouverts,

Ombre de pleurs et de douleurs,

Investis ton théâtre d’hier,

Sors à découvert !


Abolis tes frontières,

Femme, brise tes silences,

Guerrière armée d’espérance.

Humble messagère

Affiche tes différences.

Nantis alors de tes possibles,

Ensemence ton avenir, Femme ! SOIS


Décembre 2001




DE BERRANGER Isabelle

France

En français


Femme Afghane


Femme, si loin, courbée dans la poussière

Drapée dans ton chadri,

Perdue sous ton grillage

Femme, tu as pêché d’être belle

Désirable aux yeux des hommes

Ils t’ont ôté le droit d’être

O femme, si près, de mon cœur de femme.


24 novembre 2001




BLAVIN Jean-François

France

En français

Poète


La paix, la guerre


Il écoute les accents de jazz

En ce somptueux salon,

Belles lampes, fleurs de bals amoureux

Colonnes et glaces là

Elargissant jusqu’à l’infini

Les paisibles beautés.


La vie légèrement se scande

En l’instant de la pause heureuse

Les bougeoirs sont allumés

Le vin resplendit

Le clair obscur attirant, inquiétant

Se mêle au doute léger

Qui persiste


Mais qui bientôt

S’évanouit sous les lustres géants

Pour qu’à grands battants

S’ouvrent les portes

De la vérité du Présent

Du voluptueux Présent

A posséder

Avant que l’obscur

Ne prenne du beau salon

Possession

Avant que ne souffle

L’ouragan

Sur le palais

Sur le beau palais

Où le Noir et le Rouge

En mystique extase malheureuse

S’unissent

Sous les plafonds en or

Qui pâlissent au soir

A mesure que tous les volcans

Des folies guerrières

Leurs laves irrépressives étendent

Sur la toile terrienne.

Le poète assis

Regarde à ses pieds

Le rouge tapis

Qui devient

Fleuve de sang


Paris – Hôtel du Louvre

Café The Defender 3 décembre 1997




BLIN Annette

France

En français


Regard


Du haut de mon rocher

Je contemple les monts et les vallées de l’espace terrestre.

Le rossignol apporte ses notes de fraîcheur

Les pinsons leurs chants d’amour,

Sans oublier la colobe porteuse de tant de promesses

Et son rameau d’olivier à déposer dans la corbeille de la vie terrestre.


Corne d’abondance si nous le voulions

Dans chaque présent, la révélation est à comprendre,

Et nous devons savoir que nous sommes pourvus

De merveilleuses richesses.


Notre planète est belle, il nous faut l’aimer

La conserver en parfaite harmonie et équilibre de PAIX

Là se trouve le breuvage, richesse de notre vie.




BODENHEIMER Marie-Odile

France

En français

Poète


Le présage


Des enfants innocents se balancent infiniment

Dans les branches des arbres bercées par le vent

Ils s’enchantent de l’instant féerique

Au bois de leurs rêves ils prennent en main

L’avenir plus beau que les sources magiques

Inventé dans leur regard émerveillé le matin


Ils ne se perdent pas dans la forêt

Leur fantastique arc en ciel d’images

Leur merveilleuse ronde de jeunesse

Annoncent de clairs et heureux présages


Vouloir la fin de l’immonde guerre

Qui détruit les bruits de la vie

Vouloir des preuves du commencement du monde

Des mots d’amour pour annoncer le jour privilégié


Soudain sortir de l’espace fermé

Voir des gerbes d’étoiles


Dessiner les lettres d’or de la PAIX

Sur la terre réconciliée renouvelée.




BOEGLIN Rose-Marie

France

En Français


(les cahiers du Rhin)


Tolérance et paix


Stop aux guerres atroces

Tout est pris de force

Et bien triste, amer

Le sort de nos frères.

Pauvres enfants,

Souffrants, criants

Dans cette misère ;

Que fait-on de la vie sacrée ? ?

Violer, humilier...

Alors qu’existe

La tolérance

Où chacun pourrait

Trouver sa chance

Pour les enfants

Sans défense

Une dignité

En abondance

Et, où l’Amour

Règnerait en paix

Sur cette planète.




BOGATAN Elisabeth

Roumanie

En français

Poète


Donne-nous, Seigneur, la paix et la lumière

Et apprends-nous la joie de les connaître !

Donne-nous, Seigneur,

La paix de l’âme fendue,

La paix du mot perdu,

La paix de la chair lourde,

La paix des chemins en poudre,

La paix dont on a tellement besoin !

Donne-nous, Seigneur, l’apaisement des soins


Et aussi la lumière d’un sourire,

Les gerbes de lumière

Des éclats de rire,

La lumière du mot allumé pour l’autrui,

La lumière chassant les ténèbres des nuits !


Ecoute cette prière

Et apprends-nous, Seigneur, à reconnaître

Les chemins de la lumière et de la paix

Dedans notre âme

Et dehors, apprends-nous, Seigneur !




BOIRY Philippe H

France

En français


L’arme de l’écriture (Atelier de création poétique)


Insignes


Nos vêtements pliés

Avec soin

Sur une planche d’hôpital :

Insignes de mort


Nos sourires figés

Sur nos lèvres

Avec un rictus incertain :

Insignes de peur.


Nos yeux fixés

Sur l’horizon,

Sur un lointain qui se dérobe :

Insignes de rêve.


Notre cœur,

Posé sur la table,

Près d’un couteau :

Insignes d’amour




BOISSET Yves-Fred

France

En français

Directeur de la revue: « la Braise et l’Etincelle »


C’est au bout de la terre et à deux pas du ciel

Loin des pays cossus et des cités douillettes

Les peaux ont la couleur et le parfum du miel

Le soleil dans les yeux s’atomise en paillettes.


La horde a déferlé piétinant le soleil

Loin des Etats de droit et des villes prospères

Le village brûlé est mourant de sommeil

Le napalm a grillé jusqu’aux nœuds de vipères


Mais voilà que pareille à un greffon cassant

Une enfant aux pieds nus, frêle comme un mirage,

S’échappe du chaos dans le jour renaissant

Et se met à danser au sortir de l’orage.


Et je la vois qui danse en cette nuit d’été

Avec la dignité des êtres en errance,

Car si chez nous la danse est joie et liberté

Là-bas elle est témoin d’une grande espérance.




BORGIONI Angelina

Italie

En italien, traduit en espagnol et en français


La guerra y la civilización


largos años de historia nos han enseñado

que la guerra, siembra muerte, dolor y destrucción


pero ahora finalmente, hemos llegado a los fabulosos

años 2000, la civilización avanzada,

lo que cuenta es la riqueza,

el poder y la exaltación


hoy dia se usa la computadora,

se comunica con el mundo entero mediante internet

se envian mensajes con los teléfonos móbiles


no obstante todo esto, es una pobre ilusión

si alguien o alguna cosa hace caer rascacielos,

si cabañas de fango y paja habitadas,

son cruelmente bombardeadas


delante la televisión nos quedamos terrorizados

cuando vemos tanta gente inocente asesinada


de la guerra, nunca se puede entender mucho

y las opiniones son a menudo distintas, pero

una cosa es cierta ,que muchos, quizás, demasiados no han

entendido, que el verdadero paraíso está en los ojos de un niño,

o en el rostro de una mujer, iluminado de una esplendida sonrisa.



La guerra e la civilita’


Lunghi anni di storia ci hanno insegnato che la guerra

Semina solo morte dolore e distruzione


Ma ora finalmente siamo arrivati ai favolosi anni 2000

La civiltà è avanzata, quel che conta è ricchezza, potere,

esaltazione.


Ci sono i computer, si comunica con il mondo via Internet

Si spediscono messaggi con i telefonini.


Eppure tutto ciò non è che una misera illusione

Se qualcuno o qualcosa fa crollare grattacieli;

se capanne di fango e paglia abitate

vengono crudelmente bombardate


Davanti alla televisione rimango terrorizzata

Nel vedere tanta gente innocente morta ammazzata


Della guerra, non si riesce mai a capire molto

E i pareri spesso sono discordi, ma una cosa è certa :

tanti, forse troppi non han ben capito che il vero paradiso

è negli occhi innocenti di un bambino o nel volto di una

donna illuminato da uno splendido sorriso.



La guerre et la civilisation


De longues années d'histoire nous ont appris que la guerre

Ne sème que la mort et la destruction

Mais aujourd'hui enfin nous sommes arrivés aux fabuleuses années 2000

La civilisation est avancée, ce qui compte c'est la richesse, le pouvoir,

l'exaltation


Il y a les ordinateurs, on communique avec le monde par l'Internet

On envoie des messages avec les portables.


Et pourtant tout cela n'est qu'une illusion

Si quelqu'un ou quelque chose fait s'écrouler les gratte-ciels ;

si les maisons de boue et de paille habitées

sont bombardées cruellement


Devant la télévision je reste terrorisée

Quand je vois tant de gens innocents mourir assassinés


De la guerre, on n'arrive jamais à tout saisir

et les avis sont souvent discordants, mais une chose est certaine :

nombreux, peut-être trop nombreux, sont ceux qui n'ont pas compris que le véritable paradis

est dans les yeux innocents d'un enfant ou dans le visage d'une

femme éclairée par un merveilleux sourire.




BREILLAT-KADRI Anne

France

En français


N’attend pas

Maintenant

Suis-toi

Enjambe ton corps

Ton âme

Oublie ton ego

D’homme

Ou de femme

Pour celles de Manhattan

Ou afghanes

N’attends pas

Enjambe toi

Prends ton élan

Déploie tes ailes

En flotte de voiles

Vole vers ces femmes

Ou le ciel te damne

N’attends pas

Enjambe toi

Infâme

Sauve ces mains tressées d’âmes

Enjambe toi

N’attends pas

Femme

Lève-toi

Prends tes armes

Use de tes charmes

Larmes

Ou lames

Franchis ton mur

D’indifférente insouciance

En corée de mots

Et coups de piolets de rimes

Rame

Escalade tes montagnes

Forteresses d’ignorance

Et de drame

N’attends pas

Déchire leurs voiles

Libère ces femmes

Enjambe toi

N’attends pas

Femmes.


2 décembre 2001




BRESSLER Sonia

France

En français


Bombardement

A cet instant s'achèvent les livres, les amitiés, les trésors accumulés,
tout cesse d'exister, tout excepté tes yeux.
A cet instant...
A cet instant, il n'existe que ton regard pour s'opposer au vide
A cet instant, il n'y a que ton amour pour refermer la nuit
A cet instant...




BRIX Olga

France

En français


O Afghanistanaise, O Afghanistanais.

Quelle que soit ton ethnie,


Les différences, ce qui fait que toi, tu ne penses pas comme moi

Les différences, ce qui fait que moi, je ne pense pas comme toi.

Pourtant, toi et moi, nous avons tant de choses en commun :

Le sourire devant le soleil du matin

Le rire aux premiers pas de notre fille, de notre fils

La tendresse toujours renouvelée, chaque jour

Pour toutes les personnes qui nous entourent.


La différence qui fait que toi, tu ne penses pas comme moi

Qui fait que moi je ne pense pas comme toi

C'est que depuis très longtemps,

Ton élan ne s'est plus ouvert au soleil du matin

Ton cœur a eu peur aux premiers pas de tes enfants

Et ta tendresse, toujours renouvelée, chaque jour,

Se tendait vers le ciel qui souvent avait reprit,

L'esprit de tes amis, de ta famille, de ton amant,

Ou quand, l'âme de ton amante n'était plus gonflée

Que des larmes que ses yeux ne pouvaient plus livrer.


O combien je souhaite voir, vivre, échanger dans le rire…

Les différences, ce qui fait que toi, tu ne penses pas comme moi

Les différences, ce qui fait que moi, je ne pense pas comme toi.

Pourtant, toi et moi, nous avons tant de choses en commun :

Le sourire devant le soleil du matin

Le rire aux premiers pas de notre fille, de notre fils

La tendresse toujours renouvelée, chaque jour

Pour toutes les personnes qui nous entourent.


A vous tous, j'envoie… mon amour.




BROUSSE François

France

En français


Les apothéoses futures


La guerre qui grimace au fond des cauchemars

Que les canons rayés vomissent par rafales

A disparu devant l'aurore triomphale.

Les bleus lilas sourient où pleuraient les Clamarts.


La joie et la Bonté, souveraines rivales,

D'un oeil éblouissant chassent les nains camards;

Le dieu dont l'aile broie chiens, vautours et colmars,

Pégase, a remplacé le sanglant Bucéphale.


Les Sages, au zénith d'un monde harmonieux,

Aspirant la science éternelle des cieux,

La diffusent avec les rayons de leur robe...


Et l'on entend chanter jusqu'aux cieux frémissants

Une chaîne d'âmes splendides enlaçant

La rondeur effroyable et sereine du globe.


Tirée de « Œuvres poétiques Tome 1 » (page48)

éd. La Licorne Ailée – 1986




BROUSSE François

France

En français


Réveil


Des paupières baissées

D'où tombent hiératiquement

Des Hexagones étincelants comme des lustres.


Barque de suie qui reçoit dans sa coupe

Des vols de flamme.


Village espagnol où déambulent

Comme des nègres visionnaires

Les habitants de Saturne

Qui portent leurs yeux sur la poitrine.

Au-dessus de tout, les avions à réaction

Peuplent l'espace,

Avec un grondement de commencement de monde,

Comme d'énormes insectes-canons.


Moi, je suis assis entre les créneaux

De la citadelle des sauriens magiques

Et je regarde sans les voir

Les couteaux éclatants du crépuscule

Qui s'aiguisent sur l'écaille terne des mers.


Tiré de « Au royaume des oiseaux et des licornes » (page 99)

Ed. La Licorne Ailée – 1989




BROUSSE François

France

En français


Armistices


D'innombrables armées

S'envolent en fumée,

Les canons monstrueux

Se dévorent entre eux,


Les avions farouches

Tombent dès qu'on les touche,

Victoires et revers

Torturent l'univers.


Quand donc cesserez-vous,

Humains, d'être des fous ?

L'épouvante consacre

Le rythme des massacres.


Il suffirait pourtant

D'aimer l'azur constant,

Et de porter nos flammes

Vers le soleil des âmes.


La paix au front joyeux

Rénovera les cieux !


11 novembre 1993


Tiré de « Rencontre avec l’être »

éd. La Licorne Ailée - 1995




BROUSSE François

France

En français


Voltiges et Vertiges
Enfançon


Dans cet univers inclément,

Il passa comme une étincelle,

N'ayant pas d'autre talisman

Qu'une plume de tourterelle.


Pendant que les lourds généraux

Encombraient la nuit de vacarme,

Il regardait par les vitraux

Danser un ciel turquoise et parme.


Sous les nuages embrasés

De violon clair, des baisers,

Plus que les canons et les balles,


Emplissaient son cœur de frissons...

Ce n'était qu'un pâle enfançon

Qui s'en alla dans les étoiles.


Tiré de « Œuvres poétiques Tome 2 »

éd. La Licorne Ailée – 1988




BROUSSE François

France

En français


Les Frères


Les oiseaux semblent d'air et de lumière fous

Mais le cruel chasseur ensanglante les roches

Le couvent infernal fait retentir ses cloches;

Au loin, le saint ermite est tombé à genoux


Il prie pour que le Christ protège ces gavroches

Les pinsons, les bouvreuils et les pygargues roux,

Mais le Destin déjà creuse d'horribles trous

La guerre des humains de ses canons les fauche.


Laissez tranquilles les forêts et les buissons,

Du grand temple de Dieu, devenez les maçons

Et la paix déploiera sur vos fronts sa bannière


Le lion de la mort hérisse sa crinière

Mais si vous acceptez les parfums de l'amour

Au lieu de massacreurs vous serez les Grands Frères.



29 juin 1994

Tiré de « La roseraie des fauvettes » (page 72)

éd. la Licorne Ailée – 1997




BRUGNARO Ferruccio

Italie

En français


Ne poignardez pas la paix


Ne dévorez pas la paix

Ne répondez pas aux montagnes

De morts

Par d’autres montagnes

De morts

Eteignez la faim dans le regard

De millions

D’enfants.

Montrez

Le sourire

Sur la terre de Palestine

Indiquez le chant.


Ne poignardez pas

Ne poignardez pas la paix

dans le dos

Enlevez la chape de solitude

du peuple irakien

du peuple cubain

Abattez la nuit gelée

profonde

Où errent des millions de créatures

Ne répondez pas,

Ne répondez pas aux morts

Par d’infinis bûchers d’autres vies.

Mordez-nous fort les lèvres

Mordez-nous fort le cœur.

Ne louangez pas la guerre

Ne louangez pas la guerre.




BRUGNARO Ferruccio

Italie

En français


L’arme de l’écriture (Atelier de création poétique)


La vie et rien d’autre


Ces jours-ci, la mer

Est toute

Souffle anxieux, intense.

Les ciels

Sont remplis de pleurs chaudes.

Le sang

Vibre de joie

Chère compagne

Les barrages se rompent

Toutes les frontières

Chaque barbelé tombent.

La lumière de printemps

Aujourd’hui agrippe le monde

De toute sa force

La vie

Cher amour, la vie seule

Existe

Et rien d’autre

Les prophètes de la terreur, des fautes

Les augures de la mort

Ont fait faillite pour toujours.




BRUGNARO Ferruccio

Italie

En français


L’arme de l’écriture (Atelier de création poétique)


Verte, et encore verte


Il est une maison à Portomarghera

Sous les cheminées

Qu’un home et un garçon

Peignent et repeignent

Continuellement

Une fois, ils la font en vert intense

Une fois en vert clair

Lumineux

Qui se voit aussi

De nuit

De très loin.

Ils ne se fatiguent jamais

La font verte

Et encore verte

Et puis verte

Comme la couleur des prés

Comme la couleur des arbres.

Ils la font en vert brillant

Certains fois comme un rêve

Déchirant

Entre les crachats noirs

Des usines

Avril a disparu de Portomarghera

Le printemps

Est mort

Reste seulement

Cette minuscule maison

Q’un homme et un garçon

Peignent et repeignent

Inlassablement

Entre les canaux de goudron

Les pylônes

Les orages de poudre

Meurtriers

Pour chaque

Germe

Pour chaque

Signe

Doux

de mouvement




BURGART Jeanne

France

en français


(les cahiers du Rhin)


Les innocents et les coupables


Les vieux le savent et le racontent

L’argent seul gouverne le monde ;

Armes meurtrières, armes de titans

Ecrasent, hélas, les innocents

Jamais les massacres ne s’arrêtent,

Toujours miroitent d’autres conquêtes...

Promesses de paix ? ? jamais tenues ;

Sans cesse, les tueries continuent !

L’injustice, la misère, la peur,

Allument donc, les feux de la « Terreur »

Brûlent, brûlent, champs de bataille

Voici le temps des représailles

Vaincus, les malheureux en haillons,

Sont malmenés sous les yeux des nations

Puissants, les avides voisins,

S’emparent de tous ce qui leur tombe sous les mains

Voyez les milliards qu’on s’arrache,

Voyez les victoires sans panache,

Voyez, voyez, voyez .....




CALMUS Marie-Claire

France

En français

Poète, essayiste, écrivain


Aux Femmes


Femmes on vous vole vos envies

On cherche à vous voler vos vies

A soixante ans vous serez finies

Plus d’amour, de danses et de ris

A soixante danserez encore

Vertes et roses, en un halo d’or

D’un amant chérirez le corps

Du sport ferez une manie

Femmes inventives, vives, aguerries

Femmes qui donnez, êtes la vie

Foin des injures, des avanies

Mettez fin à la grande tuerie !




CALMUS Marie-Claire

France

En français

Poète, essayiste, écrivain


Révolution


Nous les championnes de la salière

Les reines de la serpillière

Les souillons et les cuisinières

Les balayeuses et chambrières

Epousseteuses et cantinières

Les ravaudeuses et couturières

Nous décrétons prioritaires

Rêveries des journées entières

Caresses douces et printanières

Sur peaux pelages et crinières

Chevaux et chats de gouttière

Et corps flottant dans la lumière




CARTRO Germaine

France

En français

Poète


Flambeaux


Poète prête-moi tes subtiles pensées;

Et que tes mots ainsi que des flambeaux brandis

Distillent leur or blond au berceau de mes nuits

Lorsque je m’abreuve à leurs cratères de fées…


Que mon cœur qui se berce à tes traits, tes idées

Réchauffe le levain où germe en mon esprit

Le verbe conquérant et toujours reconquis

D’une réflexion toujours renouvelée…


La plume ou le stylet sur velin, papyrus

Furent les instruments à jamais bienvenus

Qui notèrent sans fin tes éclairs de génie !


De ce ferment d’amour, maintenu bien au chaud

Jaillira la phrase de lumière sertie,

Qui fait naître l’espoir et soulage les maux…




CENDRIER Patrick

France

En français

Président du Cercle des Poètes de Courbevoie


Afghanistan


Il y avait des arbres en fleurs au printemps

Des enfants qui étaient plein d’entrain

Des familles unies et pratiquantes

Un bouddha aussi haut qu’une montagne

Des animaux en liberté, un ciel d’azur

Des grottes, des rivières, des cultures.

Tout ici, était paisible et naturel

Mais rapidement la guerre a tout anéanti

Maisons, femmes, enfants et défenseurs

Tout a été mis à feu et à sang

Après la liberté nous avons découvert l’enfer

L’occupation, la répression, l’intégrisme

Je ne peux m’enlever ces images de la tête

Il y avait des arbres en fleurs au printemps,

Des enfants qui étaient plein d’entrain.

Tout ici était paisible et naturel

Il y avait un homme et une femme qui s’aimaient

Il y avait un homme et une femme qui s’aimaient

Qui s’aimaient, qui s’aimaient.

Mais ils sont morts, comme deux millions d’autres

Et depuis vingt-trois ans cela continue…




CENDRIER Patrick

France

En français

Président du Cercle des Poètes de Courbevoie


Luttons


L’homme est violent et inhumain

Dieu est toujours miséricordieux

La paix c’est la sagesse et la vie

La guerre c’est l’enfer et la tuerie

Nous luttons contre la guerre

Pour qu’elle ne tue pas la terre

Nous implorons chaque jour le ciel

Avec une foi universelle

N’ayant pas peur de mourir

Et accepter de souffrir

Pour sa famille et son pays

C’est ce qui tous, nous unis

Sauvons à tout prix l’Afghanistan

Pour tous, je crois qu’il est encore temps.




CHABERT Stéphanie

France

En français

L’arme de l’écriture (Atelier de création poétique)


Ne restent plus que quelques mots,

Des images dans ma tête et des albums photos,

Des leçons de vie et d’amour

De ceux qui se sont éloignés un peu plus chaque jour


Merci d’avoir existé dans ma vie ;

D’y avoir vécu si fort pour me laisser meurtrie,

Mais que votre vie soit belle

Et dès lors votre bonheur infini




CHANDEBOIS Christian

France

En français


Les enfants de la paix


Souffle le vent de la paix

Dans le cœur de nos enfants

Sur le bleu de notre terre

Et que tombent les frontières

Pour laisser place au bonheur…


Ne parlez plus de misère

Nous vivons un autre monde

Dans l’immensité du ciel

Où chante l’ange à la lyre

Sur ce nuage de rêve


Danse la couleur es hommes

Sur son nuage de rêve

Pour que se taisent les armes

Que l’on fête la Colombe

Sous un arc-en-ciel de sagesse…


O ! vous, enfants de la paix

Redonnez nous cet amour

Qu nous ne connaissons plus

Dans ce monde qui chavire…

Soyez nos conciliateurs !




CHAVERIAT Anne

France

En français

(les cahiers du Rhin)


Tous titubent vers l’inconnu

Vaste troupeau que le vent mène

Banquises voilées voix d’ébène

Tiédeur, ivresse d’absolu


Vous ne vous êtes pas connus

Tourbillon du globe qu’entraînent

L’aveugle le pion ou la reine

De l’enfance à la nuit venue


Tous passagers d’un même destin

Est-il possible que le tocsin

Sonne l’injustice et la haine


Pleure l’intolérance, la guerre

Blanche colombe souveraine

Crie au monde « n’êtes vous pas frères ? »




CHRETIEN Roland

France

En français


A la mémoire du Commandant Massoud


Pourvu qu’il chante l’Afghanistan !

Après tout ce qu’il a subi.

Que les montagnes

se dressent comme les seins des femmes

libérées de leurs horribles geôles

qui leur frottaient la peau,


que leurs cheveux jaillissent comme des rivières !

un soleil de henné !


Alors la musique – interdite ! comment le concevoir ? (chez Platon, aussi, en partie, pensez-y…) -

retrouvera les couleurs des soirs

et des paroles près du feu

et sous la lune de l’Islam

enfin en paix.


Comme la modernité des rappeurs,

comme le doux prénom d’Aïscha

pourvu que l’Afghanistan puisse enfin être heureux !

et nous le seront tous, un peu plus, beaucoup plus,

et nous partagerons le thé

de l’amitié,

de la fraternité,

de l’humanité.




CIELNY Rolande

France

En français

L’arme de l’écriture (Atelier de création poétique)


Avec sa langue de soie rousse


Avec sa langue de soie rousse

Le soleil m’humecte le front,

Caniculant, en pâmoison,

Se fait câlin, se fait chaton,

Palpe ma chair à palme douce,


Me peint la peau à pinceau tendre

Trempé dans l’ambre et dans le miel,

Et, les yeux clos, buvant le ciel,

Je laisse l’ombre me surprendre.


Je puis alors, goulue, avide,

A l’amphore du vin d’amour,

Rêvant soudain qu’un troubadour

Me découvre jeune et sans ride


Mais au bout du jour un nuage

Presse l’or dans son gant de plomb

Et mon cœur tremble et se morfond

En poursuivant sa nuit volage

A petits bonds de déraison.




CLAVERY Roberte

France

En français

Sociétaire de la Société des Poètes Français, médaille de bronze et d’argent de Poètes Sans Frontières.


La paix


Ce noble fleuron si frelaté, galvaudé,

Mis à toutes les sauces, hormis celle qui lui convient,

Est un sentiment à travailler, sublimer ;

Au plus profond de soi, l’on en retrouve la trace.


Qu’est-ce que la PAIX ? L’envers de la guerre,

Harmonie sereine, semence d’éternité,

Où les certitudes se propulsent au-dehors avec évidence,

Pousses à entretenir avec patience, constance, persévérance.


La PAIX se nomme aussi avec force :

Fraternité sans frontières, sans équivoque, sans négoces,

Dans la plus pure des expressions concrétisées,

L’expérience en façonne le visage pour l’immortaliser.


Ce ne sera jamais la guerre qui pourra l’instaurer.

Ni la peur qui en est l’arme principale,

Fidèlement entretenue, devenue banale,

A effacer de notre mental enfiévré, dessus cristallisé.


Communiquer, se comprendre, se soutenir, en masse se mobiliser.

Que le nombre devienne irrésistible fascination.

C’est l’œuvre de tous les peules de la création,

D’imposer la PAIX dans le calme et la détermination.


Car VIVRE vraiment est synonyme de PAIX,

Pas une paix en sursis, par l’armée maintenue.

A figure de mort rôdant à chaque coin de rue,

Mais la manifestation infinie, généreuse de la VIE,

Sève inextinguible, redonnant au monde son souffle originel.




CLAVERY Roberte

France

En français

Sociétaire de la Société des Poètes Français, médaille de bronze et d’argent de Poètes Sans Frontières.


Fleurs de paix


Fleurs de paix aux corolles immaculées,

Vous venez de l’arbre royal et sacré,

Dont le suc des fruits à maturité,

Abreuve en abondance l’esprit de fraternité.


L’arbre qui vous porte scintille de mille feux,

Comme des soleils aux couleurs de l’arc-en-ciel,

Qui jaillissent du fond de vos calices

Et éblouissent pareils à un feu d’artifice.


Vos pétales cristallins innombrables sont autant de diamants

Emportés aux quatre coins de l’horizon, au gré du vent,

Jetés à terre ils jonchent le sol, ignorés, piétinés souvent

Mais certains s’accrochent tels des aimants aux cœurs fervents.


Et ceux-là capoteront le message de la graine sublime,

La feront germer et se répandre dans toutes les directions,

Car ce qu’elle dicte aura mobilisé tout leur attention.

Ils l’entoureront de soins constants de toute leur âme.


Pour que s’érige grandiose au sein de l’homme,

Un arbre glorieux, semblable à l’arbre royal,

Dont le rayonnement majestueux soit son reflet,

Afin que toutes les FLEURS DE PAIX se réunissent en un prodigieux BOUQUET.




CLAVERY Roberte

France

En français

Sociétaire de la Société des Poètes Français, médaille de bronze et d’argent de Poètes Sans Frontières.


Fausse paix


Je suis dit-on l’aberration de notre civilisation,

Qui fabrique des armes pour sa destruction,

Abomination acceptée par toutes les nations,

Je brandis la faux, la mort par procuration.


Je suis également une affaire commerciale florissante.

Par moi les armes meurtrières les plus sophistiquées sont en progression constante

Je creuse ainsi allègrement la tombe d’une multitude d’individus.

Parce que bon nombre pensent qu’ils sont incapables de changer les statuts.


Les cimetières par moi fleurissent, c’est la moisson.

Ils sont ma force de frappe, ma passion.

Je me nourris des millions de lugubres oraisons,

Car je suis convaincue de la nécessité de ma vocation.


Pour me maintenir, j’ai besoin de traités, d’armistices, de ratifications, de signatures.

Les cessez-le-feu sur les champs de bataille sont le prélude à mon imposture.

Je n’ai pas peur là où couve la haine et coule sang, de perpétrer ma forfaiture.

Je sais très bien que par nature, je suis indigne et parjure.


Pourtant, ne vous y trompez pas, je suis un moribonde en puissance !

Ne vous fiez pas à tout ce que l’on raconte, aux fallacieuses apparences !

Car devant moi, à pas de géants, la véritable PAIX avance.

Humble, discrète, rien ne l’arrête, tout est dans sa persévérance.




CLAVERY Roberte

France

En français

Sociétaire de la Société des Poètes Français, médaille de bronze et d’argent de Poètes Sans Frontières.


La clef de la paix du monde


Comme une feuille au vent abandonnée, esseulée,

Précipitée dans un gouffre sans nom, égarée,

Trempée de sang sur les champs de bataille avec les agonisants,

Frileuse, fiévreuse, effarée, on ne sait où elle s’est terrée.


Comme un anonyme papillon grièvement blessé,

Son vol sans direction est lourd, incertain.

C’est un jeu de cache-cache périlleux, sans fin.

Qui voudra la rattraper en ces problématiques lendemains ?


Imitons le Petit Poucet du conte individuellement, cherchons-la !

Enfonçons-nous vaillamment dans la forêt de l’ombre !

Parcourons-en les sentiers tout proches, qu’elle a empruntés là,

Car il nous appartient de la trouver à chacun de nos pas, sous le décombres !


Cheminons à sa rencontre, montrons-nous inlassables !

Elle a été jadis jetée dans des abysses inviolables.

Descendons dans ce puits sans fond, intrépides !

Ramenons au grand jour ce bien précieux sans guide !


Ouvrons avec elle enfin découverte, atteinte, reconnue,

La porte de notre cœur où réside ce soleil froissé, ligoté !

Donnons-lui les moyens de se libérer, de briller, magnifié

Et d’offrir ainsi LA CLEF DE LA PAIX DU MONDE à l’humanité émerveillée !




CLAVERY Roberte

France

En français

Sociétaire de la Société des Poètes Français, médaille de bronze et d’argent de Poètes Sans Frontières.


Révolution de paix


Descendus des nues avec des flambeaux,

Pour éclairer Gaïa d’un jour nouveau,

Des Etres resplendissants, des anges évanescents

Clament : « PAIX pour tous les temps » !


Des humains ébahis, n’en croient pas leurs yeux,

Pensent être la proie de la folie, les malheureux !

Mais sur tous les continents, miracle merveilleux,

Le même « songe éveillé » a frappé les peureux !


Les médias s’en sont emparés, certains ont vécu l’événement.

Le monde imagine qu’il est victime d’une hallucination collective

Et le scepticisme est si fort que chacun y va de sa romance fictive,

Mais chose étrange et suspecte, tout recommence cependant.


Un étendard blanc avec au centre le mot « PAIX » inscrit en rouge ,

A remplacé le flambeau des Etres de Lumière dont les lèvres ne bougent.

Ils sont légions de par le globe à envahir nos rues, nos routes.

La stupeur, la peur, gagent les cœurs, insondables sont les remous.


Puis les uns après les autres les individus ouvrent leur conscience.

Ils en laissent la porte ouverte, lâchant les vieux clichés.

Ils osent y faire pénétrer l’invraisemblable, y imprimer « LA PAIX »

Et supprimer le voile qui jusque-là les avait aveuglés.


Ils optent donc pour une attitude mentale harmonieuse.

C’est ainsi que leur comportement change.

Ils bannissent le racisme, le sectarisme, l’égoïsme…

Font fleurir la vraie CONFIANCE au sein de leur âme purifiée.


Tout un travail personnel, à leur mesure ingénieuse,

Une véritable et extraordinaire leçon de VIE apprise.

Pour une transformation radicale, une civilisation de bonheur,

Où LA REVOLUTION DE PAIX est la pierre maîtresse, le moteur.




CLEMENT Muriel Lucie

Hollande

En français et traduit en anglais et néerlandais

Etudiante de français à l’Université d’Amsterdam. Poète et compositeur pour opéra.


J’ai fait un rêve


J’ai fait un rêve.

J’avais des ailes immenses,

toutes blanches.

Je volais dans les airs.

Au dessus des bois,

au-delà des rivières,

là-bas vers le désert.

Le soleil brillait,

mon cœur battait fort.

Serré dans mon bec,

Je tenais une petite branche.

Je cherchais un endroit

où bâtir mon nid.

Je traversais un arc-en-ciel.

Je traversais des orages.

J’arrivais dans ton pays détruit.

Toi, blotti au creux des ruines,

Tu me fis signe. Dans ton regard,

je vis l’espoir.

Alors dans l’arbre qui n’avais plus de feuille,

j’ai atterri.

C’est là, que je veux faire mon nid.

Tu sais, Printemps reviendra.

Il revient toujours.

Mais tu as raison.

Quelquefois, Hiver est très long.

Trop long.


Si ce rêve était vrai.

Si j’étais La Paix.

Avec toi je resterais.



I had a dream


I had a dream.

I had a huge wings

All white.

I was flying through the air.

High above forests

Further than the river.

Far away to the desert.

The sun was bright and clear.

My heart was bouncing.

I hold a little twig in my beak.

I was in search of a place to build my nest.

I went trough a rainbow.

I went trough thunder.

I reached your poor destroyed country.

Half hidden amidst the ruins,

You waved at me.

I saw hope in your eyes.

There fore I landed on this leafless tree.

Here, I want to make my nest.

You see Spring always come back.

But you are right.

Sometimes Winter lasts very long.

Too long.


If this dream came true

Let say, I was Peace.

I had stayed with you.



Ik heb gedroomd


Ik heb gedroomd.

Ik droeg grote witte vleugels.

Ik vloog door de lucht heen.

Boven bosse.

Verder dan rivieren.

Naar de woestijn toe.

De zon scheen helder.

Mijn hart bonsde.

In mijn snavel,

Hield ik een takje geklemd.

Ik zocht een plekje om mijn nest te bouwen.

Ik ging door een regenboog heen.

Ik ging door onweer.

Ik kwam in je verwoest land.

Vanuit een gebrokkelde muur,

Wuifde jij naar mij toe.

Ik las hoop in je blik.

Daarom strekte ik om deze boom neer.

Hij heft geen bladeren meer.

Hier zou ik mijn nest bouwen.

Weet je,Lente zal terug komen.

Het komt alttijd terug.

Maar jij hebt gelijk.

Soms duurdt Winter heel lang.

Te lang.


Als mijne droom waarheid was,

Zeg ik was Vrede,

Dan bij jou zou ik blijven.




COULANGE Patricia

France

En français


Le tambur


Fils premier de l’Ud,

Je suis né du sable,

Du désir des vents

Et des secrets de l’eau

Aux jardins de myrrhe et d’encens de Téhéran.


Je porte entre mes cordes

Le brise d’Orient

Sa solitude et sa magnificence,

Son croissant de lune lumineux et pâli,

Ses minarets fervents et spoliés,

Son mirage ouvert aux reflets mutilés;


Car j’ai vu

Le Tigre tari

Et l’Euphrate noyé dans son lit;


J’ai entendu

Babel supplier ses remords

Dans la mémoire abandonnée de sa parole,

Sumer, au nuage éphémère de son écriture

Rechercher égarée

Son alphabet perdu;


Car je sais

L’histoire du ravage

Et le monde régnant

Comme un dieu fanatique

Au délire frénétique

Qui lui fait oublier

Que nul, en son destin, n’est roi;


Que le passé est un serpent qui pique,

Le présent un scorpion qui saigne et qui mord

Au point où se mire la fatalité de la mort;


Car je suis

Le chant

L’âme sacrée

La conscience divine

LA VOIX D’ALLAH.




COULANGE Patricia

France

En français


La Foire aux Santons


Aux enfants afghans

et aux enfants du monde


Je n’ai pas oublié

La neige de coton

Dont le temps de l’Avent

Recouvrait la foire aux santons


Enrubannée d’un givre de crépon

Elle semblait danser

Une farandole feutrée

Parmi des êtres bons

Modelés dans l’argile

Du soleil du Midi


Pistachier, le Ravi

Le Meunier, le Curé,

La jeune Arlésienne

La porteuse de pain...


Ouvraient le grand chemin

De leurs modestes étables


Au Bohémien aveugle,

A ces Rois d’Orient


Qui cherchaient dans la nuit

D’un Noël de Provence


La clarté chaude et fraternelle

D’une Etoile.




CREQUIE Guy

France

En français

Messager de la paix de l’UNESCO, Lauréat de l’Académie Européenne des Arts


Afghanistan Revit !


AFGHANISTAN, j’entends ton cri

AFGHANISTAN, tu aspires à la vie

AFGHANISTAN, la paix est ta survie


Les talibans sont partis vas-tu trouver ta mélodie ?


AFGHANISTAN, mon cœur est en berne

  • bombes américaines

  • après celles de l’ex-URSS

  • conflits entre factions tribales

Quelle que soit l’origine

Tes villes résonnent du sang des martyrs

Assez de larmes

Assez de larmes et de sang


Femmes afghanes

Le souffle de liberté pointe à l’horizon

Le temps rappelle aux personnes

Que l’espèce humaine a 2 composantes

L’une de sexe féminin

L’autre de sexe masculin

Dont l’existence doit être libre et respectée


Debout les peuples

Levons-nous pour la dignité

De nos diverses communautés

L’arc-en-ciel de la diversité


Pour un développement durable

L’accès par toutes et tous:

Aux soins, à l’éducation, à la liberté établie

Aux services et produits

Retrouvons nos valeurs passées:


LIBERTE, intelligence de la nécessité

HUMANITE, message de nos altérités

BEAUTE, émergence de notre volonté

GRATUITE, tendresse de notre capacité à aimer


Que les enfants afghans retrouvent le goût

Des sourires, des rires et des rêves

Alors, enfin, la vie retrouvera son nid.


26 janvier 2002




CROS Chantal

France

En français

Peintre et céramiste


Après la guerre, il y aura la paix


J’en suis convaincu, le cycle de la destinée est ainsi fait…

La sérénité pure sera toute quiétude

Le ciel limpide oubliera les combats

Le cœur sans agitation ni tremblement

Découvrira la mer sans vagues. L’homme placide, solide, calme

Pourra se rassurer, et parler librement, promener tout son saoul.

La trêve sera là laissant l’hostilité aux boues.

Les lumières suspendues de la sécurité douce

Permettront aux humains de contempler les mousses.

La fille de Jupiter et de Thémis siègera au café de la paix

Les doux, les pacifistes remueront leur sucre dans leur thé.

Le printemps refleurira en apportant la paix de dieu, des rois, des dames;

Et des oiseaux auréoleront l’air d’un bleu turquoise.

L’accord résonnera concordant le repos,

La conscience et l’âme seront l’arme des héros.

La guerre repoussée aux déserts s’éloignera des tombeaux.

L’entente et la quiétude réconcilieront les moineaux.

En un baiser immense la paix nous étreindra

La guerre oubliée – les cadavres de sang

Se couvriront des draps brodés de l’amour innocent.

Un chant s’élèvera de doux harmonica

Et les écureuils pointeront leur nez vers les mésanges

L’homme retrouvera ses préoccupations et la plage

Il oubliera alors le goût aller du sang

Pour boire à grandes gorgées cette lampée de menthe fraîche

Une paix diabolo aux couleurs des oranges.




D’ANGELO Patricia

France

En français

(les cahiers du Rhin)


Douce révolution


S’il est un chemin à faire

Dans cet espace qu’est le temps,

Si dans le souffle d’un instant

Il faut achever de se taire,


Crions nos vérités

A ce monde qui perd

Le sens du verbe aimer,

Mais pas celui des affaires !


Hurlons nos libertés

En refusant les guerres,

Bâtissons nos idées

Chacun à sa manière :


Que notre douce révolution

Désarme l’indifférence,

Que les discours des nations

Ne soient pas que de l’éloquence !


Qu’elles fassent dans leur conscience

Renaître la dignité

Afin que chaque existence

Soit enfin respectée



Extrait de « rivages et embruns »




DECLERCQ Yolande

France

En français


J'ai vingt ans


Les bougies s'alignent

éclairant tout ce temps passé

auprès de gens que j'aime.


Et pourtant

mes sentiments sont ailleurs ...

Là où les fleurs ne poussent pas.


Au sol,

Les scorpions sont roi.

Je pense à ce soldat qui, comme moi, aimerait fêter ça.


En famille, auprès de ses amis

Sans pour cela devoir risquer sa vie !


Et, seul,

Seul pendant des nuits

Où des milliers d'étoiles lui racontent sa folie :

- T'as rien à dire !

T'as qu'à obéir !

Tu peux oublier tous ces moments passés...


Pour eux,

u peux crever !


Est-ce pour cela que tu es né ?




DELEU Yves

France

En français


La peau de mon pays est grêlée par la lèpre de cette guerre,

Oh ! femme étrange dans le vent bleu et la fièvre amère,

La chair de mon pays est mangée de ces gales immondes,


Oh ! hommes obstinés et fiévreux aux larges capes blondes


Le vent mauvais a rampé entre les falaises tordues et sèches,


C’est partout deuils, feux, fournaises, massacres et brèches.



Le vent mauvais s’est éteint et la houle de lèpre est étalée.


Fils de l’histoire des hommes, relevez-vous dans l’envolée !


Oh ! femme étrange dans le vent bleu et la fièvre amère,


Sèche tes larmes, tes enfants ont enfin retrouvé leur père.


Oh ! hommes obstinés et fiévreux aux larges capes blondes,


Loin des frangeants de la haine, retrouvez vos terres fécondes


Et ces racines qui plongent si loin dans l'épopée humaine.




DEMAREST Maryline

France

En français et traduit en anglais


Message,

Je me souviens d’une nuit d’été

J’avais dix sept ans nous n’avons pas vu son visage

Il ne nous a pas dit comment il s’appelait

Et il est parti pour entrer dans les livres d’histoire,

L’histoire de son pays.

Le gros caillou au milieu de la page qu’il ne faut pas tourner

Parce que l’Afghanistan c’est son pays a lui

Le Panshire sa vallée à lui.

Et comme il est intelligent, et comme il est un chef

Et comme il est un homme

Tous nous le remercions d’exister.

“Au plus fort des tempêtes quand tu tiendras la barre, n’oublie jamais de te dire heureusement que j’existe”

Dans notre coeur pour notre vie entière.



Message,

I remember one summer night

I was 17 years old, we did not see his face

He did not tell us his name.

And he left to enter history,

The history of his country.

The large stone in the middle of the page, that it is not to turn

Because Afghanistan is his country

And Panshir his valley.

And as he is intelligent, and as he is a head

And as he is a man

All are grateful that he exists.

“At the height storms when you hold the bar, never forget to tell yourself fortunately I exist”

In our heart for our entire life.




DEVESA Patrice

France

En français


Tes mots d’enfance

(à une petite fille afghane)


tes mots d’enfance saignent parfois

quand les hôpitaux sont détruits

que les écoles n’ont plus de voix

devant la haine et la folie


comment décrire, petite fille

les larmes d’un peuple exilé

l’incompréhension qui habille

les silences des fusillés


n’écoute pas ceux qui t’empêchent de rêver

ils ont vieilli sans apprendre leur liberté !


tes mots d’enfance pleurent souvent

l’amour qu’ils n’ont pas pu trouver,

censurés par les talibans

en hommes de Dieu déguisés !


quand la mort passe sa faucille,

jouant sur les terrains minés.

Tu n’es plus seule, petite fille

Tu n’es plus seule à t’indigner !


Des messagers d’amour se lèvent à tes côtés

Pour bâtir avec toi un univers de paix !


Décembre 2001




DEVOILLE Nadine

France

En français


Les vaches d’Omar


« Etudiants », ils se dirent étudiants comme pour mieux justifier l’inculte lecture du Coran appris par cœur, sans jamais avoir rien compris. Enfin chassés ! Tant mieux. Enfin presque: où sont donc passées les vaches d’Omar ? Quel marché bizarre et compliqué leur a permis de s’échapper ? Ce n’est ni pour le lait – les vaches talibanes n’ont jamais rien donné – ni pour la viande: les vaches d’Omar n’étaient que de vieilles carnes confites en piété.

Maintenant, elles sont très déprimées les vaches d’Omar ! Sauvées mais pour combien de temps ? Le marché n’est pas fait pour durer… Et si un jour meurt Omar, leur compte est bon. Elles vont finir en Bouskashi ! Omar, s’il n’est pas vendu – 10 millions de dollars ça fait Rêver ! – sera trahi par ses sacrées vaches. Forcément. Une vache même broutant maigrement ça laisse des traces !

Tragique destin que celui d’Omar: grand amoureux des vaches au lieu de l’être des femmes ! « Hôte » de l’Arabe qui finalement l’a perdu. « Hôte » qu’est ce que ça veut dire à Kandahar pour l’inculte Omar ? Echange de bons procédés sans doute. Et maintenant, l’arabe il vaut 25 millions de dollars, ça laisse rêveur Omar le pauvre, il a laissé échapper 25 millions de dollars !! Omar ne sait pas trop bien compter mais il suppute que l’affaire lui est passée sous le nez. Lui restent quatre vaches et quatre femmes, dans l’ordre de sa considération. Finalement, Omar, il ne le sait pas, il est trop inculte, mais il est plus riche qu’il ne croit. Quatre femmes, cadeaux précieux qu’il enferme sous la burka et qui échappent à son regard borgne. Il a cru, Omar, qu’ânonner le Coran et terroriser les foules suffirait pour être roitelet. Stupide paysan. Inculte et cruel qui a nié une moitié de l’humanité et tenté de détruire le reste ! Crétin d’Omar. Sous la burka pour une fois bienvenue, les femmes se moquent, elles n’aiment pas les perdants. Alors Omar ignorant, si tu veux encore voir du taliban, sacre tes quatre vaches d’un turban !


19 décembre 2001




DEVOILLE Nadine

France

En français


Tel le faucon dans le ciel afghan

Fondit sur le pays l’ombre du taliban

Et menaça longtemps, si longtemps, trop longtemps

Le rire, le chant, l’âme étouffée sous le noir turban


Des ombres bleues flottent dans les rues

Grillage, grillage: la cruauté mise à nu

La cravache, le bâton, le fusil, tout ce qui tue

Menace tout un peuple au nom de la vertu


Mais comme il se doit ici, la taliban aussi se loue

Il y eut donc bailleur, ce fut l’arabe fou

Et l’afghan, souffre-douleur sous le double joug

Affamé, exilé, tué, nié, en arabe comme en pachtou


19 décembre 2001




DION-GUERIN Jeannine

France

En français

Ex-Secrétaire Général de la Société des Poètes Français, Animatrice sur Radio Ile-de-France à Enghien


Entre-deux


Un courlis chante dans le brouillard

Lorsque la nuit lisse ses ailes

Et qu’elle héberge en creux de ventre

L’aune engluée du désespoir


Son cri est là comme un appel

Qui brise et charme le tympan

De sa note double en dentelle

Decrescendo jusqu’au couchant


Alors qu’à nous il se rappelle

Son chant est là pour témoigner

Qu’au pli de l’ombre, en sa fêlure,


De la blessure peut renaître

Au va-et-vient de la clarté,

L’heure espérée de l’amour vrai.




DION-GUERIN Jeannine

France

En français

Ex-Secrétaire Général de la Société des Poètes Français, Animatrice sur Radio Ile-de-France à Enghien


Un enfant

De onze ans

Blouson crotté de glaise

Cheveux plus ardents

Que le plus blond des rayons

Que la lumière s’imaginerait porter


Un enfant debout

Paillon fauché aux moissons

D’un ciel qu’il s’applique à braver,

Réinventant sa propre guerre

Face à la pauvreté


Un enfant têtu

Juste un petit bout d’homme

Les yeux dans les yeux du soleil

Et s’exerçant à ne pas cligner

Bien décidé qu’il est à lui dérober

Une poignée de son or


L’or de sa liberté.




DIRINGER Claude

France

En français


(les cahiers du Rhin)


Mes voeux pour 2002


Il paraîtrait

Que nos hivers contemporains

Ne s’offrent plus aux neiges d’antan.


Et vos cœurs,

O mes amis

Se nourrissent-ils de nostalgie ?


Je sais vos sourires,

Votre solitude devant la méconnaissance,

Et l’inestimable plaisir devant une main tendue.


Je partage vos doutes

La souffrance du non-dit

Et la crainte d’un avenir incertain.


O cruelle actualité !


Mais, chaque matin,

L’aube nouvelle embrasse notre réveil.

Qu’il en soit ainsi de l’année 2002 qui nous offre sa virginité.


Ouvrons nos cœurs

Et nos mains.

N’oublions plus ; qu’il est possible,

Aussi,

De nous parler.


Qu’enfin notre village planétaire, devienne

Un oasis de rêve

Et de partage.




DIRINGER Claude

France

En français

(les cahiers du Rhin)


La Fraternelle,


Ne pas oublier

Le sablier de l’histoire,

Qui chaque jour et chaque nuit

Fait ses comptes, inlassable.

Chaque grain de sable est une vie

Offerte pour la liberté


Ne pas soupirer

Au carillon de la mémoire !


Le sourire d’un enfant

Et l’élégance de la fleur éclose

Sont choses trop précieuses

Pour oublier les charmes de la vie


A nous de tendre nos mains

D’ouvrir nos cœurs

Vers ceux qui ont faim, vers ceux qui ont froid


Pour enfin

Nous épanouir

Dans la fraternité du pain partagé.




DIRINGER Eve

France

En français

(les cahiers du Rhin)


Frères


Pourquoi la guerre ?

Pourquoi tant de misère ?

Sur cette jolie terre.

Le ciel bleu est là

Le soleil diffuse sa lumière

Pour tout un chacun, blanc ou noir ;

Nous sommes tous frères !

Pourquoi la guerre

Pourquoi tant de misère ?

Dans cet univers où tout est éphémère.

Pourquoi se battre pour un lopin de terre,

Nos pères ont payé déjà hier.

Pourquoi faut-il donner nos fils demain ?

Pourquoi meurtrir nos cœurs et la terre ?

Laissons inonder la lumière, la rivière,

La bonté, l’amour, la paix !

Donnons-nous tous la main

Un instant, pour scander ensemble le mot

FRERES.




DROUIN Christiane

France

En français


Vivement le printemps


Quand tôt, le matin, j’entends

Les merles chanter leur joie

Quand, vers le ciel, la tige s’étend,

Que la nature s’éveille dans les bois.

C’est bientôt le printemps


Quand, de jour en jour, les bourgeons s’ouvrent

Et laisse apparaître la couleur des fleurs,

Mon cœur, en même temps, la haine découvre

Et, voit sous la violence, des enfants qui meurent.

Alors j’espère le printemps.


Quand je vois s‘étioler des espoirs de vie,

Du Liban jusqu’en Afghanistan

Des enfants qui souffrent et ont envie,

Loin des préoccupations des grands,

Que ce soit le printemps.


Quand un jour le monde sera meilleur, je pense.

Que petits et grands sauront s’écouter

Se tolérer, s’aimer avec leurs différences

Et, qu’ensemble, ils pourront voir la nature s’éveiller.

Ce sera la printemps.




DURANTON Patrick

France

En français


Renaître alentour


C’’est la clarté souvent quand nous poursuivons les jours

Qui étament l’ondoyance des venants

Que faire, que dire à ces partages de midi

Combien l’âpre querelle pose des anciens jalons

A ses souliers de givre

Maintenant qu’une aurore distille l’orée

En ses pansements d’astres échus

Au bonsoir, maintenant que cette rébellion

Révoque la nuit, émane d’en deçà

Poursuit un bonjour, réfrène un retour

C’est le givre qui couronne nos regards et gagne le printemps

Aux lointains des annonces, des fêtes d’innocences

Taisent l’autour de ces jours sans-doute,

Comme une renaissance longtemps apprise

Longtemps mûrie au cœur des amours.




DUSSOTIER Jacques-François

France

En français

Président d’Honneur de la Société des Poètes Français

Président fondateur du cercle européen de poésie POÊSIAS


Femmes afghanes


Femmes lapidées au nom du coran

Femmes ignorées au nom de la tradition,

Abaissement de la femme à l’état animal.


Serfs/femmes de l’Islam

Serfs/femmes de la tradition,

Esclaves serviles des hommes croyants.


Porteuses de fagots, porteuses d’eau, asservies…

Tandis que les hommes assis palabrent,

Que font-ils de votre droit à l’existence ?


Enfermées, dissimulées, corvéables à merci

Prisonnières d’un machisme religieux,

Alors que les enfants mâles sont portés aux nues.


Et vous fillettes aux grands yeux tristes

Exploitées déjà dans votre enfance brisée

Quel sera votre avenir dans cette barbarie ?




DZOTAP Alain Serge

France

En français

L’arme de l’écriture (Atelier de création poétique)


Mon pays , c’est toi


Mon pays n’est pas cette terre fragile de gravier et de boue

Où patine l’espoir au fil des jours,

Ces voitures et ces usines qui fument à longueur de journée

Ces badauds qui traînent, le regard hagard dans les rues.

Mon pays ce n’est pas cette terre senteur d’exil

Où je pousse à peine mes rêves jusqu’à la première lisière du grand jour

Ce n’est pas ces routes bitumées qui courent à perdre haleine,

Ces sentiers efflanqués qui desservent les campagnes,

Ces toits de tôle ondulée devenus tamis

Où filtre la fumée épaisse du feu de bois vert que font les femmes,

Ni ces amas d’ordures et de ferraille qui jonchent le sol,

Ni ces villas luxueuses qui germent par endroits,

Ni la mort lente et lâche de ces hommes dégradables

Par infusion de misère et de mots creux,

Ni ces rires qui fusent de l’autre côté de la barrière d’en face.

Mon pays ce n’est pas ce mélange criard de clair obscur

Où mon cœur épie en vain l’arrivée du jour.

Ce n’est point cette terre tatouée de forêt en ruine

Où terre et hommes étouffent à petit feu dans la fournaise des jours.

Ce n’est pas cette terre où tout est mirage

Et où la joie est putrescible même par temps doux

Et non terre à bonheur.

Ce n’est ces filles en tenue d’Eve

Qui se vendent à la criée pour une poignée de monnaie.

Ce n’est point cette terre boursouflée d’ombres à nulle autre pareille

Qui croassent d'épouvante à l’orée du jour.

Mon pays ce n’est pas cette terre de hiboux colporteurs de rêves creux qui rongent le jour.


Mon pays c’est ton sourire d’or pur et de pierres précieuses

Qui reflète tout le trésor de ton cœur bantou

Où chante l’amour comme un jour de fête.

C’est ta peau couleur clair de lune où mes doigts la nuit deviennent paroles

Et te font signe dans la pénombre

Malgré ces nuages sombres qui tatouent notre bonheur.

C’est tes mains plus douces que la fleur d’hibiscus fraîche éclose

Qui se posent sur la tiédeur de ma peau pour me conter l’espoir,

Ton regard, étreinte à la douceur de rosée du matin

Où je me retrouve dans ta tendresse, recommençant mon enfance sur tes seins,

Ta bouche aux lèvres douceur de taffetas,

Où je bois le vrai souffle de la vie au sortir de tes entrailles.

Mon pays c’est toi, étoile polaire de mes nuits,

Où je m’égarerais pour toujours sans ta présence, sens de ma vie à chaque instant

Et je perdrais raison sans tes bras qui me serrent contre toi,

Sans tes lèvres qui mordent les miennes

Pour m’offrir ta salive salvatrice,

Ta langue plus fougueuse que mille étalons en rut.

Et ma maison, c’est ton cœur

Laisse moi y vivre toujours mon amour.




EGAN Desmond

Irlande

En anglais et traduit en français


Under the mild sky

Where God’s clouds prowl

Displaced autumn still fills the beeches

Lines my rod in pools of brown


Each single drift leaf unique


As an Afghani face.


November 2001



Sous le ciel doux
Où les nuages de dieu rôdent
L'automne déplacé garnit encore les hêtres
S'empile sur ma canne un amas de brun
Unique est chaque feuille-égarée
Comme un visage afghan


Novembre 2001
Traduit en français par Guissou Jahangiri



EGGER Brigitte

France

En français

Directrice de l’Association des Amis de Pierre Béarn


Le calvaire des Femmes afghanes


Elles ont l’air de morts-vivantes

De pestiférées ambulantes

D’honteux fantômes en punition


Qu’elles soient jeunes ou déjà vieilles

Dans le pays de l’Hindou-Kouch

En burka mauve, vert ou gris

La souffrance les rend pareilles

Dans le même martyr unies


Cachées sous le voile intégral

Derrière son grillage infamant

Leur quotidien devient prison

Et leur condition si cruelle

Que leur destin est une poubelle

Où la folie prend sa raison


Elles sont humiliées sans répit

Par ceux qui se croient impunis

Dans leur tyrannie doctrinaire,

Or ils trahissent une religion

De tolérance et compassion


Sans cesse aux mains de l’infamie,

Avilies, battues, lapidées,

Quelquefois baignant dans leur sang,

Elles courbent la tête en silence,

Condamnées à ne plus pouvoir

Profiter des baisers du vent

Ô Femmes oubliées par Allah !


Où donc est leur fierté d’antan ?

Leur rang normal parmi les hommes ?

Elles étaient les ambassadrices

D’une vaste culture millénaire

Trait d’union des grandes conquêtes


Quand donc viendra leur rédemption ?


Libérées elles pourraient aider

A recréer une vie meilleure

Dans la douceur de leur foyer

Où les hommes prendraient conscience

Que les femmes portent l’espérance

D’un avenir vraiment humain.


Octobre 2001




EGGER Gabrielle

France

En français


Enfance enfuie.


Couleur de brume, de désespoir

Tout fuit, se fond dans le brouillard

Du clair de lune, matin d'un soir

Cœur de plomb, lourd, deuil dérisoire


Sur poudrière chauffée à blanc

Se promenait un cœur d'enfant,

Adulte bien trop vite survenu

Les chœurs à jamais se sont tus


Lent, le temps s'écoule monotone

Qu'engourdit l'âme que deuil festonne

La PAIX ? Déversoir illusoire !


Au devenir de l'enfance

De guerre lasse et de souffrances

Bleu du soir, rêve provisoire.




EGGER Gabrielle

France

En français


France, pays de liberté.


Tu es chagrin

Terre de liberté,

Lorsque contre toi, lève l'assassin

Le glaive et l'épée;


Tu es violence

Terre de combat,

Sous la voûte immense

Tu erres déjà.


Tu es fougueuse

Terre insoumise,

Sous l'ardeur acquise

Tu te bats, impétueuse;


Tu es farouche

Terre d'espérance,

Sous la glèbe de tes souches,

Tu gagnes en puissance.


Tu es intense

Terre d'amour,

Sous ta bravoure

Rôde la tolérance.


Tu es liberté,

Terre aimée !




EGGER Gabrielle

France

En français


Où es-tu " Liberté " ?


Tu nous enlaidis, graffiti,

Éjections immondes,

Sur nos murs abondent

De faux héros inscrits.


Fausse guerre des ombres

Pour l'amitié, la liberté

Mais que tout s'effondre,

Innocents, Payés!...


Graffiti,... graffiti tu pus...

Lorsque tu mets à nu

Les vérités travesties

Des autorités investies?


Oh! graffiti,

Tu nous jettes à la face

Nos affreuses grimaces

Sur lesquelles on s'appuie


Guerres insensées,

Terreurs damnées,

D'innocents arrosés

Au nom de "Liberté "!...


Que tu sois jaune,

Blanc, noir ou basané,

Que tu adores Dieu ou l'Icône

Frères de partout, SAUTES!...


Quelques ingrats débiles,

Nous mettent tous en péril

Et pour ces tors causés,

Vous êtes tous rejetés.


Oh! graffitis, graffitis,

Où est la Paix, la Liberté

Que vous aimez tant proclamer

Sur nos murs enlaidis ?




EHRHARDT Suzanne

France

En français


(les cahiers du Rhin)


TOLERANCE


Mot profond invitant

A se remettre en question

Admettre la différence

De langages et d’opinions


Tolérance

Voir d’un œil nouveau

La couleur de peau

Les mœurs de l’étranger

Qui cherche notre amitié


Tolérance

Etre avant toute chose

Humain pour chacun

Qui sur notre terre

Nous tend la main


Tolérance

Mouvance de l’esprit

Qui admet l’autre

Tel qu’il est, différent

Hors du commun


Tolérance

Remplit nous d’humilité

Donne nous le sens

De la fraternité

De l’indulgence, de la charité.




ELZINGRE Micheline

France

En français


Le paysan


C’était un doux paysan

Qui labourait son champ


Il n’aimait que sa terre

Ses enfants et sa mère


Un jour on vient le chercher

Pour aller guerroyer


Hélas ! dans les batailles

Il devient canaille


C’est lui qui le premier

Eventre les blessés


Etrangle les enfants

De l’ennemi défaillant


Avant que de brûler

Ce qui fur leur foyer


Alors on le décore


Il rentre à la maison

Le cœur plein de poison


Il se fout de la terre

Et préfère boire des verres


Il tape sur les enfants

Chasse sa vieille maman


Puis un soir de folie

Sa ferme il incendie


C’était un doux paysan

Qui labourait son champ.




EMORINE Denis

France

En français

Nouvelliste, poète et dramaturge


Aux populations de l’Afghanistan


Je m’introduirai dans la ville assiégée. Il le faut: on ne peut se soustraire plus longtemps à la hideur du monde. Je secouerai ses remparts dentelés de feu, je courrai le long des avenues désorientées, je déchiffrerai la partition des visages et des voix.

Ils seront tous au rendrez-vous fixé par l’Histoire, tous assignés à résidence pour l’éternité.

Je remplirai mes yeux de la buée de chaque instant. Les mots n’ayant plus cours en ces lieux, j’essaierai de rebrousser chemin. Là, devant mes mains écorchées, se dressera l’enfance du monde.


Janvier 2002




EYMERY Charlotte pseudo (SPIZZICHINO Pierrette)

France

En français

Professeur de philosophie retraitée


Lacs verts aux riches profondeurs

Témoins désolés

De combats répétés

Apaisez vos flots contrariés !


Une calme assemblée

Aux laines chaleureuses

Moutonne à vos pieds.

Humectez leurs haleines asséchées !


Des yeux noirs apeurés

Cherchant à capter

Vos sources encore cachées.

Libérez leurs désirs étouffés !


Les guerriers vont se propager

Les chairs orangées

De leurs abricotiers.

Des noyaux empilés

Qu’il leur faudra casser

Ils devront retirer

Les amandes oubliées.


Aidez-les !


Janvier 2002




FARION Philippe

France

En français

Poète et philosophe


Couvre-Feu


Les fusées noires du siècle des ténèbres

Confèrent aux journées un aspect funèbre.

Les forces invisibles des armées trichent

Sur des sols stériles et des champs en friche.


Tandis que les avions survolent le monde

Des foules glorifient des crimes immondes.

Pour remplir leurs banques de lingots frauduleux

Des états s’enlisent dans des trocs crapuleux.


Les commerçants chargent leurs bêtes de somme;

Le gain ondule dans la tête des hommes

Et la mort se love dans les terrains vagues.

Sous un soleil de plomb des âmes divaguent…


Contaminées par une fureur étrange

Pour plaire au démon elles fuient les anges.

Des envoyés las de ces pensées obscures

S’unissent pour tuer les prophéties impures.


La terre tremble et des plaintes s’élèvent;

Les vivres sont rares, les fièvres sévères.

Les enfants pleurent et les femmes s’enlèvent…

Le désert fait peur; le désastre est amer.


En hommage au commandant Massoud, lâchement assassiné




FELGEROLLES Claude

France

En français

Poète


Hommage à un pays meurtri


Sur la ville en ruine … un ange

Un pays défait sans terres

L’Ange de la mort depuis des lunes

Tournoyait semait soulevait

Des poussières malsaines

Et de ses ailes couleurs garance

Eclipsait tachait permanence

Ou vie d’un pauvre soleil tiédi !


L’Ange de la mort … et des guerres

Sur la campagne où les toits

Plats de pisé si fragiles

Disparaissaient sous les projectiles

Les remparts s’écrasaient en feu

Hommes femmes et enfants déshumanisés

L’Ange passait depuis tant d’années !


Et vers d’autres lieux sur d’autres serres

L’Ange de la mort bientôt

Reprend ses travaux son essor

Contre le guerrier resté debout

La mère allaitant l’enfant riant

La lumière ses éclats sa vie !


Au prix d’une véritable pérennité de paix

Un certain espoir une illusion drapée

Un Ange nouveau celui de l’homme sensé

Pour l’habitant n’ayant qu’une pensée:

« oui ! nos maisons de thé rouvriront !

Nous parlerons biberons vie toujours vie

Sourirons gaiement tous et toutes

A l’ombre de nos montagnes bleues

délivrées soulagées sous d’autres cieux ! »


Marseille 2 Février 2002




DE FELINE Bernadette

France

En français

L’arme de l’écriture (Atelier de création poétique)


La petite fille et le vent


Les gens bien portants sont incapables de communiquer avec le vent. Ils disent bêtement : «  fermez la porte, il y a trop d’air ! » ou encore : « tiens , il y a du vent aujourd’hui »

La petite fille de cette courte histoire n’était jamais parvenue à se mouvoir. Ni à parler. Seulement bougeaient ses yeux, ses lèvres et un petit bout de nez. Et parce que le vent lui bougeait tout le temps, elle était devenue son amie. Elle apprit à connaître sur sa peau tous ses effets, des caresses légères aux piqûres, des petites morsures aux étreintes. Le vent taquin lui chatouillait les joues , faisait sans vergogne de ses cheveux un rideau pour les yeux, une brosse pour les lèvres, un chant pour les oreilles.

Il n’y avait pas que tendresse chez le vent, aussi violence, passion, force et sidération. Elle l’entendait transformé en vent du nord, en mistral, en joran, claquer les volets, ouvrir la fenêtre et frapper son cœur. Avec lui il y avait tout à craindre : lit renversé, bibelots balayés, tableaux transformés en pendule, chevelure devenue lanières sauvages, fouet de cheveux échappés, tresses de couleuvres. Il arrivai qu’un tel vent lui soulève les mains.

La petite fille dans ce bouleversement des choses fermait les yeux, accueillant cette bienheureuse violence qui la liait indissolublement à son ami le vent, dans une joie étrange que son corps sans mouvement palpait.

Dans ces moments-là, malgré la joie, elle ne cessait de penser : pourvu que personne ne ferme la fenêtre.




FELLONI Laure

France

En français et traduit en anglais, allemand et espagnol


Aux peuples afghans


Ecoute, ô femme,

Le murmure du vent

Il parvient de très loin,

Au-delà des montagnes,

Il soulève tes voiles

Et souffle doucement

Un air de liberté,

Un espoir pour demain.


Ecoute, enfant,

Le joyeux chant du vent

Il fredonne pour toi

Des refrains en chantés,

Des contes pour rêver

Et voilà que tu cours

En tirant par son fil

Le plus beau cerf-volant.


Ecoutez tous,

Peuples des hauts plateaux,

La complainte du vent

Elle emporte les cris,

Les pleurs et les malheurs

Et bientôt tourneront

Les ailes des moulins

Dans l’éclat des chansons.



To afghan people


Listen, women,

To wind’s murmuring

Coming from far away

Beyond the high mountains,

It raises up your veil

And then softly whispers

A freedom melody,

You can be hopeful again.


Listen children,

To wind‘s joyful sound,

It is humming for you

Many magical songs

And stories for dreaming,

So you really want

To run down the hill,

Flying a wonderful kite.


Listen, you lot,

People of the highlands,

Wind’s force will blow away

All screams, tears and sadness

Windmills will turn again

Everywhere in the fields,

Lots of song, lots of joy

Will sound again in your heart.



A los pueblos afganos


Escucha, mujer,

El murmullo del viento

Viene de muy lejos,

Más allá de los montes,

Levanta tus velos

Y sopla suave

Un aire de libertad,

Una esperanza para mañana.


Escucha, niño,

El alegre canto del viento

Canturrea para ti

Coplas encantadas,

Cuentos para soñar

Y ya estás corriendo

Tirando de su hilo

La más bella cometta.


Escuchen todos,

Pueblos de los altiplanos,

El cantar triste del viento

Se lleva los gritos,

Llantos y desgracias

Ypronto darán vueltas

Las aspas de los molinos

Entre etallidos de canciones.


Traduction en espagnol de Señora Marion



An die afghanischen völker


Hör, oh Frau,

Das säuseln des winde

Es kommt aus der ferne,

Jenseits der berge,

Es hebt deine schleier hoch

Und bläst leise

Ein freiheitslied,

Eine hoffnung für morgen.


Hör, kind,

Den fröhlichen gesang des winde

Er summt für dich

Bezaubernde refrains,

Märchen zum träumen,

Und nun läufst du

Den schönsten drachen

Hinter dich her ziehend.


Hören sie alle,

Völker aus den hochebenen,

Das klagelied des winde

Es verweht die schreie,

Die tränen und das unglück

Und bald werden sich die flügel der mülhen

In herrlichen liedern drehen.


Traduction de Frédérique Ponsard




FELOUKATZI Ira

Grèce

En français


Vietnam


Il parlait du printemps pourri

s’inquiétait du temps.

Ses mains maigres griffues

tenaient le tiroir-caisse.

Il oubliait le Vietnam.

Les filles dressant des barricades.

Les enfants quittant la chasse aux papillons

pour se cacher

Tandis que descendaient les grands oiseaux noirs

sur la ville.


Elle a plongé de la barque dans le fleuve.

Elle avait un visage blanc

Des yeux de biche.

Serrant sa mitraillette

Elle a sauté sur l’autre rive

Et livré un combat féroce

Comme l’oiseau pris dans des filets.


Ici on se plaint du printemps pourri.

Même si là-bas les corbeaux de la montagne descendent

Même si les bêtes sauvages décidant la trêve

Se reposent au soleil.


Même si les blessés se traînent

Vers les sources taries.

Tous dispersés comme des bêtes

pourchassées.

L’institutrice est morte avec les vingt enfants.

Elle écrivait à son mari :

Je suis en sûreté. Ne t’inquiète pas.

Les enfants avaient dessiné pour la fête

Des fleurs des soleils des colombes.


Cette année le riz

Ne fleurira pas.

Il est parti en fumée.

Les citronniers sont desséchés.

Les filles ne tresseront pas de fleurs

Dans leurs cheveux.


Le printemps a brûlé

Cette année au Vietnam.


Quant à l’Europe

Elle a le beau temps

Pour toute boussole de vie.




FERNAN Sylvy

France

En français


La paix au monde

La paix au monde

je le sais bien, même s'il me semble

que nous pouvons réagir

contre ce mauvais pressentir

d'une nouvelle guerre

que j'espère, n'arrive guère.


Paris avril 2002




FONTANA Mariano

Italie

En italien et traduit en français


La Pace


Vedo una stella

brillar nel firmamento

come la pace

ch'è un incanto.


Capisco che ci sono divergenze

pero' bisognerebbe andare avanti

e non far soffrire tanta gente

madri e bambini non far piangere.


Faccio un appello

ai signori governanti

di avere pietà

di questa gente.



La Paix


Je vois une étoile

qui brille dans le firmament

comme la paix

une merveille.


Je comprends qu'il y ait divergences

pourtant il faudrait aller en avant

et non faire souffrir tant de gens

ne pas faire pleurer mères et enfants.


Je fais un appel

aux hommes gouvernants

d'avoir pitié

de tous ces gens.


Traduit en français par "LES DROLES"




FORGEOT Christophe

France

En français

L’arme de l’écriture (Atelier de création poétique)


Il y a l’espace

L’infiniment grand

Il y a l’immense tapis des champs

Sous la foule calme et bleue

Il y a l’incommensurable profondeur de l’eau

Le patchwork gigantesque des éléments

Des choses des êtres

La nature vibrante de l’homme en construction

Leur bonté et leur cruauté sur un même banc.


Il y a aussi l’infime recoin

Le trou infinitésimal

Le microscopique lieu de brassage

Et toujours la profondeur de l’eau

Où le travail dérisoire des cellules

Donne l’énergie aux minuscules trésors


Du vaste et du petit il y a métissage

Dont on ne mesure pas toute la grandeur.




FORNO Maria Eleonora

Italie

En italien et traduit en français


Casserolade


Uscirò coperta di nero

picchiando pentole e coperchi ;

con gli scarponi chiodati

batterò i marciapiedi ;

incatenata a foto di fuoco

saluterò i morti assassinati.

Salirò gli inni e le preghiere

scavate nei sassi

dalla forza del dolore,

dal rumore dello sguardo

dell'Uomo.


31 décembre 2001



Casserolade


Je sortirai couverte de noir

en battant des marmites et des couvercles

avec des godillots cloutés

je marquerai les trottoirs;

enchaînée à photos de feu

je saluerai les morts assassinés.

J'escaladerai les hymnes et les prières

minés dans les pierres

de la force de la douleur,

du bruit du regard

de l'Homme.




FOURDIEL René

France

En français

(les cahiers du Rhin)


Par le calme bleu de la nuit

Montent lents et passent

Passent feux aux clairs regards

A la paupière clignotante

Regards présents

Regards passés

Dites-nous ce que nous sommes

Hommes

Ce que nous voulons ce que nous pouvons

Par le calme bleu de la nuit

Vous qui mourrez

Si haut

Enseignez nous la Paix.




FOURNET François

France

En français

Président de l’Association poétique « l’Ouvre-Boîte »


Dire toi

Dire toi

Et reconnaître ta présence

Dire toi

Et accueillir ta différence

Dire toi, au nom de toi et de l’amour

Au nom de Dieu que tu connais

Ou que tu ignores

Que tu recherches et qui t’adore

C’est dire oui à la paix

C’est ouvrir un passage

Où le respect peut se vivre

Où le partage devient la vie

Dire toi est en fait peu de choses

Comme ouvrir un livre sur la page du temps

Que tu habites

Comme accepter que ce livre, ton livre demeure ouvert

La différence est la chance de rencontrer l’autre richesse

La différence est la chance de se rencontrer soi-même au-delà des faiblesses

La différence est l’espérance de l’amour

Quel que soit ton visage

Quel que soit ton langage

Quelle que soit ta prière

Quelle que soit ta façon de dire oui

Je veux construire avec toi

L’univers de la paix.




François Jocelyne

France

En français


On les voit revenir

Dans ce sens, la frontière est ouverte.

Ils marchent vers des éboulis

Sans le savoir.

Malgré la fatigue, heureux de l’air,

De l’espace brusquement agrandi.

A côté de leur maison

Un jardin les attend

Pour de proches semailles.

Le cœur espère contre ses battements.


Ils disent qu’ils sont arrivés.

Le paysage, un jour, leur parle.

Mais le mot arriver s’est perdu

Puisqu’il n’y a plus rien

Que des pierres désassemblées,

Des pierres retournées au rocher,

De la terre inapprochable,

Aucune eau vive.


Des femmes, des homes, des enfants.

De la chaleur obstinée

Contre le froid, le sec, le détruit.

S’il y a des larmes, elles sèchent,

Un oubli venu du corps les tarit.

Les corps cherchent l’eau, les semences,

Le bois pour les feux.


A nouveau, premiers humains

D’une grotte miséricordieuse

Ou d’un abri fait de deux pans de mur,

A nouveau ils inventent

Le temps, les buts, l’attente,

L’humanité première

En Afghanistan.


7 janvier 2002




FRICK Chantal

France

En alsacien

(les cahiers du Rhin)


Häss vum Fremda


D’Iunn schient nemm so hall,

Der Hemmel het a brüna Schleier,

Ieppl, Ahmed, liawi Kender,

Wella Hàss hààbt fer eier Ungleck !


Meinsch kàsh na eifàch hewa,

Dina ehrlig verdianda Wohlstànd,

Well die Steffel em Tàkt màrschiara

En da Gàssa vu dim Scheena-heim ?


Meinsch besch ebis meh wart

Wenn d’Haarlofeni met Steffel Trett

Em Rànza, üssa g’ schüfelt wara

Üs dim süfra Stolzwihr ?


D’Iunn schient nemm so hall,

Der Hemmel het a brüna Schleier,

Ieppl, Ahmed, liawi Kender,

Wella Hàss hààbt fer eier Ungleck !


Danksch dini Kültür geheiht witterscht

Wenn sie andri veràchtet

Un henter sina salbeschtsechera Müra

Untrem Netz vu da Media verstéckt ?


Danksch fend’sch dina Fend dussa,

Der Nochbech, dr Moslem, des Sidatrâger ?...

Un wenn’r gàanz eifach en der salbscht war

Der unzfredana Dopelganger wu dich steert ?


D’Iunn schient nemm so hall,

Der Hemmel het a brüna Schleier,

Ieppl, Ahmed, liawi Kender,

Wella Hàss hààbt fer eier Ungleck !




FRAYSSE Philip L.

France

En français


L’homme noir


Lhomme est tapi.

Quelque part dans une ville la nuit.


Ses yeux sont sombres.

La nuit porte son ombre.

Ses mains serrent un objet gris.

Mtallique.


Il ne bouge pas, respire doucement.
Ses yeux seuls, me font penser quil

il est encore vivant.


Son corps est drap de noir.

Silencieux.

Ses mains bougent lentement.

Il avance.


Il ressemble tellement un chat.

Noir, il guette sa proie.

Il me fait souvenir le malheur

La destruction et les tueries.


Je sais maintenant que ses mains

portent la mort et le destin.

Sans bruit, doucement,

Mtalliques, srement.


Ses lvres bougent sans bruit

Intiment un ordre.

Ses yeux sont meurtriers.

Sa dcision est prise.


Que la haine lui devienne trangre.

Cela me semble possible.

Et puis, peut-tre cette fois, nobira-t-il plus ?



Paris, le 28 février 2002 – Les cannibales et leurs autres déguisements. Kaboul, Alger, ou ailleurs pour que cela cesse.




FRIEDENRAFT Georges

France

En français et en anglais

Poète et Vice Président de la revue "Jointure"


Cinq haïkus pour la paix en Afghanistan


Apre continent

Vingt années de sang et d’ombre

C’est dur d’être afghan !


Privée de lecture

Ma sœur aux paupières rouges

Privée de sourire


Les mines les bombes

Fillette aux lèvres de givre

Enfance étranglée


Chandelle éteinte

Frère tu sentais le monde

Dans l’odeur des vents


Un autre soleil

Fleurit au cœur du désert

Un soleil de paix !



Five Haikus for peace in Afghanistan


A harsh continent

One score years of blood and gloom

Hard to be Afghan !


Forbidden to read

My sister with red eyelids

Forbidden to smile


The mines and bombs

The girl with her hoary lips

Her childhood smothered


Out brief candle

Brother, you could sense the world

In the wind-borne scent


But an another sun

Flowers deep in the desert

A sun bringing peace !


Traduit en anglais par Brian FERGUSSON




FUCHS Michel

France

En français

(les cahiers du Rhin)


Le vent sifflait sur la campagne

La neige assourdissait les bruits

J’étais parti braver le froid

Pari courir car c’est la vie


Au coin d’un bois un petit pont

Enjambe un courant d’eau glacée

Mes rêves m’avait absorbé

Quand du passé jaillit un cri


S’accrochant au bord du ruisseau

Un p’tit bonhomme était bloqué

Serrant très fort, la larme à l’œil

Un bidon plein, trop grand pour lui.


Il grelottait sous ses haillons

Un jeun’ garçon tout ahuri

Mais s’agrippant fort à mon bras

Il put sauver sa provision


Merci merci s’égaya t-il

Merci beaucoup dit-il encore

Salut ! et je repris mon trot

Tandis qu’il bénissait mon sort


Hiver ingrat aux bohémiens !

Le ruisseau est leur seul confort

Alors que je cours avec plaisir

Civilisation du loisir !


Trois jours plus tard j’allais croisant

Un campement durant ma course

Un cri strident brise le froid

C’est le salut de l’enfant.




FULPIN Violette

France

En français

(les cahiers du Rhin)


Pourrions nous...


Les regarder en face, au seuil d’un jour nouveau,

Tous ceux qui pleins d’espoir et la fleur au chapeau,

Sont venus vers la France, vers le berceau...

De ses bras ouverts, sous un ciel des plus beaux ?


Pourrions-nous...

D’un sourire, d’un regard, d’une promesse

Etre frères unis d’une grande espérance

Moins de guerres, de haine, de détresse

Dans l’amour et la foi, oublier nos errances.


Invitons les aînés, les sages, les lions sages

Allumons le flambeau, même sous l’avalanche...

A vos plumes ! à vos chants ! apportez le message

Poètes, il vous reste tant de pages blanches.


Seul ! nous ne pouvons rien, multiplions nous

Le parcours sera long, il vaut le déplacement

Dieu nous protègera contre les mauvais coups

Pour une paix profonde, serez vous partants ?


Je rêve d’un horizon, d’un bleu céleste

Où des enfants rient en toute liberté

Pourraient s’ébattre de la voix et du geste...

Crier au monde entier

Arrêtez le massacre, s’il vous plaît

Arrêtez !




GABALDA Eric-Marie

France

En français


Guérilla


sagaie rémoderne multiplie à loisir

ses cibles dans l’air, instrumente le lieu,

parasitose des corps floqués - creux des corps

nous loge à l’aune du fantasme allégation.

d’aucuns ne voudraient se duper sur la vacance

des territoires; la taille de printemps

sera loupée, cette année encore. savoir

s’attarder, à toute fin. des phrases d’air frais

balaient l’arène, parfois, quand chante Teresa

au beau milieu du monde. encore une fois

les seigneurs de la guerre lancent la razzia.




GACHE André

France

En français


Depuis le 11 septembre et jusqu'au 27 décembre, j'ai tenu une chronique poétique en réaction à la guerre en Afghanistan, - tellement bouleversé.

Je pense en faire un livre qui pourrait porter le titre : Je sais combien nous sommes bons.

Tout de suite, voici trois extraits :


progrès mesurables

jaune une charge CBU 87

jaune une ration

erreur regrettable

dorénavant bleues

pressions physiques modérées

2000 sorties


( Voyez comme mon poème est dépourvu de lyrisme , et de narcissisme :

je dis les choses dans le crû de leur arrivée ne plaira pas à tout le monde

n'est pas bien la question actuelle . réveillé la nuit je ne suis pas le seul à

voir des pauvres bombardés bombardés bombardés y'a que ça , "au

rythme où nous voulons" - disent les robots/techno/lobo/tomiques , les mar-

chés financiers enregistrent une hausse bonne nouvelle aujourd'hui vous

pouvez dormir et demain con/sommer est même patrio/totoma/tique

j'y peux rien c'est comme ça que le monde ( pas tout : le petit infime puis-

sant infâme ) déchiquète la phrase de tout sujet qui voudrait être verbe

est fait chair saignante )

03/11/2001


le pays devient beaucoup plus petit

tous les pays voisins doivent est un ordre doivent est

un choc de plus de quels

un million de déplacés fondamentalistes

il neige dans le Hazarajat JE ME DEMANDE

( Ecoutez - je tremble en lisant la presse je en allumant la radio je mais pas

de peur . de voir les dégâts des gros bras imbéciles ( toni ) truant à hue et à

dia , woouuuhh les aura ! tremble pourquoi . ces humbles humains . c'est

tout . ces je )

écrire pour eux , devant l'histoire

05/11/2001


attachement à une paix juste

avenir prospère

attachés à la réalisation de ces objectifs

( Mais je ne peux pas peux pas rien écrire - c'est dire écrire-agir anti-désespoir

solitaire je respire dilatation des poumons , c'est très physique le sentiment

d'être un homme quelqu'un de pas humilié , les mots ont de beaux jours devant

eux nous marchons nous marchons un pied devant l'autre comme cela est

respirons mieux je me répète avance un pas après l'autre )

17/12/2001




GARCIN Jacky

France

En français


Plein le coeur, plein les yeux....


Un char avance lentement sur une guerre

Embrasant une flamme où noircit une atmosphère.

Eparpillant un soldat qui meurt tâché de sang.

Près d’un coin d’horreur, ils relèveront géant.

Plein les yeux d’une vision de gravats

Dégringolant simplement à la force du bras.

Gestuel pour une bombe se larguant d’un avion

En arrivant au sol sous un jaillissement d’ébullition.

Plein le coeur de tous les enfants qui s’éteignent

Pansant une plaie avant que le rouge ne déteigne,

Atteignant le souvenir d’une mère qui s’ennuie de chagrin à l’attendre.

Au fond d’une tranchée, un corps peut la surprendre.

Dans le même amour, s’allie souvent celui d’un père.

Mobilisé lui aussi à se battre contre une prière.

Quand une femme loin d’eux ne sait pas, ne sait rien.

Du jour où son enfant, son mari parleront du lendemain.

Blessé ou prisonnier, vivant ou mort.

Toujours quelque part enfle une douleur,

Comptabilisant d’une guerre au dernier feu, l’ampleur de ses disparus,

Baissant pour ses survivants, un rideau que la cruauté ne lèvera plus,

Où après les combats se reflète l’image,

D’un parterre de cendre annulant un paysage.

Plein le coeur, plein les yeux d’une poudre qui enflamme la canon d’une arme.

Ne plus entendre l’obus qui éclate près d’une larme.

Ensevelissons le bruit, ne gaspillons pas notre armement,

Signons dans tous les pays du monde, un cessez le feu permanent.

Une armistice réunissant une mère, un père et un enfant

Je vous le demande : majesté, présidents.

Vous savez mon sourire de l’instant où je peux cueillir une fleur,

Pour l’avoir, mes parents et grands-parents ont combattu ce théâtre du malheur,

Que des enfants et des pères apprennent aujourd’hui à leur tour.

Mais j’ai honte que comme eux, la guerre ne m’aie pas enlevé l’amour.




GENGETTE Jean-Claude

France

En français

(les cahiers du Rhin)


l’exotisme a fait irruption dans notre univers...

un homme de couleur, valise surchargée

d’étiquettes du monde entier,

les palmiers s’élèvent

la mer a des reflets inconnus,

des temples, des pagodes surgissent à nos yeux

les bruits ne sont plus qu’appels de muezzins

ou chants étranges de rites sacrés

des visages d’enfer, de ciel

dans la rue

et les voix multiples de peuples lointains

couvrant le brouhaha quotidien.

Plages blondes, mers d’azur...

Ô saint John Perse

Que d’étranges visions se lèvent en ton nom

Mais cet homme au teint d’ébène

Aux cheveux noirs et crépus

Avec sa valise quadrillée d’étiquettes

Réalité d’un monde lointain

Il est plongé dans la douceur de nos climats frileux

Noyé dans la marée de cette foule blanche

Porteur d’union ou de scandale ?

Chargé d’amour ou de haine

Que les siècles ont accumulés ?

Que merveilleux serait le rêve de parler

De croire, de chanter,

De vouloir et d’agir ensemble

Toute différence éclatée

Devant la seule vérité

D’une commune HUMANITE




GLADY Norbert

france

En français

(les cahiers du Rhin)


La paix enfante


Les murs invisibles dressés entre les hommes par la haine, le mépris, la jalousie, la soif de domination et de possession sont plus solides que les murs de pierres.

Faut-il appeler des êtres supérieurs pour faire taire les canons ? Le soleil et la neige ne suffisent-ils plus pour rendre la pureté à l’homme ?

Il n’y a que le temps pour désagréger les murs.

Les diamants du sang ne s’évaporent pas.

Les pleurs qui trouent le silence ne sèchent jamais.

Maintenant la guerre doit dater d’un autre âge.

La paix est si simple qu’on n’arrive plus à l’inventer.

Les hommes multicolores sourient davantage que les uniformes

La vie multiple, la vie en couleurs, la vie grandeur nature, la vie ne cesse d’éclore et de chanter.

La paix enfin enfante la paix !




GRANDCOIN Marie-Claire

France

En français


11 septembre


pour les deux hautes tours à la figure altière

c’est une triste fin: l’espace d’un instant

le monde entier a vu New York sur un écran

et ses jumeaux géants tomber dans la poussière !


pourquoi l’explosion de fureur meurtrière

c’est sans doute un coup bas venu de l’Orient

qui veut anéantir le trop riche Occident

on entre dans une ère, une nouvelle guerre !


quels sont ces ennemis, où faut-il les chercher ?

dans quels déserts lointains peuvent-ils se cacher ?

qui protège aujourd’hui l’odieux terrorisme ?


angoisse et peur aux dents pour notre humanité

l’Amérique a montré sa fragilité

qu’on n’est pas à l’abri d’un terrifiant séisme !


11 septembre 2001




GRANGE-ROUSSEL Catherine

France

En français et en anglais

Nouvelliste et poète


Ode au peuple afghan


Dans le silence de nos nuits,

Vos appels, avons entendu,

Des larmes se sont répandues,

Et nos pensées vers vous s’enfuient.


Que souffle le vent des promesses,

Et ruissellent les perles d’espoir,

Noyant la vue du désespoir,

Pour abolir les noires tristesses.


De l’ombre des violents combats,

Sorte l’homme sage au doux visage,

Qui ouvrira une nouvelle page

Au futur livre des débats.


Qu’à l’heure de la délivrance,

Ce grand désir pacifique,

Soit vérité démocratique,

D’un avenir d’indépendance.


Ainsi, votre peuple en liesse

Créera la patrie renaissante,

Avec cette foi exaltante,

Des âmes scintillantes d’allégresse.



Ode for Afghans people


In the silence of our nights,

We have heard yours calls,

Tears have shered,

And troughts go to yours.


That blows the wind of promise,

And streams pearls of hope,

Bluring the view of despair,

To abolish the black sadness.


From the obscurity of the violent fights,

Come out the wise man with the kind face,

Who will open a new page,

In the next book of the debates.


At time of deliverance,

This great peaceful desire,

Become the democratic truth,

Of the future independence.


So, your people in jubilation,

Will cerate the new homeland,

With the stirring faith,

Of the souls twinkling with joy.




GRECO Alba

Italie

En italien


Il telegiornale


Guardandolo in TV ci si avvilisce,

crude notizie suscitano sdegno,

sconvolti, non se concepisce

che non vi sia più alcun ritegno !


Queso mondo rovinoso e ostile

;iete molto vittime innocenti,

l’umanità, che si rivela vile,

frusta mente e cuore delle genti.


Rapine, droga, aggessionni,

sorgono all’aordine del giorno,

criminose guerre ed esplosioni,

turbano la pce tutt’intorno.


Sulla Terra ormai intrisa di sangue

giace inerme chi più non respira,

su quel volto emaciato ed esangue,

è prostrato chi geme e sospira.


Soccombono le donne della guerra

affrante da ignobili violenze,

piangono i loror cari sottoterra

e affrontano mille sofferenze.


Straziante è di bimbi la sorte,

quando smarriti e in preda al terrore,

vedono la mamma colpita a morte,

che ora udirne non può il dolore.


Fanciulli che non han più fantasìa,

con gli occhi velati di tristezza,

sanza più infanzia, sogni, allegrìa :

l’inferno lascia il vuoto e l’amarezza.


Ma teniamoci tutti per mano

e lanciamo un appello d’amore,

affinchè ogni Paese lontano,

promuova Pace e condanni l’orrore !




HAUBER-BIETH Johanne

France

En français

Prix Pierre Ronsard en 1999 et de l’Académie des poètes classiques de France en 2001


Que lui manque t-il donc pour séduire à jamais ?


Hélas combien de jours, hélas combien de nuits

Ont incendié le ciel de feux crépusculaires

Pour éclairer le monde ou le noyer dans l’ombre,

En régnant tour à tour depuis l’aube de temps,

Sans jamais voir la paix, vraiment, parmi les hommes,

Arborer un sourire qui ne soit pas voilé !


Saintes, justes ou sans nom, les guerres fratricides,

Sanguinaires prêtresses de l’ignoble Camarde

Abreuvant leurs désirs aux confins de l’horreur

Dont la coupe tendue a pour nom le pouvoir

Pour prénom la puissance et pour cœur la bêtise

En parcourant le monde, attriste son regard


Hélas combien de jours, hélas combien de nuits

Fleurira-t-elle les tombes – en y trouvant refuge-

De toutes les victimes, pleurant son impuissance ?

La paix, dont la douceur nous offre tant de choses,

Préfèrerait tant jouir des êtres que nous sommes

Dans la fraternité, l’amour et le partage.


Partout dans l’univers !


16 septembre 2001




HAUBER-BIETH Johanne

France

En français

Prix Pierre Ronsard en 1999 et de l’Académie des poètes classiques de France en 2001


Utopie?


Il faudrait plus souvent laisser s’ouvrir son cœur

Et, s’oubliant soi-même, aider un peu les autres;

Quoi de plus souverain que d’élever en chœur,

Pour de mêmes combats, les dons qui sont les nôtres.


Réunir les savoirs, les talents, les efforts,

Pour abolir la guerre et vaincre la famine…

Sous un soleil unique, ensemble, être plus forts,

Qu’un beau jour le succès, par notre foi, domine.


Pour cela, réussir tout d’abord, dans son coin,

De son petit nombril à détourner la tête,

Se montrer à l’écoute, et sentir, au besoin,

Qu’ignorer l’entourage est souvent un peu bête…


Pour ne pas tout confondre: aller au principal.

Donner de l’importance…aux choses importantes;

Alors « qu’Etre » c’est dur – et fait parfois si mal –

Paraître est à la mode: on voit les résultantes !


Si chacun d’entre nous, conscient dans sa tour,

Faisait fi de l’orgueil qui dans son cœur s’enkyste,

Nous oserions ensemble, enfin parler d’Amour

D’un élan simple et vrai…dans lequel l’âme existe !


12 juin 2001




HAUTEMAISON Coryne

France

En français

Délégation Val d’Oise de la Société des Poètes Français


Combat de femmes


L’une emprunte les sentiers de la Poésie

L’autre, pose l’esquisse d’un souffle d’harmonie

Toutes deux, réunies en commun désarroi

Associent leurs talents, leur amour et leur foi.


Deux femmes d’aujourd’hui, témoins de notre histoire,

En des mots, des épures, dressent réquisitoire,

D’un monde submergé de haine et de mépris,

D’un monde meurtri de funestes incendies…


Levée de boucliers contre les infamies,

Quels qu soient les pays, les cultures, les ethnies,

Mais écusson d’amour, à poinçonner le cœur,

Par-delà les plaines, montagnes, vallons cascadeurs…


Ecrire et dessiner, dans cet espoir fusion,

Fustiger les orgueils, délivrer la passion,

Apaiser l’insolence, de la détresse, le fruit,

Abreuver les consciences aux sources de l’esprit.


Deux femmes, deux amies, en mission souveraine,

De l’amour vont créer la plus tendre des chaînes !


A Nicole Barrière et Nicole Durand, pour leur action en faveur des femmes d’Afghanistan et pour la paix dans le monde.




HAUTEMAISON Coryne

France

En français

Délégation Val d’Oise de la Société des Poètes Français


Magie d’une voix


Se peut-il que l’on tombe amoureux d’une voix ?

Impossible, me direz-vous ! Et pourquoi pas ?

Que son timbre résonne, masculin, féminin,

Mouvances de l’étrange, d’un plaisir anodin.


D’une voix inconnue, bien sûr, l’on peut s’éprendre !

S’enivrer, à l’envi, de la joie de l’entendre,

Tonalité ou chant, vibrato émouvant,

Tressaillir, ardemment, à cet étrange élan.


Faut-il ou non, chercher de cette voix l’auteur ?

Dessiner un visage, imaginer l’acteur ?

Pour ma part, l’oublier, et chérir le mystère,

Les ondes, pour cela, à ce jeu, je préfère !


Rêver que cette voix ne chante que pour vous,

Penser que ce discours ne s’adresse qu’à vous,

Quelle magie ! quel bonheur, vécu en ce moment:

Le temps n’existe plus, je ne vis qu’en rêvant !


Sur mon jardin secret, je tire les volets,

Harmonisant l’instant d’un symbolique archet,

Dans mon îlot d’amour, mon cœur s’adresse à vous:

Allez-y, essayez ! il ne tient plus qu’à vous !


Pour l’action en faveur des femmes d’Afghanistan et pour la paix dans le monde.




HAUTEMAISON Coryne

France

En français

Délégation Val d’Oise de la Société des Poètes Français


Le fil du temps


Comme graines au vent, ensemençant la terre,

Chaque aurore qui se lève est tendre messagère,

Des rires et des pleurs, parsemant nos humeurs,

Des parfums et des rêves, auréolant nos cœurs.


Dès l’aube de la Genèse, tout fut balbutiements,

La conscience s’éveilla, lents frémissements,

Et l’homme s’accomplit en union bienheureuse,

Avec Mère nature, obole généreuse.


Il y eût des remous et beaucoup d’ambitions,

Des brisures douloureuses, des incompréhensions,

Des guerres et des souffrances, provoquant les lambeaux,

D’une terre ravagée par mille soubresauts.


L’homme, dans sa vanité, ne sut pas rester sage,

Ni imprégner son âme des édifiants messages.

Mais les cheminements des aubes aux crépuscules,

Traceront les espoirs de nouveaux édicules.


Aux esprits éveillés, la musique des jours,

Baignera de sa sève, l’élan des troubadours,

A la fuite du temps, de ses feuilles parsemées,

Il renaîtra le chant du mot: FRATERNITE !


Pour l’action en faveur des femmes d’Afghanistan et pour la paix dans le monde.




HAUTEMAISON Coryne

France

En français

Délégation Val d’Oise de la Société des Poètes Français


Naître autrement


Elle Naît, dans u champ, au lever du soleil,

Foisonnement de couleurs, éclats sans pareil,

Par la plus humble fleur, elle est la messagère,

D’un fugace destin, éclos de l’éphémère !


Elle naît, dans les yeux, d’un enfant qui s’éveille,

Sur les tendres prémices d’un avenir merveille,

Par l’iris flamboyant, peau d’ambre satiné,

Carnation porcelaine et regard bleu acier.


Elle naît, dans le sein, de multiples éthiques;

Elle crée, savamment, gracieuses mosaïques:

Du lit glacé d’un fjord, aux prairies verdoyantes,

D’un lagon scintillant, aux dunes d’or, brûlantes…


Elle naît, hors frontières, d’une grâce élégante,

De la blonde Norvège à l’Espagne fringante,

De l’Italie pulpeuse à l’Afrique éclatante,

De la France racée à l’Asie séduisante…


Quelle serait notre vie, si elle n’existait pas ?

Succession de longs jours, de l’aube au trépas,

Morne désespérance des aurores stériles,

Au risque de plonger en de sombres périls !


Elle naît, dans nos cœurs, à l’épeautre nouvelle,

Ses atouts, ses faiblesses, sa richesse rebelle,

Font d’elle, assurément, admirable semence,

Mouvance indicible de la DIFFERENCE !


Pour l’action en faveur des femmes d’Afghanistan et pour la paix dans le monde.




HEBERLE Valérie

France

En français

(les cahiers du Rhin)


Le repenti


Je n’ai plus rien à dire

Mais mon cœur chavire

Car il va faire naufrage

Sur un bout d’horizon sage

Et ma barque muselée

N’ira plus vous inquiéter


Je ne peux plus écrire

Mais mon âme se déchire

Car elle s’est tuée à l’ouvrage

Entre deux eaux elle surnage

Et au fond du mausolée

Elle ne cesse de crier :


Coupable je l’avoue

Coupable devant vous

Car j’ai causé misère

Et engendré la guerre


Je ne peux plus rien faire

Pour te sauver mon frère

Car j’ai perdu espoir

A force d’en vouloir

Et j’ai compris trop tard

L’horreur de mes écarts


Coupable tu vois

Coupable envers toi

Un autre va réarmer

Et tout va recommence


Alors bats-toi mon frère

Et ne te laisse pas faire

Que du fond des ghettos

Retentisse l’écho

De la LIBERTE




HEUTEBIZE Vital

France

En français

Président de la Société des Poètes Français


Fou de Dieu


Cesse de prendre Dieu pour témoin de tes crimes

Et de te réclamer de Lui dans tes combats !

Tu peux tricher: il sait de quel fard tu te grimes

Il sait quelle et ta haine et quels sont tes coups bas


Quand t’a-t-Il demandé de tuer, sur quel ordre

Peux-tu faire périr la mère et son enfant,

Jouir de les voir pleurer et de douleur se tordre

Sur le corps mutilé de père agonisant ?


Cesse de maquiller ton meurtre en fait de gloire:

La torture est ta drogue et le sang ton larcin !

Tu te prétends martyr ? tu es seul à le croire:

Nul paradis n’attend ton âme d’assassin.


Tu te dis appelé pour des actes ultimes

Et tu n’as que sombré dans le rang des forçats !

Bourreau, tu partiras rejoindre tes victimes

Dans le sang et la boue où tu les enfonças.


Et l’oubli tombera sur toi, glacial et vide,

Car avec le néant, tu as seul rendez-vous:

Dieu qui connaît le fond de ton âme perfide,

Pour célébrer son nom n’a pas besoin de fous.



HEUTEBIZE Vital

France

En français

Président de la Société des Poètes Français


Poète, choisis ton camp !


Les nouveaux GOT MIT UNS* déferlent sur la plaine…

Poète ! ne va pas hurler avec les loups:

Qu’ils soient blancs, qu’ils soient noirs, c’est à la même haine

Qu’ils vont boire et perpétrer leurs mauvais coups…


Nul ne peut te forcer à croire à ce blasphème

Qui prétend au combat du Bien contre le Mal !

Ce n’est que le combat du Mal contre lui-même:

Puisse enfin l’animal détruire l’animal !


Le plus puissant des rois et le plus redoutable

Se seront tous les deux bientôt entretués…

Toi, tu n’as pas de pain ni de vin à leur table:

Relève-toi, mon frère, et sache qui tu es !


Tu es celui qui peut, par la force du verbe,

Lancer au monde fou le message attendu,

Tu es, dans cette plaine de mort, qu’un brin d’herbe,

Mais tu peux l’être à l’infini, mon frère, le sais-tu ?


Tu es celui qui rend à l’homme sa mesure:

S’il trébuche, c’est toi qui le prends par la main,

S’il a peur de la mort, ta ferveur le rassure,

S’il perd la foi, tu sais lui monter le chemin…


Alors il faut cesser de geindre sur toi-même !

Le monde autour de toi s’engloutit dans le sang,

La haine au cœur de l’homme a dépassé l’extrême,

Vas-tu, dans ce chaos, demeurer impuissant ?


Sors de cette langueur facile où tu te vautres,

Frère, choisis ton camp: ni hyène, ni vautour,

Non pas le camp des uns contre le camp des autres,

Mais le seul camp qui soit, le seul camp de l’amour !


Les poèmes d’amour que tu chantais naguère

Diront à l’homme nu combien tu te trompais

Si, ce soir, tu choisis l’un des camps de la guerre

Au lieu de l’éblouir d’un message de paix.


Fais renaître l’amour au cœur secret des hommes,

L’amour universel, partage et don de soi,

Fais de nous des humains meilleurs que nous ne sommes

Sachant tendre les mains à l’autre, quel qu’il soit.


Mon frère, j’ai rêvé d’un monde sans violence,

J’en rêve encore et crois en ces temps à venir

Où les appels au meurtre enfin feront silence

A n’être plus en nous qu’un mauvais souvenir


Ensemble bâtissons ce monde de lumière

Où nos enfants s’élèveront, les bras ouverts

Et le cœur, parvenu à l’aube première

De l’âge d’or que tu promettais dans tes vers.


Nous gagnerons la paix des cœurs, la paix immense,

Comme la bonne pluie après l’été brûlant,

Comme le grain dans le sillon qu’on ensemence,

Comme le souffle du soir au souffle grave et lent…


La paix comme le ciel couronne la montagne,

La vague au sable chaud caresse son amant,

L’herbe redevient verte au secret de la sagne,

La paix, la paix en soi, la paix infiniment !


Poète mieux qu’un roi, sois le guide, le sage;

Le seul qui peut parler au monde, sois celui,

Qui d’un mot peut encore entr’ouvrir le passage

Où l’homme te suivra, l’homme en paix avec lui.


*Pour ceux qui ne le savent pas ou qui l’auraient oublié « GOT MIT UNS » (Dieu avec nous) était la devise gravée sur la boucle de ceinturon des SS




HOFFMANN Daniel

France

En français


(les cahiers du Rhin)


La PAIX


Cette fleur issue d’un bouquet d’étoiles

Cette perle sans prix, sans terre ni voile,

Cette merveille par l’Amour engendrée,

Dans le cœur humain trouve sa destinée.


Cette paix peux-tu y croire

Dans le quotidien qui fait peur

Et dans ce monde qui se meurt ?

Peux-tu seulement y croire ?

Conscient des maux de la terre

Tu ne peux vaincre ses guerres !

Cette paix peux-tu y croire

lorsque chacun de son voisin

Refuse de prendre la main ?

peux-tu seulement y croire

si ta rancœur tu la nourris

si pour l’autre ne plus souris ?

Cette paix peux-tu y croire

Lorsque par découragement

Tu restes dans l’isolement ?


Et pourtant

La Paix,


Cette fleur issue d’un bouquet d’étoiles

Cette perle sans prix, sans terre ni voile,

Cette merveille par l’Amour engendrée,

Dans le cœur humain trouve sa destinée.




I MUVRINI - BERNARDINI Jean-François

France

En corse et en français

Auteur-compositeur dans le groupe I MUVRINI


A Jalalabad


Vi mandu un abracciu

O mamme quallà

Mi stringhje lu core

Vi sentu chjamà

Di panu turchinu

Vi vecu passà

Ottu ore di sera

In lu mondu chi và

Ottu ore di sera vi sentu chjamà

Ottu ore di sera in lu mondu chi và


Vi mandu un curagiu

È chì possu dì

A muntagna negra

A vecu da quì

Vi cantu una fede

Un altru campà

Un core chì crede

Un sognu chì và

Ottu ore di sera vi sentu chjamà

Ottu ore di sera in lu mondu chi và


Piove, piove

A Jalalabad, à Jalalabad, à Jalalabad, à Jalalabad

Piove à Jalalabad, à Jalalabad


Ci hè forse un amore

Una alma chì và

Un fiume chì corre

Un diu chì sà

Vi porghju una manu

Surelle d’amà

Hè postu lu granu

Dumane sarà

Ottu ore di sera vi sentu chjamà

Ottu ore di sera in lu mondu chi và

Ottu ore di sera dumane sarà

Hè donna a libertà

A Jalalabad

Hè donna a libertà

Pè u to zitellu ti vurria accumpagnà (mi vurria avvicinà)

Apre u to libru, e to scole, fa cantà

Tù da le to mane, o surella di quallà

Vestila turchina, falla bella a dignità (a libertà)

A Jalalabad

A Jalalabad, à Jalalabad, à Jalalabad, à Jalalabad

È sarà

È sarà

È sarà

È sarà

È sarà

È sarà


È sarà

È sarà

È sarà

A Jalalabad

È sarà

A Jalalabad

È sarà

A Jalalabad,



A Jalalabad


Je vous étreins d’ici

Femmes de ce pays

Ce soir je vous entends

J’ai le cœur en tourments

Et je vous vois passer

Toutes de bleu drapées

Il est vingt heures chez moi

C’est le monde qui va

Il est vingt heures chez moi

C’est le monde qui va


Et j’écris sur ma page

Juste un peu de courage

Votre montagne noire

D’ici je peux la voir

Je vous chante la foi

Et un cœur qui y croit

Un rêve et des ailes

Pour une vie nouvelle

Il est vingt heures chez moi

J’ai le son de vos voix

Vingt heures sur le monde

Qui continue sa ronde

Il pleut, il pleut

Sur Jalalabad

Sur Jalalabad

Sur Jalalabad

Sur Jalalabad


Y a t-il un amour

Une âme alentour

Un fleuve qui s’éveille

Ou un bon dieu qui veille

Je vous tends une main

Mes sœurs de chemin

Une graine est semée

Demain va commencer

Vingt heures sur ma terre

D’où j’entends vos prières

Il est vingt heures chez moi

Un demain viendra

Il pleut

Sur Jalalabad

Sur Jalalabad

La liberté est femme

A Jalalabad

Comme on porte une flamme

A Jalalabad

La liberté est femme

J’aimerais porter tes enfants

Ouvrir à tous les temps

Tes livres, tes écoles

Accompagner tes chants

Et toi si tu le peux

Ma sœur bien aimée

Habille la de bleu

Fais la belle la liberté

A Jalalabad

A Jalalabad

La liberté est femme

Elle sera

Elle sera

Elle sera




JACOBSON Danièle

France

En français


La moitié du ciel


Poème pour mes sœurs d’Afghanistan


Comme elles sont douces derrière leurs grands voiles

Leur beauté seulement au logis se dévoile

A mes chères sœurs de ce montagneux pays

Je souhaite la même liberté qu’ici

Liberté égalité et fraternité

Parce que du ciel vous êtes bien la moitié

Un très grand livre bien intéressant jadis l’a bien évoqué

Les femmes de la terre sont bien la moitié

Elégantes même derrière le tchadri

La destinée depuis longtemps vous poursuit

Car vous êtes condamnées à ne vous montrer

Que dans le cœur de votre nuptiale nuitée

Vous savez couvrir de tendresse vos enfants

Et vous leur donnez le sein encore souvent

Vos grands yeux bleus sont ravissants votre corps aussi

Puisse un jour redevenir bonne votre vie

Malgré la réclusion vos têtes sont bien faites

Et vous êtes minces vous êtes très bien faites

Dans l’ombre vous luttez pour être reconnues

Un jour tout le monde vous portera aux nues

O mes sœurs gardez ce sera le grand soir

Toutes mes sœurs chéries du grand Afghanistan

Retrouveront le bonheur qu’elles attendent tant.




JAHANGIRI Guissou

Iran / France

En français


Il n’y a plus d'horizon paisible, ici


Je ne voyais qu'un bout de sa belle chevelure noire, cachée derrière le demi-cercle de piles et de piles de livres devant la cheminée allumée. Pourtant c'était le 21 juin, le premier jour de l'été. Une journée chaude, lourde, trop lourde, à Téhéran, chez moi. Ma mère devait procéder à ce jeu macabre d'autodafé. Elle se trouvait soudain dans la peau du bourreau, d'Alexandre le Grand, du tyran, du Chengiz Khan. Là, au milieu de notre salle à manger, devant mes yeux d'adolescente. Elle devait s'appliquer dans notre maison au "nettoyage" des livres jugés par les nouveaux hôtes obscurantistes au palais si peu royal, comme subversifs, compromettants, interdits .… dangereux. Des livres dont la possession avait conduit notre voisin d'en face en prison. Que de longs moments d'hésitation sur chaque livre, sur les pages pliées, les passages soulignés, les dédicaces jaunies, avant qu'il soit finalement, lentement, tristement, respectueusement, donné au feu. Combien de larmes … combien de soupirs ! Seuls les chuchotements accompagnaient les craquements du bois enflammé dans notre journée de deuil.


"Ah kouchouley-e man*, celui-ci… non, je ne peux pas. Tu me l'as offert quand tu n'avais que 13 ans, histoire de m'apprendre qui je suis". Elle me passe Le Deuxième sexe de De Beauvoir. Je le cache dans mes bagages, comme un souvenir sacré, histoire de me rappeler qui j'étais, quand j'ai quitté, à jamais, ma ville natale qui ne me supportait plus.


Mes longues années parisiennes n'ont pas apaisé mes douleurs. Aurai-je pu imaginer que l'histoire n'était que la répétition amère de la Tragédie? Que le soleil ne se lève plus en Orient ?


Me trouvant au milieu d'une guerre civile, surprenante, dans la petite ville de Douchanbe, un an après l'écroulement de l'Empire des Soviets, j'avais les mêmes yeux étonnés. Le soufi Farrukh Qassem, me demandait les raisons du silence du monde alors que ses amis démocrates, écrivains, artistes, étudiants, tombaient un par un? Autour de la nappe ornée de pain sec et de yaourt nous regardions une publicité pour le riz Uncle Ben's à la télévision russe. Ferdowss, son petit garçon de 6 ans, qui venait d'être circoncis, réclamait des barres de chocolat Mars. C'est comme cela que nous avons vécu, là bas, cette fin du communisme. Le monde extérieur était encore saoul de son triomphe.


Des lamentations impatientes de la pluie

Sur la mort de la verdure,

Sur la mort de la joie,

De boire la totalité de la nuit

Dans des sombres coupes de tristesse,

De mitrailleuses, d’obus, de sang

Je dois écrire.**



Les 55 milles livres persans de la bibliothèque de Hakim Nasser Khosrow, à Pol-i Khomiri venaient d'être mis à feu par les Talibans. Les manuscrits millénaires, sauvés à travers tant de guerre, tant de désespoir, ont disparus à jamais. Une mémoire s'est effacée. Le monde ne l'a pas su. Pendant ce temps à Paris, les conseillers émérites débattaient de l'importance de renforcer des relations diplomatiques avec le Taleb.


Je n'ai vu du Bouddha de Bamiyan que son effigie exilée à Saint-Nazaire. Ici en France. Grand, seul, du haut de ces 25 mètres il regardait calmement sa ville de refuge passager, son port, son phare lointain, sa base sous-marine, vestige d'une autre guerre. Son double féminin, je l'ai vu quelques années plutôt, pas si loin que cela, plus au sud, en Afghanistan, à Mazar-i Sharif, terre du sage Roumi. C'est là que j'ai vu pour la première fois les Afghanes bleues. Vous savez celles à qui on oblige de porter le tchadri? Il n'y a que des grilles serrées devant le visage. Impossible à pénétrer. Ainsi l'honneur de la communauté est sauf ! J'ai commencé à inscrire ces formes bleues sans visage parmi les diverses bâtisses, voitures, motos... Comment cacher mon étonnement, quand mon corps a effleuré une qui m'a sourie?


Je l'ai vu une deuxième fois à la télévision, elle était seule au milieu du stade de Kaboul. Des milliers de personnes étaient réunis, ce vendredi-là pour regarder son spectacle. Je sais que le nœud de la peur dans sa gorge l'étouffait. Elle a monté ses bras vers son bourreau, elle demandait grâce. Elle ne l'a pas eue. Le son du Kalachnikov a mis fin au spectacle.


La femme bleue, niée pour qu'elle voie le monde feutré, sans être vue, pour qu'elle porte le deuil sans être reconnue, pour qu'elle soit seul témoin de son temps sans être entendue.



Il n’y a plus de paisible horizon, ici.

Ô amour !

Ô liberté !

Ici, comment pourriez-vous fleurir ? **


Paris, octobre 2001

Postface de la pièce de théâtre Afghanes, Afghanistan de Jean-Jacques Greneau, Compagnie le Minotaure, Bruxelles, Décembre 2001.


*ma petite fille

** Extraits des poèmes, « Récit amer de la survie », de Latif Pedram




JARRY Vincent

France

En français

Président de l’Association « Poèmes en gros et demi-gros » et de la revue « Rue des poètes »


Uber die neue Freiheit


La paix

La paix

On aurait dit qu’il voulait la paix

Le plus de paix possible


Et puis toi tu flânes

Tu es jeune et belle

Tu trompettises et danses nègre

Et tu es au SMIC


La paix

La paix pour ma nation

Marchande de canons

A genoux devant un mort


Tu es jeune et belle

Le diplôme au cul

Tu vas tu ris et tu n’es rien

L’appareil te nique


La paix

Le poids

On aurait dit qu’on voulait le poids

Le plus de poids possible


Favela de poix

Ou banlieue de poix

Ça va péter et on va rire

Tu seras très belle

Fière

Altière


Ou bien morte


Mais ça va péter.



JOQUEL Patrick

France

En français

Poète


Vingt heures


Etrangère

une caméra cueille au seuil du verger

un bourgeon laminé par les grêles


Les poutres saillantes des toits

soulignent l'absurdité d'un ciel

où le bleu porte le deuil des moissons


Caravanes modernes et dérisoires

quelques convois routiers

piétinent leurs cargaisons de sel

sur des asphaltes barbelés


Dans ce désert

aphone

un quelconque orant

aperçoit-il encore le mirage

des splendeurs divines ?


Le clocher

sonne à tâtons

cette heure

qu'aucun livre ne chantera:


les bibliothèques

flambent sans requiem

dans des mémoires obsolètes


Sur leur écran glacé

graphiques et statistiques

contemplent

les caractères incandescents


puis affichent

le volume exact de leurs cendres


Extrait de « Requiem pour un millénaire » Edition L'épi de seigle



JOQUEL Patrick

France

En français


Les hommes n'ont que quelques mots

pour interpeller l'infini

quelques mots dans la nuit

pour marcher éblouis

et tenir dans leurs mains tremblantes

la flamme incandescente

de la vie


Extrait de « Requiem pour un millénaire » Edition L'épi de seigle



JOQUEL Patrick

France

En français

(les cahiers du Rhin)


Sur les meules abrasives de leurs frontières

Les peuples calfeutrés aiguisent

Des phrases de vive haine


Ce soir encore

Le crépuscule est rouge

Et l’olivier fébrile


Bien sûr

Nous avons mille et une raisons

Pour nous combattre et nous meurtrir

Mille et une raisons

Pour chercher à mourir


Ce soir encore

Le crépuscule est rouge

Et l’olivier fébrile


Au creux de mes bras

Mon enfant écoute une voix le bercer

Une histoire, un poème

Un « papa, moi, je t’aime »

Moi aussi

Mon tout petit

Moi aussi


Les hommes n’ont plus que quelques mots

Pour interpeller l’infini

Quelques mots dans la nuit

Pour marcher éblouis

Et tenir dans leurs mains tremblantes

La flamme incandescente de la vie


Extrait de Requiem pour un millénaire




KARAKAYA Agop

France

En français

Poète


Le général fou


Navire des profondeurs

Transportant rien, rien du tout

Rien que des bombes sophistiquées

Et des matériels de guerre

Dans l’espace des colonisateurs

Tout le monde …et des esclaves

Et moi, Général fou

Militaire de carrière

Sur des rivières de cadavres

De diamants qui tuent

Gravitons ensemble

Dans un bain de sang

Autour de toute chose anodine

Comme un gros poisson imbécile

A l’existence involontariste


Guerres civiles barbares

Des grandes puissances hématémésiques

Et des multinationales du diamant

Dans une embarcation paléolithique

Naviguent submergées variablement

Dans les eaux rouge sang

Dessinées sur des fonds rocheux

Ivres de cannibalisme de crack

Torture viol guerre des étoiles


Enfin cet involontarisme…et ce néant

Et moi, général fou

Extramétalien

Navire des profondeurs

Transportant rien, rien du tout

Rien que des bombes sophistiquées

Et des matériels de guerre.


Lyon, 2001




KIMMICH-VESCHAMBRE Jacqueline

France

En français et traduit en anglais

Ecrivain


Le grand Cercle


Quatre cavaliers sur des chevaux blancs

Accompagnés par les quatre vents,

Quatre colombes portées par des flammes,

Unis par une prière au Dieu d’Abraham:


Tracent le grand Cercle de Justice

Et, en son cœur, pour que fleurisse un solstice

Déposent un rameau, le Rameau d’un Arbre de Vie,

Celui de l’équité offrant de la paix les fruits,


Pour que tarissent des sources de larmes

Sous l’étendard de l’Amour qui désarme !

Quand se libèrent les mains de tous les Frères

Se tracent les Sillons bénissant de la liberté les frontières


Et du sein de la Terre s’élève

Le Requiem essuyant les larmes d’Eve

Et de son Rêve.


« là où règne l’amour, la volonté de domination est absente, et là où la puissance prime, l’amour fait défaut. L’amour et la volonté de puissance sont l’ombre l’un de l’autre »

« Seules des modifications dans l’attitude profonde des individus peuvent être à l’origine de changements dans la psychologie des nations »

C-G Jung, « La psychologie de l’inconscient »



The great circle


Four horsemen on white steed

Accompanied by the four winds,

Four doves carried by flames,

United in a prayer of Abraham’s God :


Drawing the great Circle of Justice

And in its heart, for the solstice to blum

Lay down a bough, the Bough of Life Tree

Equity bestowing the fruits of Peace


To dry the springs of tears

With the disarming Banner of Love

When the hands of all the Brothers are freed

Furrows are Ploughed giving blessing of freedom to the borderlines


And from the bosom of the Earth

Raises the Requiem wiping away

Eve’s tears and her Dream.


Traduction en français de Jacky GUILLEMET




KLOPP Jean-Michel

Luxembourg

En français


Le monde s’épuise


Nous avons soif de lacs gelés

Et faim

De riz

Que nous partagerons avec les mendiants

D’Afghanistan


Nous avons besoin de découvrir en paix

L’essence

L’origine du monde.


Nous avons hâte de parcourir ces pays épuisés

Par les génocides

Les famines

Les guerres inutiles.


Nous devons hurler à la face du monde

Son incomparable cruauté

Ses monstruosités

Et nous engager pour que la paix

Fertilise la terre afghane


*******


Avancer

toujours et encore

Atteindre

Les limites de l’indicible.


Ne plus jamais

Fracturer le territoire des hommes

En parcelles

Barbelées


Car au-delà de ces terribles frontières

L’humanité

Fait témoignage de son inculture rationnelle.


Peuple afghan

Tous réunis

Nous te demandons pardon.




KOCH Richard

France

En français


Le onze


L’aujourd’hui est un jour de Septembre

Les sapins dégagent l’encens de leur vie...

...sur les cadavres laissés par la haine.


Ici les pierres s’effritent sur Manhattan

La-bas, on nous nargue des montagnes

Et ailleurs, on demande qui est Satan ?...

Quand d’une frontière à l’autre, comme un fleuve,

Coule le sang de l’humanité.


Tandis que nous glanons les raisins de la colère,

Quelques cœurs cherchent la Paix

Et au prix de longs sanglots,

Mais, la conscience de l’homme plaide:

Non coupables !


A en croire que seul la guerre

Est rentable

Quand on tue nos semblables

Et pour des Raisons invraisemblables.




KREMLEL Francis

France

En français


(les cahiers du Rhin)


Sauvegarder les rêves


Parfois je rêve

Parfois je rêve de vous donner

à manger

oiseaux d’errance, amis poètes

en migration dans ce monde servile


Parfois je rêve

De vous donner de l’amour à boire

A vous les humains qu’on assigne

Au revenu minimum d’idéalisme


Après je me réveille

Ouvrir les yeux me fait souffrir

Et je constate sur moi et en moi

L’avancée de leur mal.

Je remarque ma nudité.


Je n’ai plus alors que mes mains

A vous offrir pour l’amitié


Ne m’en veuillez pas

Leur monde m’assèche.




LABATSUZAN Danièle

France

En français


L’arme de l’écriture (atelier de création poétique)


J’ai avalé la vie entière

Dans un grand hoquet de surprise.


La vie était pleine à craquer

Comme une armoire aux souvenirs


Où aller ?


Le petit chemin qui hantait mes paupières

Ne tournait pas vers le soleil des foules.

Mes pas ne tenaient qu’à un fil.

Et l’équilibre était précaire.

La tête basse et l’âme en rond

Je ne marchais pas, je roulais !


La terre était lourde à porter.

Le ciel ne voulait pas descendre.


A mi-chemin des quatre vents

Je voulais, sans vous en parler,

Trouver la clé de nouveaux champs.


Je roulais

sans me retourner.




LAINE Xavier

France

En français


Je suis né Turkmène-Tchéchène - avec un accent Afghan-

Je suis né Rwandais-Tibétain- avec un air Bosniaque-

Je suis Kosovar – Rom – Indien – Esquimau -

Si je suis Américain- c'est sous les ruines d'un empire

Si je suis né Français- c'est par un pied-de-nez de l'histoire.

Je suis chrétien, orthodoxe et musulman

Je suis hindouiste-taoïste zen,

Bouddhiste avec une étoile jaune au revers de mon manteau.

Je suis un chant de Gilgamesh la Bible

Je me nourris de la Torah et des Upanishads

Je suis le chant d'un ascète, Milareppa des steppes sibériennes.

Je suis le mot prononcé au fond d'une vallée,

Amplifié depuis le fond des âges en épique poésie.

Si je suis citoyen du monde, ce n'est pas de celui-ci.

Mes mots jaillissent d'aussi loin,

Pour éradiquer les monstres,

Construire une langue qui m'explique ma présence.

Je suis le chant guttural des montagnes du Tibet,

Je suis le chant énigmatique des Inuits.

Je traverse le temps sur des tablettes indéchiffrables.

Je m'assois un instant à votre table, sous les platanes.

Je rebondis aussitôt dans les sirènes du désespoir.

Je suis les mots de Desnos écrits juste avant l'épuisement des camps.

Mon poème se déroule en rouleaux de mer Morte.

Je m'accompagne du luth, je rêve d'arrêter la pluie.

Ma langue se transmet, se change, s'adapte.

Le poème est ma raison d'être, dans les rues obscurcies de l'hiver.

Je chante le printemps, à l'ombre de l'été.

Je chuchote un automne, aux oreilles des grands froids.

Je frémis au bruit de bottes obscures.

Je résiste aux assauts du temps,

Me dresse contre les injustices,

M'assois sur les extrémismes.

Je vis donc dans la bouche commune.

Je jubile de vos chants répandus,

Au soir de confusion qui succède aux orages.


22 Septembre 2001




LAMOUILLE Jean-Luc

France

En français

L’arme de l’écriture (Atelier de création poétique)


Aimer, même la souffrance


Si l’amour frissonne encore

Je dois t’aimer

Toi qui te caches au fond de moi,

Me ronges,

Visage

Corps 

Désormais inutiles,

Qui aveuglèrent

En l’obscurcissant

Pendant tant d’années

Mon regard sur le monde.


Tu deviens lentement une absence

Aux sept lames acérées

Où se déchirent mes espérances d’antan.


Je me reconnais coupable

D’avoir cru pouvoir aimer

En niant la souffrance

Ou,

Plus exactement,

Je reconnais être resté

Le petit ballon

Qui roulait

Tout seul,

En s’imaginant toujours

Pouvoir rouler

Tout seul

Entre les pommiers du verger.


Je feinte à présent ma souffrance

Mais je resterai à jamais nostalgique

Du petit garçon

Qui jouait avec moi,

Qui rêvait à jouer,

A jouer, à jouer, à jouer,

Aimer, aimer, aimer...

Sans souffrir

Entre les pommiers du jardin.



LAMOUILLE Jean-Luc

France

En français

L’arme de l’écriture (Atelier de création poétique)


A contre-courant


Je refuse tous les désespoirs,

Les longs sanglots des robes noires

Les trains qui s’enfuient vers le nord

Et l’amour qui recule encore.


Tu cherches une erreur dans le temps

De l’Orient et de l’Occident

Pour arrêter la course folle

De cet immense ras-le-bol.


Tu répands la paix, la tendresse

En dédaignant les fausses promesses.

Tu habites dans un soleil bleu

Et tu veux l’explorer à deux.


Du délire blanc jaillit l’horreur,

Cette mort écaillée te fait peur.

Tu penses tell’ment fort à ton fils

A son dernier jeu d’artifice


Ce soir, j’inventerai un monde

Où tu pourras noyer dans l’onde

Le voile caché des yeux rouillés

Qui veulent toujours tout effacer.


Je crie pour vous trouver un nid,

Un pass’port vert pour l’infini,

L’eau pour ma mère et son petit.

Y’a pas qu’le pic blanc, dans la vie.



LAMOUILLE Jean-Luc

France

En français

L’arme de l’écriture (Atelier de création poétique)


Les chimères enfuies


Dans son petit village, Adam s’ennuie. Son métier de porteur de nouvelles ne l’amuse plus. Mais que faire, en dehors du ski de fond l’hiver, de la cueillette des champignons l’automne, et des longues promenades sur les hauteurs de la Chapelle des Bois en été ? Les rares filles ont disparu, avalées, digérées par la ville.

Un jour de novembre sale et pluvieux, pour lutter contre un spleen tenace, il cherche dans les archives de la mairie, son patronyme et la trace de sa famille, lui qui ne s’en connaît aucune, sauf au café. Il découvre avec stupeur qu’il ne figure sur aucun registre d’état civil, bien qu’ayant régulièrement voté depuis sa majorité. Et pourtant, le village porte son nom.


Cette absence le plonge dans une sorte de délire obsessionnel. Il s’enfuit dès le lendemain et se jette sur la route du sud à la recherche d’un autre nom, de son terroir originel, de son passé ou de son présent, de ses géniteurs ou de ses parents adoptifs, de ses ancêtres, de ses enfants peut-être..., de ce je ne sais quoi de précis qui pourrait lui signifier qui il est.

Longue marche hésitante et chaotique peuplée de fantômes et d’apparences, où tout ce qu’il connaît se mélange à tout ce’ qui s’invente, où la réalité recule devant les fantasmes, et qui le mène, à travers Jura et Suisse, Haute-Savoie et Savoie, jusqu ‘n Italie, espérée- pourquoi ?- début de la trace..., à Solferino, lieu de sa plus grave crise, à Lonato del Garda où Tomaso lui offre une halte dans l’oasis de sa maison..., jusque sur les hauteurs du Piémont.

Là, - mais où exactement ?- une femme aux yeux verts et bleus lui indique, d’un simple signe de la tête, le chemin du puits et du refuge.


Il y reste très longtemps, apaisé par les pierres de la petite maison ronde et la présence silencieuse de celle qui, dans ce pays préservé de mémoire, est nommée avec respect « l’amour » par les rares habitants de ce qui n’est même pas un lieu-dit, qui soigne tout et tous grâce aux herbes qu’elle est seule à conaître et seule à aller ramasser dans la montagne quand les lunes sont favorables. Ici, le temps n’existe pas.

En repartant, un siècle plus tard, l’homme lui donne la seule chose qu’il possède et qui le rattache encore au jumeau qu’il quitte définitivement, sa casquette de facteur. Elle la prend sans le remercier, se retourne, la jette dans le puits et lui tend la poignée de sel. Il l’entend alors lui dire avec stupeur, elle qui ne lui avait jamais adressé un mot pendant l’éternité de son séjour : »écoute les parcours, ils savent ».

Pour s’en retourner – où, d’ailleurs ?- il emprunte les chemins, les sentiers et les cols usés par les hommes passé là avant la barrière, qui partaient découvrir – du moins le croyaient-ils- des plaines grosses de blé et de pacifiques pâturages. Il lui semblait que les pierres colportaient des histoires qui lui étaient devenues étrangement étrangères, comme les chats plaintifs de frontières disparues dans les abysses des vieilles légendes.

Il ne s’étonna pas de ne pas retrouver son village, englouti par un lac de barrage. Il se sentait enfin libéré, riche de tout ce qu’il n’avait plus besoin de chercher. Dans un monde de silence très éloigné, il avait compris, grâce à deux yeux verts et bleus, qu’il portait en lui ses origines, mais qu’il lui avait fallu cette longue marche immobile pour enfin les trouver.

Une gare avait poussé là, pas loin de la petite chapelle épargnée par les eaux. Les rails brillaient encore et la neige de printemps laisserait bientôt sa place aux tourbières. Il s’assit sur les troncs qui séchaient pour écouter le message du bois. Au milieu du soleil très exactement, il prit avec allégresse le premier train qui s’en allait vers le nord

Il emmenait sa maison avec lui...




LAUFENBURGER Hubert

France

En français

(les cahiers du Rhin)


LA SOURCE DE LA JOIE


La joie à l’univers, demanderas

Chaque jour fidèlement


Bonté et sourire offriras

Même en cas de désagrément


En ton cœur, tu te répèteras

Ceux qui m’aiment sont toujours présents


Sans cesse, tu te donneras

A voir venir le bon côté des humains


La tristesse tu banniras

De toi invinciblement


Plainte, critique, amertume, contourneras

Il n’est rien de plus déprimant


Avec ton entourage, tu t’emploieras

D’un cœur radieux, allègrement


Aux visiteurs, réserveras

Un accueil chaleureux


Les souffrances d’autrui, réconforter

En t’oubliant totalement


Gens accablés, névrosés leur parleras

D’un cœur pur et bienveillant


Femmes, hommes, séparés les écouteras

Ton âme s’ouvre, ils comprendront instantanément


En semant partout la joie

Tu l’auras pour toi manifestement

Et la source jaillira !




LAVAUR Michel-François

France

En français

(les cahiers du Rhin)


Je dirai l’homme nu



Combien de noirs

Pour une cale pleine

Et de ruisseaux

Pour un juron de négrier ?


Je dirai l’homme nu

Et noir parmi les blancs

Ou l’inverse

Toujours de sang rouge


On ne voit pas

Sur les livres d’histoire

Le front lourd de l’enrôlé de force

Egorgé déserteur pour refus d’invasion


Je dirai l’homme nu

Plus conscient que dévot

Et responsable

Plus que nationaliste


Qui trouvera traces

Aux parois des mausolées

Du sang de terrassiers morts sous le fouet ?


Je dirai l’homme nu

Sans galons ni médailles

sans couronne

et sans épitaphe.




LECOIN Louis

France

En français


(les cahiers du Rhin)


S’il m’était prouvé, qu’en faisant la guerre,

Mon idéal avait des chances de prendre corps,

Je dirais quand même non à la guerre.

Car on n’élabore pas une société humaine sur des monceaux de cadavres.




LEFEBVRE Louis

France

En français


Il y a la torture


Il y a la torture, les plaintes, les cris de terreur,

Les hurlements, les gémissements, les pleurs,

Les coups lourds des matraques qui martèlent la peau

Et, dans la baignoire, le clapotis terrible de l’eau.

Il y a la torture, les questions sans cesse répétées

Des tortionnaires incultes

Leurs rires, leurs gueulements rauques, leurs insultes,

Leur inique jactance

Il y a la torture , et puis, tout autour, le silence.



LEFEBVRE Louis

France

En français


Israêl


Le terrorisme impose la torture à un état de droit.

Les hors la loi, ainsi, sabotent la loi.

Les supplices répondent à l’horreur des exactions.

On appelle ça un engrenage. C’est humain, ajoute-t-on.

Mais c’est toujours le terrorisme qui y gagne.

C’est lui qui tire les ficelles

Et on torture dans les geôles d’Israël.


Menotté, mains au dos, à poil, c’est un suspect lié au Hamas

Ce bougnoule

On l’a coiffé d’un sac mouillé, une sorte de cagoule.

Là-dessous, il ne voit rien. Il étouffe ce fils de pute.

On commence à le matraquer pendant cinq ou six minutes.

On l’entend qui beugle, qui appelle sa mère, qui supplie

Qui bêle comme un mouton un jour d’Aid-el Kebir

Et on torture dans les geôles d’Israël.


Ne viendront-ils pas à résipiscence, tous ces artisans du mal ?

C’est le psaume 52. Le matraqué s’est trouvé mal.

On lui enlève sa cagoule. Il a une sale gueule de terroriste.

Qui donne envie de lui cogner à nouveau dessus. « météorologiste »

C’est la profession indiqué sur sa fiche – eh bien, dit un policier,

Pour lui, bordel

Il ferait plutôt mauvais temps !...

Et on torture dans les geôles d’Israël.


Le matraqué revient à lui et gémit

Faut pas le laisser reprendre du poil de la bête en reprenant ses esprits.

Les policiers l’empoignent et le couchent sur la « table de travail »

Mais là pas question de dire si Shin Beth utilise la gégène

Ou les tenailles

Shin Beth, ce sont les services secrets. Donc c’est secret.

Secret défense mon colonel

Et on torture dans les geôles d’Israël.


62% des israéliens veulent des interrogatoires « musclés »

selon un sondage

62% c’est certainement , chez nous , en France, le pourcentage

des gens favorables au rétablissement de la peine de mort

enfin, voici une démocratie où les citoyens sont bien d’accord :

ils veulent que leurs flics soient efficaces et fassent du zèle

Et on torture dans les geôles d’Israël.


Le météo est mort sur la table de travail. Il n’avait pas le cœur bien solide

La mort, le sang, l’épée, les fléaux ont tous été créés

Contre les méchants , dit le Siracide

Les flics ont les coudées franches : même la Bible

Qui leur donne raison.

Les droits de l’homme ? bien sûr. Mais un terroriste

Est-ce un homme ? non.

Enfin il existe une gestapo israélienne

Et Adolph ricane au fond de sa gehenne.




Lefebvre Louis